Emétophile, mais alors seulement au nutella.

[ Edit : Bande de flibustiers, ce n’est que 13 heures après publication qu’une âme lettrée, altruiste et sensible m’apprend qu’émétophilie s’écrit sans « h ». Aaaaah là là, merci hein, vinte sur vinte, vive la France !!! Nan mais je passe pour quoi moi hein ?!! :mrgreen: ]

Oui, j’ai vécu une expérience incroyable l’autre soir !! Parce que je dois vous expliquer, j’ai eu une grosse bronchite vers Naël, et depuis je continue à avoir quelques quintes de toux désagréables (ça sent le sapin…).

Ce soir là, j’ai dîné tout seul comme un pauvre malheureux, et me suis retrouvé bien au dépourvu, quand le dessert fut venu. Pas un yaourt, pas un vieux nougat chinois ou un fruit moisi qui traînent dans le fond de mon réfrigérateur. La loose ! Mais voilà qu’au fond de ma kitchenette coccinellée, un pot de nutella a lancé son appel !

Ah là là, le pot de nutella !! Damned !! Comment résister ? Eh bien, je suis d’abord allé chercher une petite cuillère (je ne suis pas un sauvage), et je l’ai posé sur la petite table avec le pot. Après, j’ai lancé un nouvel épisode des « Mystérieuses Cités d’Or » (oui je me refais la série, une fois de plus). Et j’ai plongé la cuillère dans le pot, et ensuite dans ma bouche, et sluuurrrrp j’ai tout mangé.

Bon ok, ce n’est pas bon pour ce que j’ai, et c’est mal mal mal. Mais qu’est-ce que c’était bon, sa mère, sa race !!! Juste comme je l’aime, et je sais que chacun a sa manière, à température ambiante, pas chaud ou liquide, mais pas dur comme s’il sortait du frigo, juste entre les deux. MIAM !

Bref, en 3(0) coups de cuillère à pot, j’avais fait un sort à cette mixture démoniaque et addictive (Je n’en achète donc presque jamais, sinon c’est toujours comme ça que ça se termine !). Et le truc c’est que le nutella, ça ne m’écoeure même pas, ça passe tout seul.

Par contre, à la fin de mon bâfrage en bonne et due forme, j’ai été pris d’une énorme quinte de toux. Ca ne s’arrêtait pas, et j’ai été pris d’un haut le coeur. Je me suis donc levé rapidement en sentant que j’allais carrément vomir. Et hop, j’ai gerbé mon nutella dans mon lavabo.

Premier avantage : Celui-là n’aura pas eu le temps de nuire plus encore à ma surcharge pondérale.

Second avantage : Mein gott, mais qu’est-ce que c’était bon la gerbe au nutella. J’en suis resté sur le cul. Parce que d’habitude, vomir c’est douloureux et pas bon. Berk berk, la bile, la bouffe à moitié digérée, la trachée irritée… Mais là rien de tout cela, j’en aurais presque ravalé la fin, et c’était comme si j’avais avalé de la sauce au nutella (plus liquide et tiède donc), mais… dans l’autre sens !! Terrible ! (Je sais moi aussi je pense à 2girls1cup, mais non mais non, chassons ces idées dérangeantes !)

Donc je ne recommande pas spécialement le dégobillage au nutella, mais si j’avais le choix, c’est comme ça que je voudrais que ça se passe à chaque fois (que c’est nécessaire de gerber quoi).

C’était un article passionnant non ? :mrgreen:

J'aime 0

34 Commentaires

Répondre à The 6L20 Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: