Connaître ses lecteurs : le Matootest !

Vous avez du remarquer que je ne suis pas vraiment un adepte des sondages en ligne. J’avais bien installé le truc, mais j’avoue que je ne suis jamais bien inspiré pour demander des choses, ou alors je crois que je m’en fous de ce que vous pensez. Oui ça doit être ça. :mrgreen:

Mais il faut avouer que cerner son lectorat (permet de mieux cibler ses annonceurs pour certains) est assez marrant, et souvent déconcertant. Autant je n’avais pas été abasourdi par la manière dont les gens accédaient ce blog, autant j’avais été amusé de constater que 13% des lecteurs avaient eu plus de 300 relations sexuelles, tandis que 20% entre 2 et 5 (et 37% entre 2 et 10 !!). Car non, non, je n’ai pas que des pédales du marais assoiffés de stupre et de semence dans mes lecteurs. 😉

D’ailleurs, c’est drôle mais selon les gens, j’ai des échos très différents de mon blog. Que ce soit lié à ce qu’on y préfère, ou bien à ce qu’on peut penser de mon « lectorat ». « Lectorat » entre guillemets car il ne faut pas se leurrer, la moitié des gens arrivent par hasard en tapant une requête du genre « comment tailler une pipe » ou bien « comment tuer mon chat ». Pour l’autre moitié, il y a encore une partie de gens qui arrivent par liens sur un autre blog, certains qui me lisent pour se tenir au courant de l’actualité des pédéblogs (« Tu es l’Embruns des homos. » m’a-t-on indiqué !), et enfin les vrais lecteurs !

C’est parmi ces derniers qu’on trouve encore différentes motivations, en général liées aux thématiques que je développe. Et c’est comme ça que je me prends des remarques du genre :

« J’adore tes critiques de bouquin, mais pourquoi es-tu si vulgaire ? Tu devrais arrêter de parler de sexe ainsi, ça te décrédibilise, et ça nuit à la communauté gay ! »

« Franchement tes avis sur le dernier film de merde que tu as vu au ciné, on s’en branle. Moi je veux que tu parles de cul, et que tu racontes des trucs persos. C’est de la vraie vie que je viens chercher dans le blog ! »

« J’aime beaucoup tes critiques de cinéma ou de bouquins, tu as remplacé le Pariscope pour moi ! »

« Quand on ne sait pas écrire français et qu’on n’a pas le niveau intellectuel et culturel suffisant, on ne parle pas de sujets littéraires, cinématographiques ou artistiques comme tu le fais. Tu devrais avoir honte de mettre ainsi de telles immondices sur la place publique. »

« Si tu pouvais aller publier ailleurs tes trucs intellos, et faire tous les jours des posts où tu parles de ta famille ou bien de tes relations et tout, ce serait bien mieux je pense. »

Etc.

Ah là là. Heureusement, j’ai depuis quelques temps déjà dépassé tout ça, et je n’en fais qu’à ma tête. :mrgreen:

J’ai aussi des échos assez cocasses des « publics » auxquels mon blog est censé parler. Il y a ceux qui pensent qu’il est à 100% pédés parisiens, puis ceux qui me disent qu’il est vachement lu par des hétéros (Et surtout des hétérotes d’ailleurs !!), d’autres qui professent que c’est un truc de vieux pédés aigris, ou bien plutôt de bécasses écervelées. Oh là là, je n’en sais foutrement rien, sinon que j’ai souvent été surpris d’avoir des messages de la part de personnes de l’âge de mes parents qui se prenaient moins la tête que nous avec ce genre de billevesées. 😉

Vendredi soir, Seb disait à Marie : « Oh toi tu es Cazzo, mais alors complètement Cazzo !! » [Sic]. C’est alors que je me suis que c’était un formidable outil de segmentation marketing !! Donc s’il vous plait dites moi : QUELLE BOITE DE PROD DE PORNO GAY ETES-VOUS !??

Pour vous aider dans ce choix cornélien, je me permets de vous rappeler ce glossaire que j’avais écrit à l’époque où j’avais (humblement) contribué sur le « Journal du Porn ». Si vous ne savez pas vous situer, ou que vous avez besoin de conseils personnalisés, n’hésitez pas à me contacter pour du consulting. :langue:

Falcon : Certainement la plus connues des boites de prod., Falcon représente l’origine même du porno gay. Il s’agit du fer de lance de l’industrie mondiale du porno gay avec cette entreprise californienne (et ses filiales ou copieuses, Mustang, Catalina, Jocks etc.) qui produit les standards de chez standards.

Les mecs sont très beaux, jeunes, épilés, bodybuildés, bien montés et endurants. Ils sont la virilité incarnée qu’ils soient actifs ou passifs. Les plans sont souvent classiques et pas vraiment hard, on y trouve les classiques pipes, sodomies, éjaculations, et le tout est safe (avec capotes). On y trouve parfois des trios ou des partouzes mais ce n’est pas systématique.

Cadinot : Jean-Daniel Cadinot est le chef de file de la production française. Il a eu beaucoup de prix à l’étranger, et il reste une référence dans le monde entier. Ses films présentent souvent des jeunes gens naturels et de tous les styles (dont blacks, reubeus, métisses…). On est à l’opposé du modèle américain justement, mais les scénarii sont bien vicieux et très sexuels. Les mecs sont souvent très salopes (et aussi bien montés) et donnent du « coeur à l’ouvrage ».

JNRC : Autre référence française pour cette production qui est particulièrement connue pour ses vidéos mettant en scène des hétéros de tout poils. Des militaires, légionnaires, pompiers ou simples mecs qui s’exhibent et se masturbent devant la caméra. Voilà qui a de quoi surprendre, mais ces vidéos plaisent énormément et font surtout fonctionner les fantasmes des homos. On trouve aussi d’autres vidéos avec des mecs toujours aussi « look hétéro », très virils et pas forcément beaux, mais très excitants, dans des scénarii pornos classiques.

BelAmi : Cette maison de production se différencie par ses modèles qui sont tous d’une incroyable beauté et parfait physique. Souvent des éphèbes au look de minet qui prennent l’allure hésitante d’un jeune homo qui découvre la vie, avant de se faire limer par une équipe football. Il faut aimer les corps lisses et fermes, et les scriptes à l’eau de rose pour aller avec. Certains acteurs sont très connus pour leurs plastiques et leurs « performances ».

Citebeur : Racailles, reubeus, céfrans de la téci, descente dans les caves… le ton est donné. Il s’agit de vidéos pornos qui ont souvent pour cadre la banlieue ou des caves taguées, et comme acteurs des maghrébins ou des mecs au look « racaille ». Baises directes et viriles avec une ambiance sonore assez primordiale vu que cela repose souvent sur le petit pédé qui se fait soumettre (et mettre) par la racaille dominatrice. Mais parfois on assiste à de rafraîchissants : « Tel est pris, qui croyait prendre ».

Cazzo : La boite de prod. Allemande par excellence dont le style est assez « hard ». On est dans le fist, le cuir, combinaisons latex, piercings, la domination, parfois des looks « skin » ou l’emploi de godes énormes. Ambiance très sexe donc, et bien hard avec des types de mecs qui varient énormément d’un titre à l’autre.

Les deux dernières maisons de production sont particulières puisqu’elles présentent des films « non safe » (barebacking), c’est-à-dire où il n’y a pas d’usage de préservatifs (j’y reviendrai). Cela parait moins évident dans le porno hétéro, mais dans le porno gay cela ne fait que quelques années que des films sont ainsi disponibles. Or c’est discutable et dans l’exemple que cela donne, et dans le danger que cela représente pour les acteurs. Toutefois, on ne peut nier l’importance de ces productions et de l’ampleur qu’elles prennent sur le marché. Je cite là les deux qui me paraissent les plus représentatives et opposées.

Eurocreme : De très beaux jeunes mecs, à la fois naturels et bien foutus, souvent de l’est ou l’Europe centrale, qui baisent avec fougue et imagination. Des plans efficaces et bien filmés avec des modèles TBM (très bien montés).

Treasure Island Media : Le plus extrême dans le genre et parfois bien gore. Des scènes de mecs gang-bangués pendant tout un week-end avec « remplissage de trous » de foutre, éjaculations buccales et d’autres trucs plus ou moins crades. Les types sont souvent des amateurs qui sont recrutés sur le site web, et dont l’apologie du bareback (par des séropositifs ?… certainement) ne fait aucun doute.

J'aime 0

56 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: