Stratégies covidiennes

Temps de lecture : 2 minutes

Jean a parfaitement résumé mon opinion sur les stratégies de lutte contre l’épidémie de Covid-19, mais également tous mes doutes et interrogations, ainsi que le caractère insoluble et inextricable de la chose. ^^

Il y a deux écoles :
(1) L’école du “Covid Zéro” : il faut confiner dur et sévère pendant une courte période pour casser l’épidémie. Dès que le taux d’incidence est revenu à un niveau acceptable on ré-ouvre avec prudence tout en testant, traçant et isolant avec rigueur, jusqu’à disparition du virus.

2) L’école de “Vivre avec le virus” : on laisse aller avec un confinement minimal avec mesures barrières jusqu’à un certain niveau, tout en vaccinant à grande vitesse.

J’alterne entre les deux écoles. Un jour, je suis contre le confinement, un jour, je suis pour le zéro Covid.

Si j’essaye de raisonner je me dis que du côté de l’école 1 :
– Une telle mesure est délétère pour l’économie et le moral des citoyens.
– Mais si elle appliquée une fois, et après on est débarrassé du virus ? N’est-ce pas mieux ?
– Est-ce que cette mesure marche aussi bien qu’on le dit ? Elle a fonctionné sur des pays-îles comme la Nouvelle-Zélande, l’Australie, Taïwan, ou même la Corée du Sud qui est une presqu’île ou des pays autoritaires comme la Chine.
– Il faut parallèlement vacciner à haute dose et ce n’est pas ce qu’on fait ou ce qui est possible de faire en ce moment dans notre pays.
– Tout implique des mesures autoritaires : passeport vaccinal, confinement strict, traçage rigoureux, isolement strict obligatoire. — — Est-ce que le public est prêt à l’accepter ?
– Est-ce efficace si tous les pays frontaliers n’en font pas autant ?

Si j’essaye de raisonner je me dis que du côté de l’école 2 :
– OK, mais il faut absolument accélérer les vaccinations, ce n’est pas ce qui est fait actuellement.
– Il faut accepter que l’hôpital soit saturé et que l’on reste à 300 morts par jour pendant longtemps.
– Et les gens qui ne respectent pas les gestes barrières ? Que faut-il faire ?
– L’incertitude sur l’avenir est-elle supportable ?

« Covid zéro ou vivre avec » de Mnémoglyphes

Je diffère légèrement de lui dans le sens où seule l’école 1 me paraît tenable à la fin de ma réflexion (du jour). En effet, il ne faut pas rêver les vaccins ne vont pas apparaître par génération spontanée, et le processus de vaccination est long, en outre les variants vont bien finir par rendre certains vaccins caducs, et on s’y approche d’autant plus que le temps s’écoule. De plus, les gestes barrières ne sont pas/plus respectés, on est de nouveau blindé dans les commerces et à la queue-leu-leu en se touchant presque. Le masque est à peu près intégré mais souvent ôté ou mal porté (sous le fucking nez) de manière tout à fait assumée. Et je ne parle pas d’un confinement à la papi comme en octobre, où on a vu la foule dans le métro, les bagnoles et presque pas de télétravail, donc il faudrait selon moi se refaire un coup de 17 mars 2020. Court (2 semaines, dans un premier temps pour tester) mais très strict, où l’exception seule permet de se déplacer et d’aller travailler.

J'aime 4

8 Commentaires

  1. Je crois que c’est la partie “testant, traçant et isolant avec rigueur” qui n’a pas été bien faite à l’issue du premier confinement, et ça ne s’est pas amélioré, plutôt au contraire, pendant les mois suivants (je parle de la France et de l’Espagne ; et encore, ici ça dépendait des communautés autonomes : il y en avait mieux organisées, et qui y consacraient plus de moyens, que d’autres ; mais finalement la situation s’est dégradée partout un peu pareil en décembre-janvier). Pourquoi ça fonctionnerait maintenant mieux, où il faut ajouter en plus tous les problèmes logistiques liés à la vaccination ?

    Et même si on teste/trace/isole avec un maximum de rigueur, il faudrait insister davantage sur le fait que cette rigueur a une limite intrinsèque très importante, évoquée ici : https://twitter.com/krazykitty/status/1363056430182502402 « le nombre de faux négatifs des tests PCR dépend du nombre de jours après l’infection et ne descend JAMAIS du 20% », ce qui est énorme (la référence de l’article cité dans ce tweet est celle-ci : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7240870/ ).

    Et je suis comme toi très pessimiste aussi sur l’autre école ; surtout que les normes et restrictions en place, ici ou là-bas (ici, encore, elles diffèrent d’une communauté autonome à l’autre), sont sans doute insuffisantes et, en plus, il y a une quantité non négligeable de personnes qui, pour des raisons diverses, ne les respecte pas, ou pas assez (il s’agit peut-être d’une minorité, mais sans doute trop importante quand on est en pleine guerre contre l’expansion de ce foutu virus).

    Alors quoi ? Je vois un futur proche assez noir, à vrai dire.

  2. Aucune des deux écoles ne vend du rêve, ça c’est certain… Et j’arrive à la même conclusion que toi au final…

  3. Mon plus grand problème avec la solution numéro 2 c’est que oui, les hôpitaux sont saturés, mais personne ne pense à ce que ça signifie réellement: ce sont les gens qui ont des soucis de santé, des cancers, des hanches à remplacer, des douleurs chroniques, etc. qui vont payer, parce que les hôpitaux sont débordés de cas de covid et n’ont plus de temps ni de place pour le reste. J’en vois le résultat autour de moi, avec deux amis qui ont des cancers et se font à peine traiter, l’étage d’oncologie pédiatrique qui a été transformé en étage de covid dans l’hôpital où bosse ma soeur, ma copine qui a le dos pété et ne peut plus accéder à de soins réguliers, etc. On n’en parle jamais de ces gens-là. C’est pour eux que je continue à faire des efforts même si j’ai envie de me flinguer.

    1. Oh mais bien entendu, je suis d’accord, et c’est un phénomène absolument impossible à négliger. Moi ce qui me touche d’autant plus avec le risque de débordement des hôpitaux, c’est aussi le fait de rentrer dans une logique de « triage » avec des choix à faire qui sont aussi inhumains pour les patients mis de côté (parce que vieux ou malades ou je ne sais quoi), que pour les médecins qui doivent faire ces choix cornéliens. :triste:

  4. J’allais écrire quelque chose qui allait dans le même sens que Dr Caso, comme j’arrive après je plussoie.
    Comme j’ai un boulot qui ne diminue pas avec les mesures restrictives, loin de là, en plus que les librairies ont été déclarées commerces indispensables, je n’ai pas d’avis précis. J’aimerais simplement que ce foutu couvre-feu à 18:00 cesse et qu’on puisse à nouveau acheter à manger, ne serait-ce que le pain, en rentrant du boulot. Et qu’on conserve un accès au grand air et aux sports non collectifs non de contact en extérieur.
    Je me sens pessimiste, j’ai l’impression (basée sur rien de fiable, c’est seulement un ressenti sur articles lus d’un peu plusieurs pays) que les variants ont déjà une grande longueur d’avance sur les vaccins et qu’on n’est pas à l’abri d’un gros variant pire qui replongerait le monde dans le Tous aux abris, vers 2023 ou 2024 pile quand on penserait voir le bout du tunnel (et les J.O. à Paris).
    Quoiqu’il en soit, armons-nous de patience. Et de prudence pour ce qui dépend de nous. C’est sans doute ce qui m’use le plus : me trouver obligée à prendre des risques (boulot, transports en commun, repas à l’extérieur à cause du travail, risques en faisant les courses de base) dont je me passerais si j’étais libre. Je les réduits autant que je le peux (vélotaf et sérieux dans le port du masque et ne pas m’attarder dans les magasins), il n’empêche, oui, à la longue c’est usant.

    1. C’est aussi pour ça qu’on fait un test en Bretagne, où on est naturellement sans pote proche, très peu de famille, et des déplacements super limités (et pas vraiment de commerces où on s’attarde en effet). On verra combien de temps on tient, au bout d’un moment mon appartement parigot me manque tout de même. :huhuchat:

      Mais je suis d’accord avec vous, il n’y a pas de solution miracle ou exempte de défauts.
      :croa:

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:mainbouche: 
:rire: 
:chut: 
:gene: 
:triste: 
:pleurs: 
:vomir: 
:grrr: 
:drapeau: 
:sourirechat: 
:huhuchat: 
:aheumchat: 
:horreur: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:croa: