The Suicide Squad

Autant la première tentative de film en 2016 était une merde sans nom, vraiment naze et presque impossible à regarder, autant celui-ci est plutôt réussi. En tout cas, le divertissement est là, et surtout l’histoire est plutôt chouette, les effets spéciaux bien fichus et les comédiens ont l’air de bien s’amuser. Ce qui est vraiment réussi c’est l’humour, et il s’agit d’ailleurs vraiment d’une comédie plus que d’un film d’action, et c’est très bien comme cela. Je ne peux reprocher que quelques longueurs vraiment très inutiles pour se pencher sur des intrigues secondaires ou des tentatives de donner un peu de profondeur à des personnages (on s’en balance pas mal en réalité… et c’est même chiant).

Les comédiens et comédiennes sont très bien, avec en tête Margot Robbie en Harley Quinn (qui est la seule à conserver son rôle, qu’elle maîtrise, il faut dire, à la perfection) qui a les meilleures répliques du film, mais aussi Idris Elba qui est vraiment très bon dans ce rôle où il est drôle, il est bad-ass et sexy as fuck (désolé il n’y a pas d’autres moyens de le dire ^^ ). J’étais aussi content de revoir David Dastmalchian dont j’apprécie toujours les seconds rôles, et qui a un truc qui fait que je retiens qui il est (alors que c’est vraiment un second rôle assez anonyme pour le moment). Sylvester Stallone qui fait la voix de King Shark a un rôle aussi très drôle, et sa voix concourt plutôt bien à cela.

L’histoire n’est pas assez notable pour que je vous en mette une tonne, comme d’habitude la Suicide Squad est envoyée dans une mission très périlleuse pour sauver la Terre et tout le tralala. Comme souvent, les super héros DC Comics n’ont pas des pouvoirs de fou, parfois même ce sont plutôt des talents ou des super-pouvoirs loufoques ou des outils pour les aider. Là vraiment l’intérêt c’est que les effets spéciaux sont très bons, et l’action est omniprésente (encore une fois malgré quelques longueurs, le film dure plus de deux heures, 1h50 c’était suffisant). Mais surtout on se marre ouvertement et carrément à plusieurs reprises en mode total nawak.

Il y a une chose qui m’a marqué, c’est que le film s’appesantit étrangement sur le physique des mecs, exactement comme on pouvait s’y attendre pour des femmes (mais là pas du tout, ou alors un chouïa sur Margot Robbie). Il y a plusieurs scènes qui vraiment ont un regard très appuyé sur le physique avantageux d’Idris Elda, et surtout Joel Kinnaman. Mais je pense à une scène qui cible de manière éloquente le slibard bien rempli de Peacemaker (John Cena). Vraiment le paquet du mec est étonnamment mis en valeur, je me demande si les autres gens sensibles (de tous les genres ^^ ) l’ont remarqué ?

Ce n’est pas le chef d’œuvre du genre ou de l’année, mais pour une fois on a un film DC correct, alors profitons-en. ^^

J'aime 0

4 Commentaires

  • Oui, j’ai pensé pareil pour les physiques masculins. Je me suis dit en sortant : hum, le réalisateur aime les films de gladiateur, le coquin…

    Ça se voit tellement chez l’autre malade mental, Bryan Singer, qui réalisait les x-Men et aimait les jeunes hommes musclés au point d’oublier ces héroïnes. :croa:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: