Le Vent se lève

Temps de lecture : 3 minutes

Il fallait bien aller se régaler d’un nouveau Ken Loach, et comme en plus celui-ci était doté d’une Palme d’Or à Cannes, c’était encore plus irrésistible. J’aime beaucoup Ken Loach, non seulement pour son engagement politique sans faille (et dont les tendances me plaisent), mais aussi pour l’incroyable stabilité dans l’excellence de ses films. Il n’y a certainement pas beaucoup de réalisateurs qui peuvent se targuer d’une production aussi féconde et d’une qualité aussi bonne. Donc pourquoi est-ce que celui-ci a été récompensé ?

Eh bien, je ne sais pas bien… Car « Le Vent se lève » est sans conteste un excellent cru, dans la pure tradition de Ken Loach. Des qualités à foison dans l’écriture, les comédiens, la mise en scène, ou encore l’histoire, mais rien que de très ordinaire pour le réalisateur, et du coup je n’ai rien vu là qui justifie le prix. Reste que c’est agréable d’aller voir une Palme d’Or qui ne soit pas une oeuvre avant-gardiste ou élitiste mais au contraire accessible et populaire. Ce prix est peut-être une récompense pour l’oeuvre entière de Loach, et je serais le dernier à dire que c’est immérité.

Le film raconte un épisode crucial de l’histoire contemporaine de l’Irlande, et comment dans les années 20, les irlandais se sont rebellés contre l’autorité anglais jusqu’à obtenir une autonomie politique. Cette autonomie a encore divisé le peuple, entre ceux qui en voulaient plus, et ceux qui ont accepté ce premier « pas » vers l’indépendance. Du coup les « républicains » qui luttaient contre le joug de l’envahisseur britannique se sont divisés, et sont devenus à leur tour ennemis. (Il était certainement plus facile de lutter « irlandais contre anglais », qu’entre « frères ».) Il s’agit aussi de narrer ce contexte terrible de grande pauvreté en Irlande au sortir de la première guerre mondiale, mais aussi la manière ignoble dont les soldats anglais traitaient les gens. Et là Ken Loach a eu le courage insensé de faire un point sur le passé colonial de son pays, ce dont nous avons encore besoin en France.

Dans cette Irlande aux conditions sociales terribles, Damien (très bon Cillian Murphy) est un tout jeune médecin qui veut aller travailler à Londres. Mais rapidement, son frère Teddy et d’autres maquisards et amis le convainquent qu’il doit rester et lutter avec eux. Après un énième crime de soldat anglais sur des irlandais innocents, Damien décide de se battre pour une république indépendante. Il rencontre Dan (Liam Cunningham) avec qui il partage des idées politiques socialistes. Les anglais sont terribles dans leur autorité et cruauté envers les dissidents, et ils n’hésitent pas à torturer, tuer et incendier. Mais une guérilla se met en place, et c’est oeil pour oeil, dent pour dent…

Le film dure deux heures, mais je ne les ai vraiment pas vues, tant le film est porté par une histoire palpitante. Mais il y a en outre l’Irlande et ses paysages incroyables, une musique aussi très efficace, et un excellent narrateur tel que Ken Loach qui font que l’oeuvre est d’une stupéfiante beauté formelle. Et les comédiens sont relativement irréprochables, avec un Cillian Murphy qui incarne avec beaucoup de crédibilité ce jeune médecin qui prend le maquis (alors qu’au début justement, il a une sorte de fragilité qui déconcerte).

La violence est aussi extrêmement crue et parfois assez insoutenable (l’arrachage d’ongle à la pince… il faut avoir le coeur bien accroché), ce qui est assez inhabituel chez Loach, et donne une force supplémentaire à ces scènes. Il ne fait vraiment pas de cadeau à ses compatriotes, mais on ne le sent malgré tout pas dans la surenchère. C’est aussi ce que j’adore chez ce type. Certes il est à « gauche toute » et il instille toujours ses idéaux dans ses films, mais là encore il ne fait pas un procès à charge à son pays et son histoire. Il voit bien plus largement que cela, et surtout bien plus loin. En évoquant ce contexte historique, le réalisateur parle de l’expérience coloniale de tous les pays impérialistes de l’époque (France incluse évidemment). Mais il évoque aussi l’injustice sociale, et la manière dont les politiques internationales se moquent plus de la résolution des conflits, que de la stabilité dans l’équilibre économique existant.

Bah oui, j’ai bien aimé le film aussi. :mrgreen:

Donc il faut aller voir les films de Ken Loach, ce mec arrive de manière hallucinante à nous pondre des films « divertissants » (pas chiants on va dire), avec intelligence, finesse et discernement.

L’avis (commenté) des copines : Niklas (ça vous étonne ?), Oli (sinon il va pleurer sa mère !), Chapi et Nij (ils parlent des mêmes films ces deux là, à croire qu’ils vont au ciné ensemble :mrgreen:). Et Paumé puisque tu étais dans la salle le même soir, tu en as pensé quoi ? (Tu étais très choupinou dans ton costard !)

Le Vent se lève

J'aime 0

5 Commentaires

  1. Hé ben ! Ken Loach serait il très tendance !!
    Avec moi nous sommes au moins trois à aimer ses films… et je ne manquerais d’aller voir cette nouvelle création en tout cas !
    J’en ai vu beaucoup de ce réalisateur et je dois dire qu’il y en a très peu que je n’ai pas aimé… Ses histoires sont toujours passionnantes, et son petit côté provocateur me plait beaucoup !!!:afro:

  2. Bien sûr, tendre et percutant, Ken Loach, qui sait dans toutes ses fresques sociales et politiques parler de nous, de nos fragilités, de notre potentiel à résister ou à nous taire… De la complexité des choix de nos petites vies, ce qui nous pousse ou nous retient!
    Bref, comme je suis toujours un peu en retard, je vais voir le vent se lever demain, j’aimerai, de toute façon!
    Ce soir c’est: « La raison du plus faible ».
    Merci et bonne continuation!

  3. magnifique film j’en suis tombée amoureuse!outre le fait que l’acteur Cillian Murphy
    possède de magnifiques yeux bleus:love: c’est là un film très touchant qui nous montre
    bien la dureté de la guerre…à quand sa sortie en dvd?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:mainbouche: 
:rire: 
:chut: 
:gene: 
:triste: 
:pleurs: 
:vomir: 
:grrr: 
:drapeau: 
:sourirechat: 
:huhuchat: 
:aheumchat: 
:horreur: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:croa: