Fucked-up

Temps de lecture : < 1 minute

Dans le métro toute à l’heure en rentrant avec Oli :

Moi (l’oeil égrillard) : Ouai je le kiffe bien ce con.

Oli (le sourire de connivence) : Ah ouai ?

Moi (faussement rationnel, sérieux et inquiet) : Ouai mais bon il est fucked-up de chez
fucked-up, tu sais…

Oli (jubilatoire) : Ah ouai, donc tu adores !

Moi (extatique) : Oh ouai alors, grââââââââve !

Oli (pratique) : Bah au pire, juste un coup non ?

Moi (romanesque) : Oh non, je pense que je tomberais amoureux, parce que vraiment il me fait des trucs.

Oli (dubitatif) : Ah bon, t’es comme ça toi ? Tu refuserais un coup de peur de tomber amoureux ?

Moi (fucked-up) : Non, non, je baiserais quand même. Et puis je tomberai amoureux, et puis je serai triste à mourir, je jouerai les Sarah Bernhardt et tout le monde me plaindra. Ma vie sera riche et pleine de sens.

Merde, il me connaît trop cet Oli ! (5 ans non ?)

J'aime 0

9 Commentaires

  1. Ce qui est tout de même un peu chiant, avec Matoo, c’est de suivre où il en est dans ses affaires de coeur. C’est… pfiou… presque épuisant ! Surtout quand on n’a pas les prénoms ! :redface:

  2. Veuillez me plaindre svp parce que des matoos j’en ai au moins 3 autour de moi… alors s’il n’y a pas les prénoms ici, à côté c’est la valse des prénoms et je m’y perds ! Help !

  3. On m’offre à midi l’intégrale des Fables de La Fontaine. J’y pêche ceci pour Matoo:

    L’Amour et la Folie

    Tout est mystère dans l’Amour,
    Ses flèches, son carquois, son flambeau, son enfance:
    Ce n’est pas l’ouvrage d’un jour
    Que d’épuiser cette science.
    Je ne prétends donc point tout expliquer ici:
    Mon but est seulement de dire, à ma manière,
    Comment l’aveugle que voici
    (C’est un dieu), comment, dis-je, il perdit la lumière;
    Quelle suite eut ce mal, qui peut-être est un bien
    J’en fais juge un amant, et ne décide rien.

    La Folie et l’Amour jouaient un jour ensemble:
    Celui-ci n’était pas encor privé des yeux.
    Une dispute vint : l’Amour veut qu’on assemble
    Là-dessus le conseil des Dieux;
    L’autre n’eut pas la patience;
    Elle lui donne un coup si furieux,
    Qu’il en perd la clarté des cieux.

    Vénus en demande vengeance.
    Femme et mère, il suffit pour juger de ses cris:
    Les Dieux en furent étourdis,
    Et Jupiter, et Némésis,
    Et les Juges d’Enfer, enfin toute la bande.
    Elle représenta l’énormité du cas;
    Son fils, sans un bâton, ne pouvait faire un pas:
    Nulle peine n’était pour ce crime assez grande:
    Le dommage devait être aussi réparé.
    Quand on eut bien considéré
    L’intérêt du public, celui de la partie,
    Le résultat enfin de la suprême cour
    Fut de condamner la Folie
    A servir de guide à l’Amour.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:mainbouche: 
:rire: 
:chut: 
:gene: 
:triste: 
:pleurs: 
:vomir: 
:grrr: 
:drapeau: 
:sourirechat: 
:huhuchat: 
:aheumchat: 
:horreur: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:croa: