Incontournables

Temps de lecture : 2 minutes

J’ai habité le 11ème arrondissement pendant plus de quinze ans, et j’ai vraiment une série d’endroits que j’aime retrouver régulièrement. J’en parlais déjà en 2004 alors que j’arpentais mes différents quartiers de ce même arrondissement fétiche (et qu’apparemment Mappy était encore hype ^^ ).

Aujourd’hui, j’y retourne quand je vais chez le diabétologue, activité d’un bon boomer quoi ! Néanmoins, cela me donne le loisir de marcher une petite heure pour rentrer dans mon deuxième arrondissement de bourgeoise parvenue. A chaque fois, j’aime reprendre la rue Oberkampf pour descendre sur l’avenue de la République. En plein milieu, adossé au mythique Café Charbon, il y a un mur qui est dédié à des œuvres picturales. Cela change toutes les semaines, et le vendredi en général on peut assister en direct au travail de l’artiste du moment.

J’ai déjà photographié ce mur des dizaines de fois, et là je suis resté un peu car l’artiste était en train de réellement peindre, et agir sur son œuvre, et c’était super beau à voir. C’est là que j’ai réalisé qu’on était vraiment en manque d’exposition et d’Art.

Et puis, je repasse toujours par le boulevard Jules Ferry pour reprendre République, et passer devant ma Grisette des Faubourgs. J’ai quelques gimmicks comme cela, et pour lesquels des lecteurs assidus me connaissent… En plus des narvals, des mitochondries ou des poubelles. ^^

Mais étonnamment c’était la toute première fois que je la photographiais de dos. Il faut dire que la statue a enfin été correctement restaurée, ainsi que le petit parc sur le canal auquel elle appartient. Et c’est fort joliment agencé.

Et de face, elle est toujours aussi belle et je l’aime toujours autant.

Quand je repense au premier article que j’ai consacré à la demoiselle, il y a seize ans, ça paraît fou tout ce temps écoulé. Et alors admirez aussi la qualité de mes photos numériques de l’époque en 240 pixels de large. Mais je suis content d’avoir toujours ces vieux clichés, car on a souvent du mal à réaliser le progrès incroyable depuis ce temps là.

J'aime 2

2 Commentaires

  1. Je me souviens de ton voyage au Japon, quand tu es revenu et que tu nous as annoncé que nous allions faire des photos avec nos téléphones… J’arrivais à peine à écrire un sms avec les touches numériques du téléphone.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:mainbouche: 
:rire: 
:chut: 
:gene: 
:triste: 
:pleurs: 
:vomir: 
:grrr: 
:drapeau: 
:sourirechat: 
:huhuchat: 
:aheumchat: 
:horreur: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:croa: