La fin des haricots

Ah ah, bah oui parce que, autant la place de la pyramide était vide (car gardée), autant juste derrière c’était absolument noir de monde. Le jardin du Palais Royal, celui des Tuileries et les bords de Seine étaient blindés de gens qui pique-niquaient et buvaient des coups. Je ne leur jette pas la pierre, c’était super agréable, et j’ai aussi fait mon tour pour prendre l’air. Mais les masques étaient aussi largement égarés, ou déplacés, et on sentait un grand vent de relâchement.

Les commerces étaient également plein, et toutes les files compactes, sans aucun geste barrière. Tout cela est assez inquiétant, même si je comprends la lassitude, et j’y compatis largement. Les plates-bandes des Tuileries étaient couvertes de gens, et les statues semblaient leur crier « Mais cassez-vous, bande de malades !!! ». ^^

Devant une des entrées du Louvre, un jeune homme militait ardemment pour la réouverture des musées. Nan mais clairement, sinon pourquoi aurait-il comme cela ôté ses vêtements en signe de protestation ?

J'aime 5

4 Commentaires

  • :horreur: Ouaip, on n’est pas sortis de l’auberge, ici c’est la même chose, on a eu entre -30 et -40 pendant trois semaines et là paf, zéro degrés, c’est le printemps, on oublie le covid et on en profite à fond (avant que les températures ne retombent)! Dommage, on était bien arrivés à faire descendre la courbe (j’imagine que partout, la courbe de covid suit la courbe des températures, hehe).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: