Jean-Raoul Mescouilles et l'appartement magique

Evidemment, ça n’était pas gagné, mais j’avais fait de mon mieux lors de ma visite de l’appartement. Et pour faire comprendre à la propriétaire que son logement me plaisait énormément, et à Olga Schliwizinkigragniazekïalov que j’étais un super bon parti pour sa cliente. Chérichou a visité l’appartement samedi dernier, et évidemment ça a lui a aussi beaucoup plu (on est pas fait l’un pour l’autre pour rien merde). Donc on a officiellement posé notre candidature, et on a filé en Bretagne.

Olga m’a aussi rapidement mis en confiance, et m’a surtout expliqué que son patron connaissaît bien ma boite, et qu’ils bossaient en fait couramment pour une filiale… Et là contre toute attente, mon job a été la meilleure carte de visite du monde ! C’est le directeur qui m’a rappelé le lendemain, alors que j’envoyai des documents par email à Olga. Je reçois un coup de fil, et il se présente Jean-Raoul Mescouilles, directeur de l’agence, qui me remercie et me précise qu’il s’occupera personnellement de mon dossier. « Monsieur Matoo Watoo , soyez assuré que votre dossier sera traité en priorité, et avec le plus grand soin… Vous savez que je travaille avec Monsieur Untel de Grosseboâte, et tiens ça me fait penser que… » Et voilà comment il me tchatche de ses projets, et que je joue les cadres sups (pourtant il avait vu mon salaire, hu hu) très impliqué dans son domaine.

Olga m’a rappelé le lendemain, et tout était en règle. La propriétaire avait bien accroché (alors qu’elle est vraiment très discrète et mutique, je ne savais pas trop quoi en penser), l’agence soutenait mon dossier, et j’étais le premier. Ce soir, nous avions rendez-vous pour signer le bail, aussi simplement que cela. L’appartement est disponible en janvier !

Il est génial cet appartement, autant pour sa localisation (boulevard Ménilmontant, juste en bas du métro du même nom) que pour son équipement ou son état, et puis bon passer de 30 à 65 m2 ça va juste changer ma vie !!! Même s’il est tout de même très cher (j’arrête pas de dire ça à A. depuis une semaine), il en vaut certainement la peine. Et puis, c’est un logement que la propriétaire comptait habiter longtemps, et elle m’a dit avoir rencontré quelqu’un et finalement vouloir emménager avec. Du coup ce lieu est très bien fini, plutôt bien pensé, et équipé avec du goût et des moyens. Elle a aussi précisé qu’elle avait apprécié le fait que j’aime l’appart , et m’y sente bien, m’y projetant aussi facilement et de manière bien explicite (c’est vrai que j’ai été assez prolixe avec elle, et plutôt extraverti).

J’ai été un peu surpris quand j’ai rencontré Jean-Raoul Mescouilles en live ce soir, puisqu’il signait aussi le bail. Hu hu. Une sorte de bellâtre carrément mettable et qui est l’incarnation même de l’agent immobilier. Il était accompagné de Magdalena Shibinskaïa (plus facile à prononcer), ce qui a confirmé son attrait pour les femmes des carpates. Et devinez ce qui a frappé cet homme en lisant mon dossier : OSNY !!! Siiii, je vous jure madame !! (Ne jurez pas Marie-Thérèse !!) Le gars est originaire d’Osny, et il a un an de moins que moi. Du coup, on est allé dans le même lycée, et j’ai certainement du le croiser. Mein gott !! Bref, tout cela est un bon concours de circonstances qui a particulièrement joué en notre faveur.

Et ce qui m’a surpris c’est la manière, dont les choses se passent avec cette agence et cette propriétaire. Evidemment, je vais pouvoir déchanter, mais pour le moment, c’est clair, loyal et très « humain ». D’ailleurs, on ne nous demande pas de garants au final, étant donné que nous gagnons de quoi payer le loyer, pas énormément plus (tu m’étonnes, vu le prix) mais c’est aussi une manière d’initier une certaine relation de confiance (dixit Jean-Raoul). La propriétaire nous a aussi demandé si elle pouvait encaisser les chèques maintenant ou plus tard à notre convenance… Bref, je crois qu’on a de la chance. Après des expériences de recherche assez sportives, j’espère qu’on a dégoté une perle. On verra bien !

Le bail est à nos deux noms, et que ce soit la propriétaire ou l’agence, ils nous ont considéré comme un couple du début à la fin. Pas des colocs, mais un couple standard, presque banal, et ça fait du bien de jouir d’un comportement pareil. En sortant de l’appartement, les papiers paraphés à mort en mains (je vous ai dit que j’aimais les narvals et les allitérations ?), nous nous sommes pris dans les bras en se faisant des bisous sur la bouche. Chic, chic, chic, on va habiter ensemble, et dans un chouette appart (mais très cher… sa mère, sa race, je vais me prostituer pour le payer) !!

J'aime 0

27 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: