Les poteaux roses

Temps de lecture : < 1 minute

[Via Laurent] Il faut savoir que la première fois que j’ai du écrire un « sot-l’y-laisse » (c’était une putain de dictée de Pivot), j’avais plutôt vu ça comme ça : « Solylès » ce qui avait beaucoup fait rire mes parents. J’ai été captivé par Chris qui livre une belle analyse des « poteaux roses ». Laurent lui donne même l’occasion de reprendre les rênes/rennes.

2 Commentaires

  1. A vrai dire, pour le sot l’y laisse, il a fallut qu’un pote m’explique avec un poulet sous la main pour que je comprenne…
    J’ai toujours eu du mal aussi avec censé et sensé : on est bien censé (avec un « c », comme dans census : on compte sur soi) faire quelque chose de sensé 🙂

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:mainbouche: 
:rire: 
:chut: 
:gene: 
:triste: 
:pleurs: 
:vomir: 
:grrr: 
:drapeau: 
:sourirechat: 
:huhuchat: 
:aheumchat: 
:horreur: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:croa: