Une famille « normale »

Temps de lecture : < 1 minute

Décidément, Olivier Adam et moi, on a plein de points communs. Hé hé hé.

Mes parents étaient ainsi, et Clara leur ressemblait, obsédés par les apparences, terrifiés par tout ce qui dépasse ou dépare, par le qu’en-dira-t-on le jugement. Jamais ils n’auraient pu se résoudre à dire à qui que ce soit que Nathan était alcoolique, cliniquement maniaco-dépressif, autodestructeur et profondément malheureux. Même pas à eux. Même pas alors que ça crevait les yeux. Rien ne devait troubler ni remettre en cause les catégories définies pendant l’enfance : j’étais mature, effacée sérieuse et responsable, Clara la benjamine était pleine d’énergie, volontaire et brillante, et Nathan bien sûr, bien que l’aîné, perdu au beau milieu, était « hypersensible », émotif, et éprouvait des difficultés à trouver sa place mais rien de plus. Nous étions une famille « normale », sans particularité. Comme si ça avait un sens. Comme si ça existait quelque part.

Citation extraite de “Le cœur régulier” d’Olivier Adam. Page 58.

5 Commentaires

  1. Tolstoï t’aurait dit : « Toutes les familles heureuses se ressemblent. Les familles malheureuses le sont chacune à leur manière. »
    Le problème c’est qu’on ne choisit pas son camp, on le subit. Parfois, on y survit.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:mainbouche: 
:rire: 
:chut: 
:gene: 
:triste: 
:pleurs: 
:vomir: 
:grrr: 
:drapeau: 
:sourirechat: 
:huhuchat: 
:aheumchat: 
:horreur: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:croa: