Ubi sunt qui ante nos fuerunt

Temps de lecture : 3 minutes

C’est Jean qui se demande bien où sont les blogueurs d’antan, et j’ai repris son titre in extenso (parce que j’aime bien cette locution latine).

Nous n’avons pas besoin de plus d’essais bien écrits. Nous avons besoin de plus d’articles de blog, de plus d’entrées de journal, de plus de personnes partageant ce qui se passe dans leur vie, ce qui les rend heureux ou tristes… De 1997 à 2001 environ il y a eu les online diairies et puis ils ont disparus, ensuite il y a eu les blogs persos et puis ils ont presque tous disparus à leur tour. Qu’est-ce qui les a remplacés ? En partie Facebook et Twitter, mais c’est loin d’être équivalent. Je regrette fort ces temps-là. J’ai découvert Internet par les online diairies, j’ai été parmi les premiers blogueurs français. Parfois je me demande ce que sont devenus les gens que je suivais à l’époque, je m’étais attaché à certain d’entre eux, certains ont disparus, d’autres laissent des traces de temps en temps. Je voudrais qu’on revienne à ce qui faisait que le web était un endroit de partages et d’amitiés, un endroit inspirant.

Jean Ruaud sur « Ubi sunt »

Evidemment je partage tout cela, même si je sais bien que les choses changent, et c’est ainsi. Je suis surpris en revanche qu’un retour vers les blogs ne se soit pas encore manifesté avec toutes les contraintes que je vois sur les réseaux sociaux. Il y a l’aspect publicitaire notamment qui devient toxique au possible, mais aussi celui connexe à la commercialisation des données personnelles, mais également comme je l’évoquais récemment les systèmes de censure ou de blacklist rarement efficient.

Ce système de blog complètement décentralisé était une bonne manière de trouver une certaine liberté de ton, et des grappes de communautés d’intérêts qui se formaient (et s’attaquaient et s’écharpaient évidemment) et étaient en constante évolution. Les réseaux sociaux ont eu l’avantage de drastiquement simplifier la publication, et la mise en relation, et ont aussi largement misé sur l’aspect relationnel et personnel (ses photos, ses vacances, etc.). En supprimant les différentes barrières à l’entrée, qu’elles soient techniques ou de contenu, on a eu l’avantage d’une belle ouverture à tous, mais aussi le pendant habituel : un déferlement de teubés de tout poil.

Mais les systèmes de blogging actuels sont assez souples, et offrent à peu près la même possibilité de publication de contenus. On a toujours les mêmes procédés de syndication qui permettent de se suivre efficacement. Il reste les systèmes de commentaires et de notifications qui continuent à enfermer dans des univers propriétaires ou passent par des emails. Mais ça fonctionne, et c’est plutôt indépendant, d’autant plus lorsqu’on paye quelques deniers pour avoir son propre moteur de blog chez soi. Avoir ce blog me coûte 72€ par an pour l’hébergement et 20€ pour le nom de domaine, donc ce n’est pas négligeable, mais ce n’est vraiment pas hors de prix pour moi.

J’ai beau être anonyme, je suis en ligne et hébergé en France à mon nom. On peut ainsi toujours porter plainte contre moi si des débordements sont constatés. Et de toute façon les personnes qui craignent la censure peuvent aussi s’héberger en dehors de France pour éviter tout recours fâcheux. Les interdictions sur le net ne sont de toute façon que très relatives, puisqu’il est facile de reproduire un site en deux clics à mesure qu’on se retrouve censuré pour de bonnes ou de mauvaises raisons.

Ce qui manque le plus en réalité, et ce qui est évoqué dans le post de Jean, ce sont les découvertes de quidams via leurs écrits. Raconter des choses et se lire, sérieux ou pas, drôle ou triste, poétique ou diablement assertif, le blog est une merveilleuse occasion de se découvrir par la lecture. Je ne fustige par les autres médias d’ailleurs, car il y a des créations assez belles et incroyables en podcast ou en vidéos, mais l’écriture est pour moi une manière particulièrement importante d’expression et d’échange.

Cette lettre d’amour qu’en moi-même j’ai faite
Et refaite cent fois, de sorte qu’elle est prête,
Et que mettant mon âme a côté du papier,
Je n’ai tout simplement qu’à la recopier.

« Cyrano de Bergerac » d’Edmond Rostand

J’ai fait exprès de coller l’image en haut du post, évidemment. Car même sur les RSA1, puisque je colle mon blog absolument partout, c’est un des sujets de discussion principal. Et c’est chou, j’ai encore des jeunes trentenaires qui me parlent du blog « il y a 15 ans » et qui fut leur première découverte d’une vie gay qui leur ressemblait, ou à laquelle ils aspiraient plutôt. Et quand je repense à tous ces échanges épistolaires au cours desquels j’ai pu donner un peu d’espoir, quelques informations ou simplement rassurer (« It gets better » you know?) sur une situation fébrile ou incertaine, je suis vraiment content d’avoir été là à ce moment.

Allez plus que 2 ans, et je fêterai mes 20 ans ici !!! ^^

Notes de bas de page

  1. Les Réseaux Sociaux de l’Amour c’est à dire, en réalité, les apps pour baiser, et là en l’occurrence la fameuse app de rencontre GrindR.
J'aime 8

22 Commentaires

    1. Ah clairement GA avait ma préférence, et le JDI était une vraie institution même si en boucle fermée. Mais au moins les journaux publiés étaient riches et très authentiques. :huhuchat:

  1. « On a toujours les mêmes procédés de syndication qui permettent de se suivre efficacement.  » En fait, je pense que c’est justement ca le problème: ce n’est pas aussi simple que de cliquer sur un bouton pour suivre quelqu’un comme sur Twitter ou Facebook. Il faut déjà savoir ce que c’est que RSS et la majorité des gens n’en ont jamais entendu parler et/ou ne savent pas comment ca marche . Je n’arrive meme pas a nommer une appli RSS connue qui permettrait de suivre un blog en cliquant simplement sur un bouton. Une personne qui n’est pas au courant des procédés de syndication viendra simplement de temps en temps sur ton blog voir s’il y a de nouveaux articles et évidemment oubliera au bout d’un certain temps. Il faudrait un bouton « Suivez-moi » ou équivalent qui, une fois cliqué, rajouterait le blog à l’appli RSS de l’utilisateur automatiquement. Et encore, il n’y aurait pas moyen de liker un post, de le partager comme sur Facebook/Twitter ou simplement de commenter directement de l’appli.

        1. Moi j’utilise Feedly qui fonctionne sur le même principe, mais ça reste malgré tout assez geek, ne serait-ce que pour comprendre la philosophie derrière la syndication de contenus. Mais c’est juste cela que les gens devraient comprendre, et à laquelle ils devraient adhérer. :clindoeil:

  2. Je suis plus optimiste. L’âge aidant, je retourne vers les blogs. Je n’y retrouve pas, évidemment, tous les gens que j’avais adoré suivre il y a 15 ans. Mais j’y retrouve d’autres gens, pas forcément geek, qui, l’âge aidant aussi, quittent petit à petit les réseaux sociaux et reouvrent un blog. Alors c’est moins pédé (les gamins actuels ont 2000 autres endroits où gérer leur processus d’autoacceptation), plus féminin, plus centré sur la fiction ou les intérêts, mais toujours foissonnant et personnel. Peut être que les blogs vont devenir un repère de vieux qui n’ont plus à se construire une image et les réseaux sociaux un repère de djeuns qui doivent y faire leurs expérimentations sociales.

    1. Oh mais il faut que j’ouvre mes chakras alors, c’est une bonne nouvelle ça !! J’en suis quelques-uns évidemment, et notamment des gamins (comme tu dis) totalement trans-pan-poly-djènedeurisés dont je kiffe les combats. :huhuchat: J’espère bien convaincre quelques vieux tout de même, pour pas finir tout seul dans ma tour d’ivoire. :clindoeil:

    1. Concernant les blogs, c’était mieux, mais si on regarde la « big picture », les réseaux sociaux ont aussi tellement tellement apporté de trucs bien (et proportionnellement des trucs affeux ^^ ). :horreur:

  3. Le nombre de gens « disparus » des blogs est effarant et très triste. J’ai commencé à blogger en 2002 et j’avais une communauté d’amis (et j’en ai rencontrés beaucoup) entre 2004 et 2008 environ. J’aimerais tellement savoir ce que ces gens sont devenus! Tout le monde n’a pas disparu et j’ai encore de chouettes lecteurs, mais c’est difficile de trouver des blogs réguliers et de qualité maintenant, et je n’ai plus ce sentiment de communauté, c’est triste. :pleurs: :pleurs:

  4. Bah non on n’a pas tous disparu ! :clindoeil:

    Pour ma part, je reste en mode blog sans commentaires pour garder une totale indépendance dans mon écriture c’est-à-dire éviter tout commentaire potentiel… et ce de plus en plus étant donnée l’évolution de ce que j’écris. Impossible de m’imaginer écrire mon journal sur un réseau social.

  5. C’est rigolo, c’est une réflexion que je me fais souvent. J’essaye d’imaginer un système à la Facebook, sans les gros inconvénients (le traçage permanent, la pub, l’utilisation par les haineux et les complotistes, etc.)
    Jusqu’à présent je bloque toujours sur la partie financière: avoir un service payant, même pas cher, permet de s’affranchir de bon nombre de problèmes, mais est voué à l’échec.
    Ce que Facebook et Twitter on apporté je pense c’est un point d’entrée unique (bon, 2 ou 3 en fait, vu que Insta + FB + Twitter), l’optimisation pour le contenu court, facile à lire, rapide à écrire, pas toujours grand chose à digérer, et vraiment simple.
    Utiliser un outil RSS par exemple, qui crée un point d’entrée unique pour les blogs, va rebuter 99% de la population.
    Bref, pas d’idée de génie pour le moment :croa: :croa:

    1. Je me dis qu’on pourrait finir par un système simplement financé par l’état, ça ne coûterait pas tant que ça, et ça pourrait faire partie de la redevance audiovisuelle ? Mais j’aime bien le côté décentralisé, un peu comme le système Mastodon que je trouve vraiment intéressant dans le genre. :sourire:

      1. Ah, interessant! Je ne connaissait pas (et j’avoue que je ne me suis jamais documenté sur le sujet), mais j’avais en tête quelque chose d’à la fois décentralisé et de « cohérent », de manière à avoir une même interface pour tout le monde et une présentation unique pour les lecteurs quelle que soit la source (même si celle-ci est décentralisée). Je vais regarder ça de plus près.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:mainbouche: 
:rire: 
:chut: 
:gene: 
:triste: 
:pleurs: 
:vomir: 
:grrr: 
:drapeau: 
:sourirechat: 
:huhuchat: 
:aheumchat: 
:horreur: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:croa: