Sciences et Poésie selon Omar Khayyam

[Le cadi Abou-Taher offre à Omar Khayyam un livre aux pages vierges, il en attend un livre de sciences, alors que le poète et scientifique est plutôt versé dans la poésie, en tout cas concernant l’écriture.]

— C’est dans ces domaines de la connaissance que j’attends de toi le livre ultime, et ce livre, je veux que tu me le dédies.

— Je ne pense pas qu’il y ait de livre ultime dans ces domaines, et c’est bien pour cela que jusqu’à présent je me suis contenté de lire, d’apprendre, sans rien écrire moi-même.

— Explique-toi !

— Considérons les Anciens, les Grecs, les Indiens, les musulmans qui m’ont précédé, ils ont écrit abondamment dans toutes ces disciplines. Si je répète ce qu’ils ont dit mon travail est superflu ; si je les contredis, comme je suis constamment tenté de le faire, d’autres viendront après moi pour me contredire. Que restera-t-il demain des écrits des savants ? Seulement le mal qu’ils ont dit de ceux qui les ont précédés. On se souvient de ce qu’ils ont détruit dans la théorie des autres, mais ce qu’ils échafaudent eux-mêmes sera immanquablement détruit, ridiculisé même par ceux qui viendront après. Telle est la loi de la science ; la poésie ne connaît pas pareille loi, elle ne nie jamais ce qui l’a précédée et n’est jamais niée par ce qui la suit, elle traverse les siècles en tout quiétude. C’est pour cela que j’écris mes robaïyat. Sais-tu ce qui me fascine dans les sciences ? C’est que j’y trouve la poésie suprême : avec les mathématiques, le grisant vertige des nombres ; avec l’astronomie, l’énigmatique murmure de l’univers. Mais de grâce, qu’on ne me parle pas de vérité !

Citation extraite de « Samarcande » d’Amin Maalouf. Page 39.

1 Commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages