4 Commentaires

  1. J’ai lu ton tweet et j’ai pensé que ton clavier faisait des siennes. Je suis donc allée voir si le mot craving existait et si deglet nour aussi et à mon grand étonnement OUI. Bon voilà, je te prouve par ce commentaire que non seulement je suis effectivement dépassée (mon grand âge) mais qu’en plus je suis bien une provinciale qui n’a pas le vocabulaire renouvelé des jeunes parisiens

    1. Alors pour les « deglet nour », ça va c’est juste une sorte de datte. 😀 Pour le « craving », j’aime bien le terme anglais parce qu’il traduit le besoin en tant que « manque », c’est vraiment l’envie de la femme enceinte pour des fraises (ce truc dont je me demande toujours si c’est une légende urbaine, huhuhu). :mrgreen:

      Il faut aussi garder l’hypothèse : je suis un parisien péteux. :yahoo:

      1. Pour les envies furieuses, je n’en ai eu qu’une lors de ma première grossesse, j’aurais pu me goinfrer de chantilly, mais bon, ne pas devenir une bonbonne sur patte, j’ai résisté B-)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:mainbouche: 
:rire: 
:chut: 
:gene: 
:triste: 
:pleurs: 
:vomir: 
:grrr: 
:drapeau: 
:sourirechat: 
:huhuchat: 
:aheumchat: 
:horreur: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:croa: 
 

1 + 9 =