Les gens qu’on aime : #20 quelqu’un avec qui on a passé du temps dans un chouette endroit

Temps de lecture : 3 minutes

Dr. CaSo a lancé un défi : écrire un article par jour sur les gens qu’on aime. Et comme j’aime bien des gens, et que j’aime bien écrire, et que j’aime bien Dr. CaSo, je vais m’y coller.

C’est marrant parce que j’ai déjà évoqué Virginie, puisqu’elle avait connu Caroline en arrivant faire ses études sur Paris. Mais Virginie je la connais depuis la première au lycée, et depuis on est devenu très potes, et les choses se sont confirmées et renforcées en terminale et par la suite. On se voyait beaucoup sur Paris, et même ensuite lorsqu’elle est allée terminer ses études, et travailler à Montpellier.

Comme vous aurez pu le remarquer, elle est très très très jolie, et c’était difficile de ne pas être dans un endroit sans être alpagué par des gars. J’ai compris alors à quel point c’était une galère sans nom, voire dangereux, d’être une femme dans notre espace social où les mecs vont sans vergogne les aborder plus ou moins penaudement ou lourdement. Elle n’aimait du coup pas vraiment se déplacer seule (et même comme ça, elle se faisait aborder, puisque je l’ai constaté n fois), et il faut voir comme elle se « cachait » dans ses vêtements et se faisait le plus discret possible. J’ai toujours trouvé cela terriblement triste et dommage. J’espère que les choses ont un petit peu changé aujourd’hui pour les jeunes femmes, je me demande.

Comme je l’ai souvent narré ici, j’ai vécu mes premières années à Osny dans le Val d’Oise, mais pour la plus grande partie de mon enfance et adolescence, nous étions dans un petit village du Vexin Français, à Berville. Mais j’ai continué à aller à Osny pour l’école histoire de ne pas être chamboulé dans mes habitudes, il n’y a que pour le lycée que je suis allé à Pontoise, tandis que la plupart de mes connaissance de collège sont allés à Cergy. Et donc j’ai rencontré à Pontoise, au lycée, beaucoup plus de gens qui étaient du même coin. Virginie fait parti de ceux-là, et j’ai connu pas mal de petits patelins vexinois de cette manière.

C’est tout ça le chouette endroit où nous avons passé du temps ensemble avec Virginie. On allait faire du vélo dans la campagne, on se promenait dans les bois, on se racontait des histoires au bord des vieilles pierres d’anciennes fermes, petites chapelles rustiques et châteaux plus ou moins bien retapés du coin.

On s’est malheureusement pas mal éloigné avec Virginie, juste par les aléas de la vie, et je sais qu’on le regrette tous les deux. En plus, elle s’entend très bien avec mon chéri, et on adore le sien, qui nous aime bien aussi. Elle était venue au mariage en 2014, et c’est la dernière fois qu’on a été en contact. Malgré tout, je l’aime beaucoup beaucoup beaucoup.

J'aime 0

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:mainbouche: 
:rire: 
:chut: 
:gene: 
:triste: 
:pleurs: 
:vomir: 
:grrr: 
:drapeau: 
:sourirechat: 
:huhuchat: 
:aheumchat: 
:horreur: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:croa: