Retour en arrière ?

Temps de lecture : < 1 minute

Entre ce que RC rapporte de Vanneste, et ce que je lis des propos de Ségolène sur le site de Têtu… ‘tain on est mal barré. Je pense que nous sommes juste à la frontière d’une rétrogradation des moeurs. On ne croit jamais que le progrès peut s’arrêter, voire retourner à l’obscurantisme, mais force est de constater que nous en prenons le chemin caillouteux. Rajoutez à cela une Edwige Antier, et je crois que nous pourrons bientôt définitivement oublier l’idée d’un mariage pour tous. Je crois que le temps va venir où nous devrons de nouveau nous battre pour nos droits élémentaires. Veillons au grain…

23 Commentaires

  1. J’avais promis à Matoo de ne plus faire de commentaire, mais je tiens quand même à vous préciser que je ne vois pas pourquoi Ségolène Royal serait favorable au mariage pour tous, dès lors qu’en sa qualité d’hétéro elle préfère vivre en concubinage avec l’homme à qui elle a donné 4 ou 5 mômes. C’est tout.
    Que ceux qui sont concernés par un vote militant afin de désigner le candidat du Parti Socialiste en 2007 s’en souviennent.
    Voilà.
    Désolé Mathieu d’avoir écrit ça mais il me semble que c’est une évidence. J’espère que cela me vaudra de ta part une dérogation.

  2. y’a quand même plus qu’une large nuance entre, d’une part, la position certes moyennement progressiste de Ségolène Royal et, d’autre part celle inacceptable de Vanneste et des fous furieux qui le soutiennent sur son blog… pas d’amalgame matoo !

  3. je bosse dans une boite officiellement gay-friendly. heureusement qu’ils l’ont précisé car je n’ai jamais entendu autant de propos anti gay parmis les 1200 salariés de la boite (18-30 ans). La relève est rude à notre égard. Je crains, en effet, que nous entrions dans une phase d’autant plus pénible à vivre que l’on commencait à reconnaitre nos droits depuis quelques années. C’est affligeant.

  4. C’est un fait souvent oublié. Le « progrès » (je n’aime pas ce mot), n’est pas linéaire. Historiquement, il procède par des avancées, puis des reculs. On peut même envisager comme une sorte de « respiration » qui dépasse les générations. Ainsi l’Antiquité, au plan des moeurs (et abstraction faite de deux points, l’esclavage et la bestialité des jeux du Cirque) semble avoir été une époque bénie par les Dieux du ciel, merveilleuse de tolérance et d’épanouissement de(s) séxualités (Cf l’Art, avec les représentations des vases grecs, ou les écrits, entre autres ceux ici régulièrement commentés de Marc Aurèle). C’était avant que le judéo-christiano-islamisme ne s’abatte sur le monde avec tous les discours (et dérapages) qu’on connaît trop hélàs … Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’homophobie s’appuie sur le religieux, que ce soit ici, pour freiner les avancées, ou dans le monde oriental pour les empêcher, au prix de passer la corde au cou à des adolescents ayant commis le « crime » de s’aimer …

  5. L’un des intérêt à être au coeur des « lobbies gays » (je suis administrateur et au bureau du centre gay et lesbien) est qu’on apprend au fur et à mesure à trouver des moyens de contrer ces gens. Parfois dans la douceur et la pédagogie, parfois moins doucement… L’ennuie, bien sûr, est qu’on se rend vraiment compte d’un retour de bâton de l’ordre moral assez écrasant… d’où l’importance des mecs comme Delanoë ou même Roméro.

  6. Sans vouloir rajouter d’huile sur le feu, une minorité se bat pour exister ou disparaît purement et simplement.

    De plus, j’ai bien peur qu’il y ait pas de place pour l’homosexualité dans le schéma de la République. :croa:

    Reste à savoir s’ils vont être capables de me faire mentir…

  7. A propos de Ségolène, pour laquelle je n’ai aucune sympathie, je serais plus réservé. Elle pose de bonnes questions: qu’entendons-nous par « mariage homo », une sorte de super-pacs (à l’anglaise) ou l’égalité intégrale avec les hétéros (à l’espagnole)? Le point d’achoppement est bien sûr l’adoption des enfants. Au risque de passer pour réac, il ne faut pas sauter comme un cabri en gueulant « le mariage homo! le mariage homo » et traiter d’homophobe ceux qui tiquent. Au contraire, il est parfaitement compréhensible que la question des enfants soit délicate et inquiète certains. Il est infantile (et je pèse mes mots) de vouloir être plus moderne que d’autres, de vouloir être dans le vent. Personellement, à propos des enfants, je suis sceptique (au sens propre du terme, je suspends mon jugement), je considère que nous n’avons pas assez d’éléments pour pouvoir trancher. A fortiori, la question du mariage homo est trop importante pour qu’on se laisse dominer par l’émotion et soupçonner systématiquement d’homophobie les « tièdes », sinon le débat est impossible.

  8. Etienne > Je te retrouve bien là dans ce commentaire très posé 😉
    Ne penses-tu pas que nous n’aurons jamais « assez d’éléments » pour pouvoir trancher ? A ce compte-là, nous pourrions encore palabrer sur la légalisation de l’avortement, dans la mesure où c’était une question extrèmement importante (elle l’est toujours d’ailleurs). Il y aura toujours maints arguments pour et contre, la nature étant (hélas) ainsi faite.

    Ensuite, politiquement, on a le choix, on peut laisser les choses en l’état en attendant (quoi ?), ce qui finalement fait le jeu des rétrogrades, des conservateurs et des -phobes de tous bords, ou on peut marquer politiquement un désir de progrès social, tout en sachant qu’une mesure prise n’est pas parfaite, mais qu’elle marque une évolution dans une structure existante. En ce sens, je trouve Ségolène bien timide et cette timidité fait hélas le jeu des homophobes.

  9. Pour répondre à Etienne, je pense que les mots de Royal, s’ils parraisent soft, ne le sont pas: au congrès du mans, il a été clairement noté que le programme PS comporterait le mariage homo. Le fait que la plus présidentiable actuelle du PS explique qu’il faut débat, cela signifie qu’elle est prète à supprimer l’engagement prit au Mans. Quand on voit à quel point les députés PS avaient trainer les pied pour voter le pacs, on imagine le temps que prendront les débats…

  10. Le retour au moyen age c’est le mariage. Je ne comprends pas qu’on s’accroche à cette institution ringarde. Une amélioration du pacs me parait réellement plus judicieux puisque tout ça n’est plus qu’une question de droit (et me ferait changer d’avis ! oui mon coeur c’est pour toi que je dis ça !). L’amour c’est… pfff :love:

  11. Pas d’accord, moi je pense que ces propos réactionnaires que l’on entend depuis quelques temps, les pétitions qui circulent et tout le toutim, sont les symptomes de ceux qui savent que leur combat d’arrière garde est perdu d’avance. Toute les motions socialistes parlaient du mariage homo comme d’une évidence et seule une de parlait pas d’adoption par des couples de même sexe. Les Verts sont depuis longtemps très en avance sur ces questions et les cocos ont fait de grands pas en avant. Moi je ne doute pas que si la gauche gagne en 2007, le mariage et l’adoption sont quasiment acquis.
    Toutes ces gesticulations des réacs en tout genre montrent qu’ils sont acculés et qu’ils ont chaud aux fesses. Je suis finalement assez optimiste sur ce point. La direction que prend le pays en revanche sur les questions sécuritaires, sur les questions de racisme et d’immigration, de droit du travail me préoccupent bien plus que notre sort qui s’il n’est enviable n’est pour le moins pas le plus à plaindre…

  12. J’allais écrire ce que « Philoo » a dit au début de son commentaire :-). En revanche, je trouve un peu naïves les critiques contre la position mi-chèvre mi-chou de Ségolène – pour être présidentiable, il faut rassembler une MAJORITE, donc mettre de l’eau dans son vin – tout comme la certitude que si la gauche passe, le mariage sera étendu à tous les couples – ça s’est déjà vu, des programmes non tenus – . Vous croyez VRAIMENT que la gauche renationalisera les 15% d’EDF, si elle passe ?????

    Et d’accord avec « fcrank » et « etienne aka Sozo ». :salut:

  13. La véritable question n’est peut être pas pour ou contre le « mariage homo », l’homoparentalité ou l’adoption par les homos mais plutôt de savoir sur quelles bases reposent cette inégalité des droits entre citoyens ?
    Les opposants de tous bords, au fait que des homos puissent accéder à la totalité des droits des citoyens, nous parlent « d’intérêt supérieur de l’enfant », du « respect de la famille » (sic) voire de « préservation de l’humanité » (re-sic). D’autres, ne voulant pas paraitre réac et notoirement homophobes, nous font dans la sémantique en disant que le terme de mariage ne sied pas aux homos…Est ce encore acceptable ?

    Grrrr ça y est je suis encore énervé :mur:

  14. Oui, là, mon Matoo, tu fais un raccourci un peu cavalier entre Vanneste et Ségolène : on ne joue tout de même pas dans la même catégorie… Surtout qu’à la lecture des propos de Ségolène rapportés sur le site de Têtu, c’est étrange, mais je n’interprète pas les choses de la même manière que la journaliste, Emmanuelle Coste. Je passerai sur la ligne éditoriale de Têtu qui m’emm**** généralement plus qu’autre chose, mais je ne trouve pas les propos de Ségolène négatifs.

    En vérité, elle se positionne (et ça sera peut-être une éventuelle image de campagne présidentielle si elle est LA candidate) en « mère ». La mère aimante, la mère soucieuse. D’où cet espèce d’ombre et lumière entre l’idée d’une reconnaissance de plein droit de l’union homosexuelle et la notion de mariage ouvert à l’homosexualité. Dans le climat de « retour à l’ordre moral » parfois pressenti (sans doute aussi beaucoup exagéré, ou plutôt mal interprété), la volonté de Ségolène est bien d’essayer d’allier le pragmatisme des droits (égalité pour tous) et la prudence symbolique républicaine. Ceci dit, elle reste ouverte au débat, dont les conclusions, pour les militants socialistes, sont bel et bien le mariage homosexuel. Quant à l’adoption, j’ai moi-même très envie d’être père un jour (quand je serai un peu plus mâture ! :redface:) mais j’avoue sans honte que je me pose des questions sincères et innocentes sur l’implication de mon homosexualité (au niveau psychologique et, surtout, au niveau social) sur mes futurs enfants.

    Ceci dit, politiquement, je trouve sa position assez saine et mesurée, au lieu de la passion dévastatrice d’un Vanneste ou d’un Sarkozy (dans deux cadres très différents, mais dont les passions politiques semblent bien proches).

    Prendre des décisions politiques sous le coup de la passion (la passion égalitaire dont parlait Tocqueville ?), c’est la course au n’importe quoi. Le débat sur le mariage gay puis sur l’adoption des homos a lieu au sein de l’opinion publique : il y aura alors un second temps où ce débat pourra avoir lieu au sein de la classe politique dirigeante. Face aux experts sociologues et psychologues que sortent de leurs manches tant les homosexuels intégristes (oui, il y a des homosexuels intégristes) que les cinglés intégristes pro-cathos, une commision pourrait être installée, républicaine, avec des experts reconnus et pas sortis d’on ne sait où, qui pourront donner leurs avis et leurs conclusions.

    Notre revendication politique homosexuelle se doit d’être pasionnée parce que nous sommes une minorité qui avons des droits à faire reconnaître, mais la raison et la mesure se doit de parler lorsque la République prend des décisions.

    Désolé de jongler entre ma casquette de pédé revendicatif et de citoyen mesuré. :joker:

  15. Hé là, je n’ai pas dit que j’assimilais Ségolène à Vanneste. N’allez pas vous même lire entre les lignes et vous leurrer. 😆 Mais ce sont des informations qui me chagrinent et me font peur. C’est un mauvais « trend ». Et je n’aime pas du tout le côté gentiment réac de Ségo. Son côté « Maman » va-t-elle aussi lui faire reconsidérer le droit à l’avortement ? Ou bien après tout ne devrait-on pas reconsidérer le droit des personnes célibataires à adopter ? Ce n’est pas bien équilibrant pour l’enfant ça non d’un point de vue de « Maman » ? Quant au mariage gay ou à l’adoption j’avais déjà tout dit dans l’article que je cite là. Dès lors qu’on considère que les homos sont des gens aussi bien élevés et dans la « norme » que les autres, alors l’équité vient de fait, sur tous les plans, dont le légal. Du coup, cela veut dire que ce n’est pas le cas. Nous ne sommes pas des gens aussi « bien » que les autres.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:mainbouche: 
:rire: 
:chut: 
:gene: 
:triste: 
:pleurs: 
:vomir: 
:grrr: 
:drapeau: 
:sourirechat: 
:huhuchat: 
:aheumchat: 
:horreur: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:croa: