Equilibre aléatoire VIII

L’homme qui aura trouvé, par sa modestie et sa constance, le repos de l’esprit ; l’homme en paix avec lui-même, qui saura ne pas se laisser consumer par le chagrin, ni briser par la crainte, ni enflammer d’un désir ardent pour quelque objet ; qui préservera son énergie des effets dissolvants d’une joie délirante et infondée, cet homme-là est le sage que nous cherchons, c’est là l’homme véritablement heureux.

Cicéron, Les Tusculanes.

Citation extraite du roman : « Les équilibres aléatoires » d’Angela Vallvey. Page 98.

J'aime 0

8 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: