L’Ancien Testament : Yassss Queen!!

Temps de lecture : 3 minutes

Vous savez comme j’aime l’émission de France Culture « Les Chemins de la Philosophie » d’Adèle Van Reeth, et là c’était une série de 4 épisodes sur l’Ancien Testament. J’étais vraiment curieux d’écouter cela, mais alors je ne m’attendais pas à entendre des invités avec une pensée aussi moderne et libérée, et un brin émancipatrice il faut l’avouer.

Il faut dire que l’avantage de l’Ancien Testament c’est aussi cette tradition hébraïque qui consiste à interpréter et à sans cesse relire et repenser les textes juifs. Sur les deux premiers épisodes c’est assez flagrant, et surtout sur le premier puisque l’invitée est une femme rabbin (Rabbine ? Apparemment ça commence à se dire !). Elle était invitée pour parler d’Abraham, personnage phare et passionnant s’il en est, mais ce qui m’a intéressé c’est l’épisode de Sodome et Gomorrhe. Alors que l’on entend et on lit encore couramment que cette histoire c’est Dieu qui punit les justement-appelés sodomites de ces deux villes pécheresses, Delphine Horvilleur revient à l’hébreu et nous propose une interprétation plus simple et dans laquelle il n’est pas question de sexualité.

Extrait des Chemins de la Philosophie du 24/08/2020 : Épisode 1 : Abraham et le sacrifice, peut-on négocier avec Dieu ?

Dans l’émission, on y comprend aussi la notion importante d’accueil, de partage et d’ouverture aux étrangers, véhiculée par la « tente d’Abraham », et selon Delphine Horvilleur c’est surtout cela le péché de Sodome et Gomorrhe, « Une problématique d’égoïsme… une incapacité à accueillir l’autre ». Et cette polysémie de « connaître » qui existe aussi en français puisqu’on dit bien « connaître bibliquement », et cette rabbin de conclure :

Ce n’est pas si clair, il y a une ambiguïté dans l’hébreu. Moi ce qui m’intéresse particulièrement, et c’est propre, peut-être, à la lecture juive des textes, c’est que les rabbins s’intéressent beaucoup, non pas à ce qu’il y a dans le texte, mais à ce qu’il n’y a pas. C’est à dire non pas à ce qui est écrit mais à ce qui est manquant, et toujours ils se passionnent pour l’ambiguïté, pour la façon dont on pourraît le comprendre autrement, pas comme c’est écrit.

Dans le second épisode, c’est encore plus fort je trouve, et c’est à propos de la création avec Adam et Ève. L’invitée Catherine Chalier se fie encore à l’hébreu et au premier texte qu’on trouve sur la création (un second paraît plus explicite sur Adam et Ève, et reprend ce qu’on « nous » apprend à ce sujet, donc qu’Ève a été faite à partir d’Adam etc.). Elle affirme d’abord que le texte est clair, Dieu a créé un être masculin et féminin en même temps, sans hiérarchie, sans rôle dans la société, simplement à l’image de Dieu (et donc féminin et masculin). Elle insiste bien sur la réinterprétation en reprenant la langue originale, et donc Ève concrètement n’existe pas. On est pas loin d’imaginer un personnage non-binaire, hé hé hé.

Extrait des Chemins de la Philosophie du 24/08/2020 : Épisode 2 : Eve et Adam ne font-ils qu’un ?

Ensuite, elle explique que le second texte peut aussi être compris différemment puisque selon elle, Adam découvre Ève et se reconnaît en elle, il se voit comme dans un miroir. Comme Ève ne parle pas, et que tout est du point de vue d’Adam, cela confirme cette position « en miroir ». ^^

Extrait des Chemins de la Philosophie du 24/08/2020 : Épisode 2 : Eve et Adam ne font-ils qu’un ?

J’aime bien la réaction d’Adèle Van Reeth qui se demande du coup si tout ce qui découle de notre conception traditionnelle, qui a l’air d’instituer ainsi la supériorité de l’homme sur la femme, est simplement lié à la manière dont tout cela a été interprété et fixé par la religion chrétienne. Catherine Chalier conclut que les rabins sont tout aussi sexistes et misogynes, mais indique bien que l’intérêt est de rapprocher les deux textes pour fournir un contrepoint, et essayer justement de nuancer les choses, voire de les bousculer.

Enfin, le 3ème épisode c’est à propos du Cantique des Cantiques. Et là c’est Olivier Abel qui parle de ces textes bibliques qui sont des récits parfois assez crus, avec notamment des évocations sexuelles et érotiques non dissimulées. Et c’est vrai que c’est surprenant de penser que ça a été tout de même ajouté à un corpus sacré, même si on en fait des paraboles très élaborées et qui transcendent la chair.

Extrait des Chemins de la Philosophie du 24/08/2020 : Épisode 3 : Le Cantique des Cantiques, premier poème érotique ?

C’est déjà assez énorme, mais ils en rajoutent encore en expliquant qu’on ne connaît pas le sexe ou l’orientation sexuelle des protagonistes, et qu’on ne sait pas combien ils étaient exactement (je passe sur les notions « actif » et « passif » ^^ ) ? Ce qui est assez beau c’est cette mise en valeur du couple et de l’association de deux personnes amoureuses.

Je n’ai pas cité le 4e épisode, car je n’y ai rien entendu d’aussi tendancieux et intéressant pour moi. Hu hu hu. Mais tout cela montre à quel point l’étude des sources est importante, et que l’on peut partir dans des millénaires de malentendus pour une traduction erronée ou une parabole moisie d’un réac d’il y a 2000 ans. Bon, cela n’entame pas mon fervent athéisme, mais la démarche intellectuelle et philologique est absolument passionnante.

J'aime 1

2 Commentaires

  1. « la démarche intellectuelle et philologique est absolument passionnante ».
    Non seulement passionnante mais absolument nécessaire !
    Et pour le croyant, indispensable ! Au risque de voir sa foi devenir croyance en des dogmes et non pas dynamique intérieure vivifiante…
    Merci pour ce partage, Matoo !

    1. C’est cette dynamique qui est tellement stimulante en effet, mais c’est également une source de doute dans les dogmes, alors qu’il sont censés être inspirés par les dieux, et donc être immuables ? En tout cas, c’est bien cela qui m’interpelle. :gene:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:mainbouche: 
:rire: 
:chut: 
:gene: 
:triste: 
:pleurs: 
:vomir: 
:grrr: 
:drapeau: 
:sourirechat: 
:huhuchat: 
:aheumchat: 
:horreur: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:croa: