Iwak #8 – Dents (teeth)

Temps de lecture : 2 minutes

Sur une idée de la fée Kozlika, voilà Iwak (Inktober with a keyboard ^^ ). Un mois d’écriture sous contrainte à la manière de tous ces dessinateurs qui publient de chouettes dessins sur les Internets.

Je n’ai pas cru très longtemps au Père-Noël, il y avait eu trop de fuites, et puis y’avait des trucs pas très crédibles autour de ce phénomène. Je ne sais pas pourquoi mais le machin me paraissait un peu trop fort de café. En revanche, j’ai longtemps cru à la Petite Souris. Déjà parce qu’on en parlait relativement jamais… Ni à l’école, ni entre cousins et cousines, et je ne lisais aucun conte à ce propos, je ne crois n’avoir vu aucun dessin-animé ou long-métrage évoquant ça. Mais ça marchait à tous les coups, et c’était simple, tout en étant un tour fascinant et merveilleux. Quelques jours avant, je sentais une dent qui brinquebalait, et à un moment, pif pouf, elle tombait ! (Bon parfois je la tordais dans tous les sens et j’avais la bouche pleine de sang…) Et j’étais content car ça voulait dire que la Petite Souris allait passer… Ma mère m’expliquait tout bien comme il faut, et je collais ma dent (Bien nettoyée !) sous mon oreiller. Et le lendemain, pif pouf, une pièce de 5 francs, et pour les deux dernières c’était même une pièce de 10 francs (Une fortune purée !!). J’essayais de lutter contre le sommeil, mais à chaque fois je m’endormais, et je me réveillais sans mes dents mais avec de la bonne thunasse. J’adorais ça. Et j’étais vraiment fasciné, car j’étais persuadé que mes parents m’aurait réveillé en récupérant la dent et en collant la pièce, je ne voyais qu’une Petite Souris pour faire ça si bien. Et c’était crédible parce qu’il devait y avoir des Petite Souris partout pour faire le job, et comme elles étaient toutes petites, elles ne pouvaient pas nous réveiller. Et puis le truc s’arrête à la fin des dents de lait, donc c’est pas mal, cela reste dans le domaine de l’enfance. En 2012, lorsque Rise of the Guardians est sorti, j’avais vraiment jubilé en découvrant la Tooth Fairy anglosaxonne (que je ne connaissais pas) mais j’étais super déçu que ce soit une sorte de piaf et pas une souris. Mais heureusement il y a cette merveilleuse scène où elle dérange une Petite Souris à l’œuvre en réalisant « Oh yes, it’s the European division!!« . Cela m’avait fait tellement plaisir de revoir la Petite Souris. J’ai demandé à mes cousines si elles continuaient à faire ça pour leurs enfants, et la réponse fut positive. Mais on entend pas plus parler de cette Petite Souris, et c’est très bien comme cela.

J'aime 1

3 Commentaires

  1. En Espagne, la petite souris (el ratoncito) a un nom de famille !! On l’appelle (ou on l’appelait ?? il y a longtemps que je n’entends plus parler d’elle… : ma fille — qui est franco-espagnole — a déjà 25 ans…) on l’appelle, donc, el Ratoncito Pérez !!! C’est vrai que « Pérez » est un des noms de famille espagnols les plus communs, il y a des Pérez partout, donc « el » ratoncito Pérez n’est sans doute pas unique !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:mainbouche: 
:rire: 
:chut: 
:gene: 
:triste: 
:pleurs: 
:vomir: 
:grrr: 
:drapeau: 
:sourirechat: 
:huhuchat: 
:aheumchat: 
:horreur: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:croa: