Naoned

Cela faisait quelques années que j’évoquais le sujet : « On aimerait bien quitter Paris, et se rapprocher de la Bretagne, l’idéal serait de s’installer à Nantes. Une belle chouette grande ville, à quelques encâblures de Clohars… ». Mais comme cela fait quelques années, personne n’y croyait plus. Moi-même j’étais dubitatif, je continuais à recevoir les offres de mobilité interne sur le grand-ouest, mais il n’y avait que dalle pour moi. Et puis par le plus grand des hasards, il y a quelques semaines, une possibilité a émergé de la bruine nantaise.

J’ai postulé, et quelques jours plus tard c’était fait !

C’est donc la grosse surprise à la fois pour la famille ou les amis, car personne ne nous imagine n’habitant plus à Paris. Et c’est vrai que pour moi c’est tout de même 23 années passées ici, et 22 auparavant en banlieue chez pôpa et môman, autrement dit un vrai francilien ! Donc je ne doute pas que ce déménagement ne sera pas difficile à certains égards, mais je subodore également qu’il sera plein de belles choses épanouissantes pour nous deux. Mais c’est vrai que je suis diablement parisien, avec mes petits restos en terrasses, ma boulange et mon fromager, le ciné et le théâtre à l’envi, les musées et les flâneries sur les quais de Seine…

Comment m’imaginer ailleurs ? Eh bien je crois que 2020 et 2021, comme pour beaucoup de gens, ont été un bon test « grandeur nature » pour mettre à l’épreuve à la fois notre résilience, et le goût de choses nouvelles, de rupture dans les habitudes et les activités. Ajoutez à cela les 45 balais, et il est grand temps de passer à autre chose justement. Nantes est une très grande ville qui a beaucoup à offrir sur tous les plans, et j’espère qu’on s’y plaira. J’y suis allé pas mal de fois pour le boulot, j’ai plutôt un bon sentiment à son égard. J’espère qu’on arrivera à faire succomber les nantai·se·s à notre charme en retour. ^^

Mon boulot sera donc basé à Nantes, mais j’aurai beaucoup de déplacements à Paris, sans doute sur une base hebdomadaire. J’ai rassuré ainsi ma môman qui a pleuré dans les deux minutes où j’ai évoqué ce gros bouleversement. Ce sera aussi évidemment l’occasion de rester en contact ténu avec les ami·e·s, et de squatter allègrement leurs appartements. Hu hu hu. Chérichou vient aussi à Nantes évidemment, il bossera à distance si son boulot le permet (ça devrait être le cas) avec comme moi pas mal de déplacements séquanais. Là on va clairement profiter de la grande incursion du télétravail dans les us et coutumes de la plupart des entreprises en mode post-covid. Comme je pense qu’on aura une vague pandémique supplémentaire dans quelques temps avec son lot de contraintes, j’imagine que de toute façon les transhumances laborieuses ne sont pas terminées.

Je vais bosser à distance pendant une pseudo-période d’essai (lorsque le changement de job implique un changement géographique) de 3 mois, où ce seront des allers-retours entre Paris et Nantes. Et courant novembre, nous déménagerons définitivement dans la cité des Namnètes. J’ai du mal pour le moment à réaliser tous ces changements à venir. Entre le retour de Bretagne, et pas vraiment un retour au bureau, les déplacements à Rennes, bientôt les vacances, un démarrage à distance à Nantes, et puis encore des tergiversations covidiennes avant l’installation occidentale, je plane un peu. Pourtant ça devrait être cool, je vais pour une fois partir en vacances sans avoir le stress du boulot en cours, et pas encore celui du boulot à venir. J’adore cette période où on arrive sur un poste et qu’on peut dire « Ah bah je sais pas, JE VIENS D’ARRIVER !! ».

Finissons sur la devise de Nantes, on verra si elle nous sied ou pas .

Favet neptunus eunti.

Neptune favorise ceux qui osent.
J'aime 12

40 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: