Première promenade déconfinée

Temps de lecture : 4 minutes

Cela faisait deux mois que je voulais me faire une de ces longues balades dans Paris que j’adore. J’ai profité de cette après-midi pour le faire ! Résultat : 10 kilomètres à pied !! J’ai réussi à faire une boucle sympathique avec quelques jolis « spots ». D’autant plus que le soleil était au rendez-vous malgré un petit 17°C frisquet. Voilà ce que ça donne.

Donc de chez moi dans le Sentier, j’ai remonté les grands boulevards jusque République, puis obliqué vers le canal Saint-Martin. Juste avant de remonter le canal, on trouve évidemment la petite Grisette des Faubourgs que j’immortalise depuis des années, et qui est en tête de l’article.

Le canal Saint-Martin est d’autant plus beau que le soleil était parfaitement découvert, et que la lumière du printemps, qui commence à sérieusement tendre vers l’été, perce à travers les feuillages des grands arbres qui le borde.

La transparence des eaux parisiennes est exceptionnelle avec les deux mois de confinement passés et l’absence de trafic fluvial. Mais je ne m’attendais pas à ce qu’on voit parfaitement le fond du canal, et toutes les plantes aquatiques. On sent que l’eau n’est pas remuée, et ce calme produit une ambiance de quiétude très agréable.

Evidemment avec un ciel aussi azuréen et des eaux limpides, les réflexions étaient superbes et je n’ai pas pu y résister.

Sur le chemin, au croisement de la rue des Vinaigriers et Jean Poulmarc’h, il y a cette superbe oeuvre de street art de Vinie qui est énormément photographiée dans le coin.

Ensuite, j’ai bifurqué vers la droite, rue de la Grange-aux-Belles, et hop à quelques encablures, la place du Colonel Fabien. Le plus intéressant sur cette place, c’est évidemment le siège du PCF qui s’incarne dans, selon moi, un des plus beaux immeubles de Paris. C’est un magnifique building d’Oscar Niemeyer que j’admire depuis des années, et donc la ligne, les proportions, les matériaux, et cette bulle blanche digne du Prisonnier m’ont toujours fasciné.

En remontant l’avenue Mathurin Moreau, je suis arrivé sur le parc des Buttes-Chaumont et malgré un chemin invitant à entrer, il est toujours bel et bien fermé à double-tour. Mais c’est marrant car on a l’impression que deux mois sans présence humaine a fait exploser la végétation.

En remontant vers le haut de la butte, j’ai tourné autour du parc, en le longeant par la rue Botzaris, et en me régalant de la vue panoramique noyée de végétations.

J’adore la réplique du temple de Vesta (du Tivoli) qui donne un petit côté antique aussi décalé que romanesque à ce parc, créé pour l’expo universelle de 1867 et made in Napoléon III.

J’ai remarqué un groupe de corbeaux (ou corneilles ?) dans des arbres et je dois avouer que j’adore ces bestioles, leur plumage noir est particulièrement photogénique avec un soleil aussi éclatant.

Finalement j’ai croisé la rue de Crimée, et je me suis dit que c’était une bonne suite à mon cheminement. Et là j’ai remonté le bassin de la Villette jusque la Rotonde de Stalingrad.

Il faut avouer qu’avec ce soleil intense le bassin, les bateaux et la Rotonde au fond avait un petit côté Riviera très décalé. Ensuite, j’ai remonté de nouveau le canal mais un tronçon différent de tout à l’heure. Vers la rue de Lancry, j’ai repris sur ma droite, en allant jusque Magenta, puis Chateau d’Eau, rue des petites écuries et finalement la rue du Faubourg Poissonnière pour remonter de nouveau vers le boulevard Poissonnière / de Bonne Nouvelle, et puis rue du Sentier, et hop. La boucle était bouclée.

3

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:mainbouche: 
:rire: 
:chut: 
:gene: 
:triste: 
:pleurs: 
:vomir: 
:grrr: 
:drapeau: 
:sourirechat: 
:huhuchat: 
:aheumchat: 
:horreur: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:croa: 
 

+ 60 = 64