Serenity : l'ultime rebellion

Bon bah ouai ok d’accord… c’est un film de série Z. Parce que je considère que « Pitch black » ou les « Chroniques de Riddick » font partie de la bonne Série B fantastique/SF (avec « Planète hurlante » aussi par exemple), mais là il faut décemment un peu descendre dans l’alphabet.

Déjà, je n’allais pas voir le film en tant que fan de la série, ni même en tant qu’aficionado de Joss Whedon (honte à moi, je n’ai jamais vu un Buffy de ma vie). Et j’ai trouvé cela très divertissant et agréable : de l’action, du rythme, des bastons, des images de l’espace, des vaisseaux spatiaux etc. Mais tout de même, les effets spéciaux étaient assez inégaux, et parfois à la limite de l’acceptable. Une ambiance « spatiale » à la Galactica, mâtinée de Mad Max pour les personnages, de Blade pour l’action, et avec pas mal d’autres emprunts plus discrets et plus ou moins pertinents.

La Terre était trop peuplée, aussi des gens sont partis sur d’autres systèmes solaires, et ont terraformé des planètes inhospitalières. Il y a alors les planètes de l’Alliance qui tentent de soumettre des planètes dissidentes à leur autorité, et même une race à part un peu bizarre : « les termites ». Ces derniers sont typiquement des méchants à la Mad Max : des cannibales scarifiés qui pillent, violent et saccagent l’univers. Là dedans, l’Alliance travaille sur des cobayes un peu spéciaux, et une fille en particulier. Il s’agit d’une jeune femme fragile dont les psychoses en font une medium (façon « Minority reports ») et une guerrière redoutable lorsqu’elle entre en crise. Son frère vient la libérer d’un labo top-secret, et l’embarque sur un vaisseau où il est le médecin d’un équipage de petits mercenaires trafiquants. Et voilà la fine équipe embarquée dans une drôle d’histoire avec l’Alliance qui recherche la fille de peur qu’elle n’ait au accès à des dossiers secrets grâce à ses pouvoirs de télépathie.

Le film échappe au navet grâce à quelques ressorts sympathiques, et surtout cet environnement « space opera » qui fonctionne toujours pour moi, qui suis tellement féru du genre. Pour ceux qui ne le sont pas, ils peuvent aisément s’en passer.

Serenity : l\'ultime rebellion

5 Commentaires

  1. Ohlala, moi j’ai envie de le défendre ce film. Série Z, tu y vas un peu fort , mon ptit bonhommme. On est quand même à des années-lumières d’un film cheap, fait avec trois francs six sous (ou trois dollars et six cents en l’occurence), où scénar, acteurs et mise en scène, tout est bancal… genre Ed Wood par exemple (le réalisateur de PLAN 9 FROM OUTER SPACE, pas le film de Tim Burton).
    Alors effectivement, le cahier des charges de tout bon blockbuster n’est pas trop respecté, ça n’explose pas toutes les cinq minutes, les effets spéciaux sont un peu cheap (voire même carrément ratés et déjà vu trois millions de fois dans certaines scènes). Mais moi ça me rassure, au moins Whedon ne joue pas l’esbrouffe en nous balançant des FX pour cacher un mauvais scénario. C’est finement écrit, les dialogues sont très bons, il fait même un peu de mise en scène, et même si ça n’a rien d’original, il nous livre un film plus proche du western que de STAR WARS. Et puis pas de stars pour phagocyter le film.
    C’est marrant la comparaison avec l’immonde LES CHRONIQUES DE RIDDICK, parce qu’il y a tout ce que je déteste au ciné dans ce film. C’est monté à la truelle, fimé n’importe comment, le scénar aurait pu être écrit par Luc Besson période YAMAKASI, avec des effets numériques en veux-tu en voilà. Et le pompon, Vinounet n’a pas une seule fois l’occasion d’enlever son marcel (rendez-nous Bruce Willis dans DIE HARD).
    Il y a 20 ou 30 ans, il y avait de grands films de SF (ALIEN, BLADE RUNNER, 2001…) et pas d’effets spéciaux top moumoute. Parce que quand même, on voit les fils des maquettes de vaisseaux spéciaux dans 2001…
    C’est sûr, SERENITY n’est pas un chef d’oeuvre, mais on est loin du navet. Il correspond tout à fait à ce que j’en attendais (j’avoue, je suis fan de Buffy/Angel, et j’avais vu « Firefly »)

    Et sinon, dans la VF, les « Reavers » sont traduits par « Rapineurs »… N’importe quoi…

  2. uil y a une trés grosse différence entre le fantastique et la science fiction n utilise pas de termes dont tu ne connais pas la signification et encore moins les utilisé sur un film :boulet:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages