Eurovartovision 2008 au Trianon

Pour la troisième fois donc, j’allais à ce spectacle un peu dingue où des groupes se succèdent pour interpréter des titres et chorégraphies des Eurovisions passées, le tout sur une ambiance très queer, et présenté par une Gertrüd tout en verve. Cette fois, j’en ai parlé avant et j’ai essayé de convaincre plein de gens d’y aller. Evidemment, il fallait que je fasse cela pour en être moi-même déçu. Rhaaaaa !

Je n’ai pas passé un mauvais moment, et je ne dirais pas que c’était nul. Mais c’était simplement moins bien que les deux fois précédentes, ou bien je me suis lassé. J’ai toutefois la sensation que les groupes étaient meilleurs l’année passée, qu’il y avait beaucoup plus de recherches dans les costumes, les interprétations, et surtout qu’on retrouvait toujours ce même esprit décalé et queer qui m’avait tellement plu. Du coup, j’en ressors avec une opinion en demi-teinte, malgré quelques bonnes crises de rigolade.

Et du coup, les résultats des scores des artistes ont bien reflété les meilleures performances de la soirée. Les groupes et chanteurs qui ont gagné, se sont vraiment démarqués par un humour, une originalité et ce piment « Eurovartovision » qui me semblait beaucoup plus répandu précédemment. Nous avons notamment eu une Bulgarie particulièrement détonante concernant les costumes et chorégraphie (il y avait notamment une grenouille sur la scène !), mais aussi la chanson en elle-même.

Eurovartovision 2008 au Trianon - La Bulgarie

Et puis comme Patrick l’a souligné, Martine Superstar pour Monaco montre bien le genre d’ambiance qu’on peut obtenir à ce spectacle. Moi j’avais aussi adoré le Luxembourg avec son look extraordinaire, et toujours sa croix pleine de strass très… Mylène !

Eurovartovision 2008 au Trianon - Le Luxembourg

Mais sinon les trois-quarts des participants ne m’ont pas fait rire ou ému, ou même amusé, ou diverti, c’était juste soporifique… Du coup là le côté « on fait ça entre potes et on s’amuse » je le comprends, mais comme je ne connais pas les gens personnellement, ça ne m’intéresse pas trop. Heureusement, globalement le show fonctionne très bien grâce à la fantastique meneuse de revue qu’est Gertrüd. Toujours aussi bien habillée par Gaultier, mais surtout la langue de pute bien aiguisée, la blague facile et la répartie toute maraisienne, elle nous a donné un spectacle à elle seule qui valait le déplacement.

On retrouve aussi, et c’est assez rare pour le resouligner, une ambiance simple, détendue, bon enfant et rigolarde, qui fait du bien, et qui change des ambiances gay sélect et méprisantes. Tout le monde est là pour rire et pour se détendre, le public est à l’image de l’organisation, et je m’y sens toujours très à l’aise. Le jury possédait sa brochette de « stars » habituelles avec Jean-Paul Gaultier, Vincent MacDoom, Clarika ou encore Marthe Mercadier et Ysa Ferrer (c’est pas de la reusta de chez reusta ça hein ??).

Bon alors, l’année prochaine ? Hummm je me tâte, du coup, je ne sais pas, si ce n’est pas le spectacle à n’aller voir qu’une année sur trois. On verra !

J'aime 0

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: