MatooGooroo

Hier soir, j’avais organisé un piti dîner avec quelques potes dont Diego (et oui il est tout le temps là !), Nabil, Jeff et Séb. Mais l’invité d’honneur était P. que je n’avais pas vu depuis quelques temps, et que je me faisais un plaisir d’inviter dans mon nouveau chez moi. Nous avons passé une chouette soirée, même s’ils se sont moqués, à juste titre, de mon armoire brinquebalante et hideuse. Nabil avait ramené des pâtisseries libanaises pour le dessert, qui ont bien dû contribuer à me faire prendre 12 kg par bouchée mais, donc, vraiment succulentes !

P. est un garçon que je connais depuis 4 ans, nous nous étions rencontrés, à l’époque alors qu’il allait avoir 20 ans, chez un pote de cara que nous avions en commun pour un anniversaire. P. était monté d’Angoulême pour un entretien et dormait chez ce même pote sur Paris. Nous avions alors fait connaissance, et nous nous étions… heu… rapprochés ! :mrgreen: Nous nous étions donc uniquement vus lors de cette mémorable soirée (d’ailleurs Jeff était là aussi), et par la suite nous correspondions (amicalement) par le web et par téléphone. Ses parents sont des agriculteurs de la région angoumoise et plutôt pas très enclin à accepter l’homosexualité balbutiante du dernier rejeton. P. me racontait que ses parents se méfiaient beaucoup du fait qu’il aille à Paris, chez des « gens » qu’il rencontre par internet etc. Je ne me souviens plus tellement des circonstances, mais il a fait son coming-out contre vents et marées, et ses parents l’ont plutôt mal pris, et surtout ont été complètement paranos à croire qu’il était drogué ou dans une secte (aaaaaah les Sodomites Parisiens Associés !).

Et moi dans le même temps, je me dis que je dois le soutenir un peu dans sa lutte, alors je lui parle beaucoup au téléphone et j’essaie de comprendre la situation, afin de lui donner les conseils idoines… en gros ne pas se fâcher avec les parents tout en leur faisant accepter l’inexorabilité de la situation. Mais bon, ce qui a fonctionné avec mes parents, n’est pas forcément ce qui marche avec les autres… oh là là, c’est clair ! En gros, il m’a un peu trop évoqué et ses parents ont pris peur, ils ont pensé que j’étais un gourou de secte, intéressé par vendre leur ferme (enfin j’aurais d’abord dû éliminer les parents et les descendants lol) pour financer mes projets de conquête sodomisatrice de la planète. Je caricature, mais je décris je crois assez précisément le genre de paranoïa qui les a saisis.

J’avais quelques jours de vacances, alors je propose P. de descendre à Angoulême, d’en profiter pour visiter la ville et de discuter en live avec lui. Je prends donc le TGV… et je file vers les Charente. Quelques dix minutes avant d’arriver, je reçois un coup de fil. Le père de P. !!! Ah ??? Quoi ??? Bon et bien ok. P. ne pourra pas venir me chercher à la gare. Au revoir monsieur.

Du coup, j’arrive à la gare. Je vérifie l’horaire du prochain train qui retourne à Paris, et je prends mon billet. Zen ! J’en ai profité pour aller faire un tour en ville, et je reçois finalement un coup de fil de P. Ce dernier m’apprend que la situation s’est envenimée, que ses parents l’ont quelque peu kidnappé, lui ont subtilisé ses clefs de voiture, son téléphone portable et l’ont drastiquement enfermé dans sa chambre. Il a simplement réussi à récupérer son mobile après maintes tractations. Waoooow ! Du coup, je monte sur mes chevaux, et lui propose de les prendre à leur propre jeu ! Je voulais qu’ils disent à ses parents que leur attitude m’inquiétait, et que j’allais prévenir la gendarmerie pour être sûr que rien n’arriverait de fâcheux. Genre… l’attitude bizarre et hors-norme c’est « vous » ! Mais bon, P. n’était pas d’accord… rhalalala.

Une fois rentré chez moi, je tenais tout de même à ne pas laisser cette situation sans intervenir un minimum. Et il me paraissait que c’était allé tellement loin dans la parano, qu’un petit retour sur Terre s’imposait. J’ai donc écrit une lettre à ces parents, une MatooLettre. Je l’ai joué le plus naïf, candide, ingénu et innocent possible ! J’ai écrit une longue missive où j’expliquais que, le plus simplement du monde, j’étais un ami de leur fils, que je venais le voir à Angoulême pour visite cette jolie ville que je ne connaissais pas. Et puis, j’ai ajouté que je travaillais à Paris dans une entreprise d’une telle renommée que je savais que cela ferait rutiler mon blason. J’ai enfin exprimé ma vexation et mon indignation d’avoir été considéré comme un pestiféré ou pire de leur part, chose que je ne comprenais vraiment pas. Je me souviens même avoir fait référence à ma maman, à qui j’avais raconté l’histoire. Mon but était vraiment de leur montrer qu’ils s’étaient montés la tête pour rien, que leurs clichés étaient vraiment éculés, et qu’ils avaient vraiment fait une grotesque erreur, et surtout que c’était moi qui les trouvais un peu chelous ! Surtout de me prendre pour un gourou de secte ! Mouaaarf. Et avec cela, j’avais joint la photocopie de ma carte d’identité et de mon badge d’entreprise pour prouver mes dires.

Je ne sais pas si cela a eu un tel effet, je ne crois pas en fait. Mais ils ont bien dit à P. qu’ils avaient reçu ce courrier. Mon épître a un peu eu l’effet d’un pétard mouillé, et j’ai compris que communiquer n’est pas toujours chose facile. Ce qui est terrible c’est qu’ensuite, P. a abandonné ses études, pour travailler et gagner son indépendance. J’ai toujours trouvé que c’était dommage… Mais bon, depuis, ses parents ont accepté cet état de fait, et à présent leurs relations se sont normalisées. Et puis P. est un gars sérieux, qui est en couple depuis plusieurs années et qui a gardé un sacré sang-froid.

Au final, cela ne s’est pas si mal passé pour lui, quand on a idée de la manière dont cela peut se finir dans d’autres familles…

13 Commentaires

  1. ouais comme quoi c est pas toujours facile , le plus dur est au début , je diris passage forcé pour vivre plus heureux apres ( pour la plupart j espere) kissous Matooooo:love:

  2. quelle histoire émouvante :gene:, de quoi sortir son mouchoir et remanger des pâtisseries orientales …
    j’ai effectivement remarqué sur tes posts que Diego était abonné à tes soirées :mrgreen: et il n’ a toujours pas de blog du coup son nom n’est jamais linké , ca fait pas propre 🙁

  3. :redface: c’est assez bien raconté, bien romantisé, l’idée des évènements y est… Je me souvenais plus de la proposition de mat pour les gendarmes 🙄 mais c vrai ! Sauf que je voyais mal débarquer Julie Lescault, Corinne Touzet & Co au ranch de la famille Ewing… Du coup, effectivement, j’ai fini par trouver un consensus qui faisait que je pouvais enfin vivre sans cacher tout ce que je faisais (ah les multiples A/R Poitiers – Paris…), en ayant mon indépendance (studio et voiture A MOI) et en pouvant du coup au aussi critiquer la façon de faire de mes parents :boulet:. Pour terminer, je dirais juste que je ne souhaite à aucun Djeun’z d’aujourd’hui de vivre ce que j’ai pu vivre :mur:, que ce soit l’indignation, le mépris. Et un Clin d’oeil à une de mes 2 soeurs :salut: (ben oui, chez JR et Sue Ellen, y’a 3 gaillards, et 2 fillottes) qui ont au final réussi a faire évoluer mes parents.
    Et au passage, je précise que les-dits JR et SE pourront d’ailleurs se vanter au final d’avoir 2 filles mais 4 gendres… oui, oui, Msieur-Dam’… Chercher l’erreur… :gne:

    Merci en tout cas Mat’, pour ton soutien à ce moment là, je m’en souviendrai. 😉

  4. C’est marrant, je viens juste de finir de lire Fight Club, et je me demande brusquement si Matoo est pas une sorte de Tyler Durben, une espèce de gourou subconscient dément…
    « People are always asking, did I know about Tyler Durden. » 🙂

  5. et la visite sans « P. » a angouleme etait pas possible ? jchui sure que t’y est jamais retournée pour visiter ca ..euh, cathédrale, son super….euuuh fonatine au milieu du par et sans oublier sa…euuuh on a pas va l d’europe nous en RP ? non avoue, ct seulement pour « P. » que t’es venu a angoulème ? :):censure:

Répondre à Gluon Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages