Elle a pas d’culotte !

Tout a commencé, vendredi matin. Je me lève, prends ma douche, sors des fringues. Et hop, plus qu’un seul calbute dans le tiroir à calbutes. Damned ! Donc une lessive était à programmer au plus tôt du week-end, pour ne pas tomber en rade (oui j’aime bien en changer dès que je prends une douche quoi !). J’avais rendez-vous avec Padawan le soir pour prendre un verre et dîner, donc je ne suis pas rentré chez moi, et je n’ai pas pu lancer une machine.

Nous sommes allés dans un bar que François connaissait et qui est vraiment sympa dans la déco et le genre. C’est le « Snax-Kfé » 182 rue Saint Martin, juste à côté du bar de goudou : l’Unity. Et puis, il m’a fait découvrir le « Dos de la baleine » où il est connu comme le loup blanc (on ne confond pas, le Loup Blanc est aussi un resto !). J’avais beaucoup entendu parler de ce resto, et à raison car je me suis absolument régalé. Et puis, avec un tel interlocuteur, je ne pouvais que passer une délectable soirée.

Et là… samedi matin (oui bon, je me suis levé à 12h30), le drame ! Putain de chiotte, plus un caleçon à enfiler ! Je mets rapidement une machine en route (vers 14h30 le temps de me réveiller devant les mystérieuses cités d’or quoi…). Je sors le linge (16h… ouai ben j’avais d’autres choses à faire !) et je l’étends prestement. Evidemment, l’heure de partir à mon rendez-vous arrive à la vitesse d’un cheval au galop, et tous mes caleçons restent dangereusement mouillés, au mieux humides. Je pense trop tard que j’aurais simplement du aller les sécher à une laverie en bas, mais je n’ai plus le temps. Alors je prends une cruciale décision. Une décision qui allait peut-être changer le cours de mon existence.

J’enfile mon 501 sans rien dessous. On ne crie pas « oouuuuuh la salope s’il vous plait », je ne pouvais vraiment pas faire autrement. :mrgreen: Je sors de chez moi, et file pour choper le métro et être à l’heure à mon rendez-vous avec Jeff Place Sainte-Opportune (LE meeting-point de tous les pédés de Paris). C’est super bizarre cette sensation de se balader sans calbute. J’ai l’impression que tout le monde s’en rend compte, et puis au début, les frottements me font un peu peur, je me dis que je ne vais pas tarder à avoir le barreau ! Un peu comme si j’étais à la piscine sans maillot de bain, il y a comme une sensation curieuse de liberté. Et puis, je surveille aussi bien mon entrejambe, parce que je crois que ma teube va sortir entre deux boutons du jean, mais non, tout va bien. Je suis hilare à penser que c’est toujours dans ces occasions là, que l’on a à montrer son caleçon, ou bien que l’on se retrouve à oilpé en oubliant la particularité de la situation.

Je retrouve Jeff, Fabien et Emeline Place Sainte-Opp et nous filons bouffer au japonais rue du Roi de Sicile. Ensuite, nous rejoignons deux copines d’Emeline et puis nous décidons de prendre un verre au Coeur Couronné. Et là bien sûr, il a fallu que le caleçon invisible me joue des siennes. En fait, je descends pisser tout bêtement. J’urine donc tout classiquement, et un type arrive pour prendre ma place. Et là comme d’hab, je remets mon machin en place et je recommence à me boutonner en m’écartant de l’urinoir face au mec, en lui donnant une vue plongeante sur mon pubis nu. Rhaaaaaaaaaaa ! Le mec écarquille les mirettes, et me lance une oeillade significative. Moi je deviens certainement rouge pivoine et me reboutonne à la vitesse de SuperJaimie en me disant que là je venais de passer pour LA plus grosse salope de la soirée. Je ne regarde pas le mec, et je me sauve en quatrième vitesse, d’ailleurs j’ai manqué de me péter la gueule dans les escaliers en remontant.

Ensuite j’ai emmené tout ce petit monde au Snax-Kfé (histoire de valider mon impression de la veille), et puis avec Fabien et Jeff, nous sommes passés au Carré pour saluer Ludo qui revenait de New-York, où il bosse depuis plusieurs mois. Le Carré !! Ah là là ! Heureusement que le coup du calbute transparent ne m’est pas arrivé là. Mouarf. En effet, on arrive au Carré, et les scanners de la soixantaine de tapioles en furie nous passent au crible (‘tain elles ont même du voir que j’avais pas de culotte !). Nous retrouvons rapidement Ludo qui est encore une fois au centre d’une table bien garnie… oh mais c’est une réunion Dialh ??? Ah nan ?! Ben pourtant, je comprends pas, je connais les pseudos de tout le monde ! :langue: Nous ne restons que quelques instants malgré des propositions de nous asseoir (Nan désolé, j’ai oublié de mettre un calbute, j’ai failli dire. Siiiiii, j’vous juuuuure madame, j’en avais plus de propres ! Aaaah, ne jurez pas Marie-Thérèse !), et je rentre à pied en profitant d’une sympathique brise qui m’aère les neurones (et pas… nan nan).

Ce matin, tout était rentré dans l’ordre… mes caleçons bien propres et secs dans le tiroir à calbutes, j’ai pu rejoindre les potes Zap et Sixte (comme les pseudos l’indiquent, deux mecs de Yarps/Gayvox que je connais depuis plusieurs années) pour un chouette dîner dans le marais (on est allé au Pavé où un autre mec de Gayvox, Cyril, bosse) avec aussi Fred, une amie de Zap. Ensuite, on est allé prendre un petit café à l’Imprévu… de quoi terminer le week-end dans la quiétude et la bonne humeur.

J'aime 0

40 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: