La culture c’est comme la confiture Leclerc

Je n’ai rien lu ou vu sur ce spot pour les « espaces culture » des hypermarchés Leclerc que j’ai vu pas mal de fois au ciné, or je trouve que cette publicité est excellente. Un peu à la manière des pubs pour Le Parisien qui jouait sur les poncifs et les plus désagréables manières des parigots (têtes de veaux), cette séquence publicitaire joue sur le bobo en visite dédaigneuse dans une Province profonde cliché à mort.

Le spot repose ainsi sur un double cliché et une confrontation très marrante. D’un côté les bobos parisiens facheunes et rafinés qui débarquent dans la fameuse Terra Incognita : « Hors de Paris », et de l’autre les fameux provinciaux qui sont en apparence des beaufs finis, mais dans le fond de fins lettrés* grâce à Michel-Edouard.

Pour Michel-Edouard, il ne s’agit évidemment pas d’un double cliché, mais bien de proclamer (sur son blog) que « la culture est partout à sa place et qu’elle n’est pas l’apanage d’une élite », ce que je trouve très juste. Mais tout de même, cher Michel-Edouard, des « Deschiens » comme on les voit dans ce spot, il en existe de vrais (et sans simulation) dans les rades les plus banals de la capitale (et ailleurs !). Et on peut être parisien sans être élitiste ou provinçophobe. Je connais similairement pas mal de bobos dans des villes de Province qui n’ont rien à envier aux parisiens (têtes de chiens) pour le coup !

Par conséquent, la pub me fait encore plus rire. Parce que dans l’espace culture de mon centre Leclerc à moi que j’ai (à Osny, j’ai été élevé dans un des plus grands de la Terre !!!!) depuis que je suis tout petit, on ne trouve pas que des joyaux mon chou. Des têtes de gondole blindées de « Da Vinci Code » aux tables élégamment recouvertes du dernier manuel de savoir-vivre de Nadine, en passant par les mémoires de Diana et la filmographie illustrée de Dary Cowl, il est vrai que la notion de Culture en prend un grand coup dans la reliure. Et c’est dans le 95 d’ailleurs, c’est la Province ? Ou pire… la banlieue est un no man’s land !

Mais d’un point de vue marketing c’est génial, je suis fan de l’idée. Et j’avoue que ce spot est extrêmement habile, et distille avec beaucoup d’intelligence ses messages. Disons que je trouve Michel Edouard un peu plus fin que les Magasins U et leurs fameuses « Missions Prix » dont la portée misérabiliste n’est plus à prouver. 😉

*oui, j’aime les allitérations

17 Commentaires

  1. Alors oui, bien sûr moi aussi j’ai bien aimé, mais je trouve que ça limite à fond la définition de culture. On se retrouve face à une culture qui est « classique-ouvrage relié-peinture non figurative ». Un esprit très Télérama. Ils donnent les programmes que tout le monde peut recevoir sur l’Hexagone, mais les articles sont parisiano-parisiens (arrêtez moi si ça a changé, ça fait un bout que j’y ai pas jeté un oeil). Ben là c’est pareil. Et si la méthode ce n’était pas de dire « tiens vous voyez ils sont comme nous » mais plutôt de reconnaître ce qu’il y a de différent sans pour autant tomber dans le gouffre du « terroir=tendance » (c’est pas facile de pas tomber dans ce piège, remarquez) ?
    La culture c’est aussi le portrait du chien, les poches qu’on trimballe un peu partout, jusqu’à la plage pourquoi pas, et les Fabulous Trobadors, les fêtes de Bayonne, les décorations de Noël à Strasbourg, les petites expos qui changeront pas forcément la face de l’histoire de l’art mais dont l’organisation implique tout un village et qui rassemblent les gens, pour parler, pour être ensemble, les ruines romaines dans lesquelles ont organise des concerts, les parcs naturels… Enfin touça touça. En tout cas ce n’est pas parce qu’une chose nous paraît kitsch que c’est pas de la culture. D’ailleurs faut se méfier parce que je vous parie que d’ici trois ans le portrait de chien ça sera trooooop hype, même si on dira plus pareil à cette époque…
    Bonbonbon, je sors d’une épreuve de concours, alors forcément je suis pas très fraîche ; j’ai même pas assez de bon sens pour me relire et pour pas cliquer sur « Say it! », c’est dire !

  2. J’étais parti pour écrire un commentaire méchant sur toi mon Matoo, parce que ce soir j’avais envie de mordre et que tes revues culturelles m’ennuient, mais ton post était trop bien, et je n’ai pas pu… heureusement, la pauvre petite Fabienne fatiguée est arrivée… Alors Fabienne, merci, merci, infiniment. Bon, je viens de laisser un commentaire terrible sur le blog de Bradshaw. Je suis repu, rassasié, je vais me coucher… et Fabienne est une trop mignonne petite souris pour ne pas la laisser en vie pour une prochaine fois. Bizsssss.

  3. Aaaaargh, je viens de me relire et je trouve ça… euh un tantinet agressif. Enfin je voulais pas, c’était pas du tout l’intention en tout cas. Et puis moi j’adooooore l’actionnisme, les sushi ça me met en transe, et j’aimais bien Télérama, ça parlait de plein de trucs que j’aimais bien ou que je pouvais avoir envie de découvrir.
    Laissez moi la vie sauuuuve monseigneuuuuuuuuur ! :pleure:
    (oui je suis toujours aussi crevée, je vais y remédier tout de suite :dodo:)

  4. J’ai un scoop : il y a une censure électronique sur le blog de Matoo… Toute une partie de mon dernier commentaire a été enlevée, la plus croquante en plus… Matoo a peut-être fait ça pour protéger sa copine, c’est gentil pour elle mais c’est éthiquement discutable. Ou alors, comme le parlais de mettre des bombes dans des village, il a peut-être envoyé ça au quai d’Orsay. C’est chouette, on se croirait aux USA, le pays où on ne peut plus plaisanter.

  5. Bon, je comprends, elle a l’air trop mignonne Fabienne. Et c’est rare de tomber sur des commentateurs qui savent répondre sans se sentir agresser. Tu as raison de censurer les mails pour ta copine Matoo, elle doit être intelligente et très sympa. Bon, chère Fabienne, la méchanceté que j’avais mise, c’est que tu inventais dans ton commentaire la culture à l’envers : plus on te lisait, moins on en savait. C’était pas très gentil, je sais. Mais j’ai l’amour vache. Bonne nuit.

  6. Sujet très intéressant. Difficile à définir ce qui fait partie de la culture et ce qui n’y est pas inclus… on entend souvent aussi parler de « culture populaire » de manière péjorative comme s’il s’agissait d’une sous-culture qui n’est pas digne d’être considérée comme valable.

    Selon la définition de culture: • [sens figuré] Instruction, éducation.• Ensemble des données acquises et transmises à l’intérieur d’un groupe social.• Les productions intellectuelles, artistiques, religieuses, etc., de ce groupe. (tiré de: http://dictionnaire.tv5.org/dictionnaires.asp?Action=1&param=culture&che=1 )

    Tout dépendrait donc du groupe social auquel nous appartenons? Au fait, dans quel groupe suis-je? :book: 😎 :blah:

    Bref, j’aime bien le spot … bien pensé! Il serait intéressant de voir l’autre côté de la médaille aussi (les gens de la ville qui en fait ne sont pas si cultivés qu’ils en ont l’air …hehe)

  7. Mais, cher Jonas, les gens de la ville ne sont PAS cultivés. Il suffit de s’asseoir quinze minutes dans une rame de métro, de choisir une conversation au hasard et d’entendre des perles comme « Attends, il me gave parce que Maupassant, j’ai dit que c’était un mec du seizième siècle. Sérieux, qu’est-ce que j’en ai à branler de Maupassant ? »
    Tout est dit.

  8. Dans le genre Paris/Province, il y a aussi le « Paris Dernière à Groland » qui vaut le détour ! « C’est quoi les spots trendy à Troufignolles-en-Brie ? Les lieux tendance ?? Elle est où la hyyype !? … Le baaaar, quoiii ! » « Ah ben « chez Germaine », c’est au bout de la rue à droite, mais Germaine, elle pionce, là. » :mrgreen:

  9. perso Matoo, je déteste toutes les publicités Leclerc qui, certes, sont créatives, plus que les autres hypermarchés, mais sont d’une démagogie assez insupportable, merci d’avoir précisé que la culture selon Leclerc ce n’est pas extrêmement varié…
    et puis en ce moment il y a une publicité Leclerc, une affiche cette fois, qui reprends une photo (ou alors est-ce une photo « à la façon de ») de mai 68, en tout cas une manifestation contestataire pour dire, qu’en gros, maintenant la contestation elle se joue sur le pouvoir d’achat, avec petite précision sur l »affiche pour le prix d’un shampoing…brader à ce point la contestation des années 60/70, ce n’est même plus drôle, c’est du cynisme complet…

  10. Bonjour, j’ai vu cette pub pour la première, hier, et je la trouve très bien réalisée.
    J’ai vu que vous aviez réussi à l’insérer dans votre blog, pouriez vous me donner l’adresse du site où vous l’avez trouvez svp, parce que je « m’abrutis dessus » depuis près d’une heure, et je l’ai trouvé qu’ici !

    Merci de me répondre assez vite svm, Cordialement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages