Le mariage de sa meilleure amie

Temps de lecture : 5 minutes

A la base, nous avions décidé d’une autre période pour venir à New York, mais c’est parce qu’une amie de A. se mariait là-bas que nous avions décalé nos dates. C’était important pour A. puisqu’il s’agit d’une amie de longue date et quelqu’un qui « compte » pour lui. Et moi je trouvais ça plutôt fun et sympa de célébrer un mariage à l’américaine, un fabuleux complément à une semaine new-yorkaise en amoureux.

En outre, le mariage avait lieu (dimanche dernier) vers Sleepy Hollow, eh oui LE Sleepy Hollow de Burton qui est à quelques encablures de New York, ou une demi-heure de train en longeant l’Hudson. C’est aussi juste à côté de Pleasantville, décidément les références cinématographiques ne me quittent pas. Nous avons donc débarqué dans un petit village qui fleure bon l’Amérique, et où on retrouve nos maisons en bois à drapeaux étoilés, et autres clichés du genre.

Maison en bois avec drapeau US !! A Pocantico Hills.

Maison en bois avec drapeau US !! A Pocantico Hills.

La journée a été aussi belle et ensoleillée que glaciale, et le mariage était très agréable. C’est un mariage très mixte puisque c’est une française qui épouse un new-yorkais d’origine chinoise. Elle a porté d’ailleurs de superbes robes en soie, et le mariage avait un côté très feng-shui (8 tables de 8 personnes le soir). C’était un petit mariage, quelque-chose d’intime et très classe, un événement que les mariés voulaient être un moment de qualité à partager avec quelques proches. Et nous avons été bien servis en la matière !

Nous étions à l’Union Church de « Pocantico Hills », et c’est une église incroyable parce qu’elle recelle un incroyable et inattendu trésor : une rosace de Matisse et 9 vitraux de Chagall. C’est une église made in Rockefeller, et c’est cette célèbre famille qui a fait construire ce lieu de culte et en a assuré la « décoration ». Et il faut reconnaître que les vitraux de Chagall sont d’une troublante beauté et spiritualité. Vraiment Chagall est pour moi l’unique artiste ayant réussi à créer des vitraux religieux qui sont aussi réussis « esthétiquement » que les oeuvres moyenâgeuses, mais qui ont en plus une portée mystique extraordinaire. En outre, il fait montre de son style expressionniste si singulier avec un usage des couleurs très audacieux, et une composition aussi élaborée que certains tableaux religieux de la Renaissance. Bref, je suis fan !! Et j’ai passé tout mon temps à regarder tout autour de moi. Voilà l’église :

Eglise Union Church de Pocantico Hills

Et voilà le grand vitrail principal :

Vitrail Chagall à l'Union Church de Pocantico Hills.

[source : geoffreyzheng, voir les autres vitraux.]

Nous étions les seuls français avec les parents et la soeur (et son mec) de la mariée, donc nous avons socialisé car nous sommes polis, mais vous avons critiqué avec beaucoup de fiel car nous sommes français. Hu huhuhu. C’était assez drôle surtout pour la soeur de la mariée qui avait du mal avec les amis américains qui s’extasiaient en « great », « magnificent », « fantastic », à chaque fois qu’on ouvrait la bouche pour dire quelque-chose. Et lorsqu’on est parti, on a eu droit à des hugs et des saluts assez chaleureux qui paraissaient assez « faux » pour nous, alors que c’est une simple manière de faire locale.

Nous étions avec la frangine et son copain à la même table, donc quatre cèfrans et quatre ricains en chiens de faïence. Hé hé. Cela s’est très bien passé, car il s’agissait de gens charmants et intéressants, et nous étions assez versés en anglais pour échanger correctement. Ce qui est cocasse, c’est que pendant tout le repas les français ont passé les trois-quarts du temps à parler de ce qu’on avait dans nos assiettes. Nos convives étaient très étonnés de cette pratique, puisqu’ils passaient plus de temps à manger, plutôt que tergiverser. Mais nous, nous mesurions l’impact culinaire et sensoriel de chaque bouchée, nous comparions avec les saveurs que nous connaissions, avec les expériences précédentes de mariages ou de restaurants. Est-ce que c’était bon, bien cuit, bien préparé, assaisonné, etc. On hésitait pas à encenser un plat ou à en descendre un autre avec une mine hautaine et purement gauloise.

Cela paraît tellement naturel en fait, de discuter de ce qu’on a dans l’assiette, surtout lorsqu’on est dans un bon resto (ce qui était le cas). Mais apparemment c’est une différence culturelle supplémentaire avec nos amis outre-atlantiques, car ils n’en ont rien à battre. Huhuhu.

L’un de mes voisins américains me pose à un moment la question fatale : « Que pensez-vous de l’accession d’Obama à la présidence ? ». Et là, j’étais un peu coincé car il exprimait cela d’une manière assez curieuse pour moi, un peu comme si c’était un président que j’avais élu moi-même, ou dont l’influence serait ressentie directement chez moi. Donc je n’ai pu m’empêcher de lui rappeler que c’était le président des USA, et que j’étais d’abord très content pour EUX ! J’ai poursuivi que bien évidemment son aura politique aurait des répercussions en France, mais que j’étais surtout ravi que les US soient un peu novateurs et « donneurs de bons exemples », car cela faisait bien longtemps que ce n’était pas arrivé. J’ai rajouté que j’avais vu des témoignages d’américains qui disaient que c’était le premier président noir de l’histoire, mais que l’Afrique bien heureusement en avait quelques-uns aussi… Et mon voisin a beaucoup ri à cette anecdote, car il me disait que lui-même était tellement influencé, qu’il aurait aussi pu finir par le croire. Je lui ai aussi demandé en catimini et avec une ironie bien grinçante ce qu’il avait pensé de Sarkozy en France ?? Et là, on a ri deux fois plus, car bien évidemment il savait à peine de qui il s’agissait. Huhuhu.

Nous sommes repartis le soir même vers 22H, car ces endroits se louent à l’heure !!!! Et apparemment, les mariages ne sont pas l’occasion de teufs comme nous pouvons l’imaginer en France. C’était marrant ça ! En tout cas, c’était un moment super agréable, et vraiment étonnant de pouvoir ainsi se sortir de son voyage purement touristique pour goûter un peu à la vraie vie des autochtones (J’adore parler des américains comme si j’étais chez les aborigènes en Australie, mouahahahaha.)

J'aime 0

11 Commentaires

  1. Ah, les vitraux de Chagall… Je te conseille ceux de la Fraumünster à Zuerich! Penser à y aller un jour de Street Parade: on fait d’un pierre deux coups! 😉

  2. Merci, cher Matoo, de ce récit qui est, comme tu sais si bien le faire, plein d’humour et d’intelligence.
    Merci aussi pour les vitraux de Chagall.
    Je partage entièrement ton point de vue sur cet artiste majeur…
    Toutefois, je pense que Soulage a bien compris le sens du vitrail non historié et ce qu’il a fait à Conques est, selon moi, très réussi.

  3. Intéressante – quoique rapide – étude sociologique d’un mariage made in USA. Si vous avez beaucoup discuté de ce que vos assiettes contenaient, en revanche tu ne nous en souffles pas un mot… Dommage.

    Et s’agissant des vitraux, si d’occasion l’un d’entre vous passe du coté de Rodez (oui, c’est tout paumé, au milieu de l’Aveyron et des Brebis), ne vous attardez pas trop dans la cathédrale. C’est je crois la pire réalisation contemporaine qui n’ait jamais été faite en la matière, bien loin d’un Chagall… :berk:

  4. Si c’est en effet très local de hugger à tout va, ça n’en reste pas moins très superficiel. Mais c’est américain. Ils ont de quoi hugger, remarque, ils ne savent pas qui est Sarkozy. La chance.

  5. Je lis avec retardement, mais non sans ravissement. Merci de partager ces impressions de voyage. Et le vitrail aussi dont on devine la beauté (qu’est-ce que ça doit être en vrai !).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:mainbouche: 
:rire: 
:chut: 
:gene: 
:triste: 
:pleurs: 
:vomir: 
:grrr: 
:drapeau: 
:sourirechat: 
:huhuchat: 
:aheumchat: 
:horreur: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:croa: