La guerre des classes

Temps de lecture : 2 minutes

Je ne connaissais pas ce dessinateur, mais les hasards des retouites font bien les choses. J’ai été très sensible à cette série de dessins de Loïc Sécheresse. Ils évoquent bien ce que je pense en filigrane de ce début de confinement qui voit les classes les plus précaires et fragiles de notre société être encore sollicitées. Qu’on parle des indispensables soignants sur lesquels les vies de centaines de milliers de personnes vont dépendre. Mais aussi les « briques essentielles » de notre société comme les commerces alimentaires, et d’autres moins essentiels qui continuent à bosser dans des cadres peu éthiques.

J’aime son dessin, son écriture et son texte. Assertif, incisif, trempé d’acide, et rappelant que la lutte des classes n’est toujours pas une illusion, ni une caractéristique sociologique désuète.

Source des images : un touite de Loïc Sécheresse

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:mainbouche: 
:rire: 
:chut: 
:gene: 
:triste: 
:pleurs: 
:vomir: 
:grrr: 
:drapeau: 
:sourirechat: 
:huhuchat: 
:aheumchat: 
:horreur: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:croa: