The Others

Mardi soir, j’étais invité à fêter l’anniversaire d’un copain que j’ai connu avec tout un groupe de potes quand j’étais à l’IUT. Il y avait donc aussi Cécilia, une de mes amies les plus chères, et son mari Nico. J’ai dormi chez eux car tout cela avait lieu en banlieue un peu lointaine pour moi, le parigot du groupe.

J’ai passé un très bon moment avec eux, je les aime vraiment beaucoup, et je sais que c’est réciproque, même s’il est tangible que nos vies prennent des directions vraiment distinctes. Là, j’ai eu la démonstration que les vies homos et hétéros n’ont vraiment pas les mêmes implications. En fait, ils sont tous maqués depuis quelques années, et quasiment tous avec des gamins en bas âges… ah oui, ça change tout ! Et ce n’est pas que je les trouve plus chiants, ou qu’ils me snobent ou quoi ! Non, c’est simplement que nos vies prennent des chemins forcément divergents.

Je me suis toujours aussi bien marré avec Cécilia et Christelle, qui est une fille dont j’aime vraiment le caractère entier et pas toujours facile pour son mec (qui a un cul fantastique, même à l’IUT je l’ai reluqué pendant deux ans). Et ça m’a vraiment fait plaisir de voir leur petite fille qui à l’air d’un vrai petit amour de gamine (et elle m’a fait un roooooo bisou avant de se coucher). Mais sérieusement, je perçois aussi les avantages de ma situation de saltimbanque ! :mrgreen:

Du coup, on est rentré plutôt tard chez Cici et Nico à Saint-Germain-en-Laye, et j’étais bien naze toute la journée d’hier. Je suis rentré assez tôt du taf, et puis je me suis préparé car je devais dîner avec un blogueur (pour changer). Je vois que c’est d’ailleurs la grande mode !! C’est drôle comme la pédéblogosphère et ses us ont comme des airs de déjà-vu pour moi. En effet, tout cela me fait l’effet d’une communauté relativement analogue aux gayvox et consorts, où l’on passe quelques temps à communiquer sur des forums, et puis l’on se voit ensuite. Il s’agit souvent d’une période faste en rencontres, mais ça finit toujours par se calmer. Et surtout, sur internet, on rencontre beaucoup mais on se lie peu ! Il faut en avoir conscience et accepter cette ironie de la situation. Finalement on est amené à se voir aussi parce que bizarrement on passe beaucoup de temps à se lire, et donc à se « voir ». Et à force d’être en contact comme cela, on a donc envie de se voir, puisqu’on est presque plus à se parler la journée durant qu’avec des (réels) amis.

Malgré tout, j’ai quelques amis que j’ai glanés ça et là au fur et à mesure de mes cyber-errements et je sais donc que c’est possible de faire de vraies rencontres par ce biais. Et c’est aussi rare et précieux que dans la réalité.

Enfin, mon objectif n’est pas du tout de jouer les stakhanovistes en la matière. Mais c’est vrai que ça me fait plaisir de voir certaines personnes, et parfois de les revoir même ! :langue: Après évidemment, on ne peut pas empêcher le langue-de-putage et tout ce qu’impliquent des pédés qui se rencontrent… Mais je dois avouer que certains excellent en cela ces derniers temps.

Hier j’ai donc rencontré un petit amerloque adorable, un p’tit blogueur discret et intelligent (encore un mec maqué, à croire qu’il n’y a que ça !), que je lis depuis des mois. Je suis allé dans son quartier, qui est une véritable enclave indienne à Paris, vers La Chapelle. J’aime beaucoup ce coin, et nous sommes allés dans une cantoche tamoul où nous avons très bien mangé pour quelques euros, tout en devisant. Ce petit yankee vit à Paris depuis 7 ans avec son mec. Prenez-en de la graine ! :mrgreen: Il a un charmant petit accent texan mais presque imperceptible, et surtout une parfaite maîtrise du français. Je n’ai pas osé lui parler anglais, je n’ai pas voulu me ridiculiser. :gene:

23 Commentaires

  1. et encore desolé de pas avoir percuté pour le mail que tu m as envoyé Néliak à l ouest et perturbé d avoir lu un texte à teneur homophobe où on nou rabaisse à des zoophiles et pedophile ……:mur:

  2. > »Il s’agit souvent d’une période faste en rencontres, mais ça finit toujours par se calmer. Et surtout, sur internet, on rencontre beaucoup mais on se lie peu ! » Oui, ben le problème (et l’avantage) c’est que le net offre plus de possibilités. Mais toutes les rencontres possibles ne sont pas forcément des rencontres souhaitables, ou importantes. La multiplication des possibilités génère beaucoup de chaos, de « bruit ». Alors ce n’est pas un « bruit » désagréable, certes, mais il faut laisser le temps qu’il se filtre pour distinguer ce qu’il couvre en général… :blah: Et d’ailleurs ce commentaire ne sera qu’un « bruit » de plus. 🙂

  3. En fait, c’était un rendez-vous que vous vous étiez donnés il y a dix ans, pour reprendre cette fascinante et entraînante (tagada tsoin tsoin :dodo::dodo:)chanson…

  4. Pssst ! C’est un trackback, c’est à dire qu’un blogueur a écrit un article en citant mon post. Il n’y a donc qu’une partie du post en question, il faut cliquer pour aller voir le tout.
    :book:

  5. quelqu’un pourrait me dire où trouver la chanson : tagada tsoin tsoin
    C’est de la comédie musicale « La route fleurie ». J’aimerais bien avoir le texte…
    MERCI d’avance.
    Caro

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages