Résumé de Clohars-Carnoët

Je poste à peu près tout ce que je mets sur Instagram et globalement sur les réseaux sociaux. Je sais que ça peut être un peu chiant pour ceux qui me suivent, mais c’est vraiment chouette parce qu’en réalité les gens sont sur tel ou tel canal, et surtout les réseaux sociaux filtrent ce qui est montré. Mais la vraie raison, c’est que le blog c’est chez moi, et donc mes photos y ont leur place naturelle et légitime. D’autant plus que les réseaux sociaux exploitent très mal, et à raison, l’historique des publications. L’objet n’étant vraiment pas pour eux de proposer un moyen de retrouver les photos, or pour moi c’est tout le contraire. Je fais des photos pour faire des souvenirs tangibles de ces années qui filent. Donc ici c’est classé, tagué et daté, ça m’aide à m’y retrouver, et à me souvenir de ce que je faisais à tel ou tel moment.

Tout ça pour dire que je me suis rendu compte que j’ai zappé des photos que j’ai postées il y a quelques jours. Et même si je suis rentré à Paris hier, j’avais envie de les partager ici. Et notamment, parce que c’était une belle journée, et en quelques heures j’ai fait le tour de Clohars-Carnoët, et de mes endroits préférés. J’ai vraiment une chance inouï de pouvoir jouir d’une maison (de la famille de mon chérichou) en Bretagne, mais comme vous l’aurez compris je suis vraiment tombé amoureux de la région. Je ne me lasse pas de la photographier, et elle compte de plus en plus pour moi.

J’aime beaucoup Clohars parce qu’elle est à la frontière entre Finistère et Morbihan, et qu’elle offre un sublime échantillon des beautés de la Bretagne. Par exemple, on y trouve la forêt de Carnoët qui est très ancienne, et qui non seulement propre de magnifiques panoramas naturels, mais aussi une rivière (une « ria »), des ruines d’un château fort, des mégalithes et des traces diverses d’habitation du néolithique aux artisans du 19ème siècle en passant par les gaulois. J’y ai commencé mon périple mardi dernier. Il y a notamment cette Allée Couverte de Toulfoën en ruines que j’adore, et dont l’emplacement est terriblement romantique.

Bien sûr, la forêt et l’océan tout proche ont un point commun : la Laïta qui coule depuis Quimperlé. En continuant à pédaler en plein cœur de la forêt, on tombe sur le pré Mathurin et ce point de vue splendide un peu en hauteur.

Habituellement, cette série de photos est de mes préférées, mais là encore on peut voir que la Laïta subit une pollution. D’après ce que j’en lis, ce sont principalement des stations d’épuration qui rejette des eaux usées qui ne devraient pas l’être. C’est la troisième fois que je constate cela en quelques mois, et à marée montante on voit le fil pollué qui remonte la rivière sans doute jusqu’au centre ville de Quimperlé. A marée basse, tout cela se retrouve dans l’océan… C’est fou, et triste, en plein cœur d’un site naturel si beau.

Après, je suis allé vers le Pouldu qui est la facette balnéaire de Clohars-Carnoët. On y trouve notamment ma plage favorite, la plage de Bellangenet, et son panorama qui est devenu un de mes gimmicks.

J’ai attendu le coucher de soleil, mais pour parfaire la fin de journée, j’ai ensuite été jeté un coup d’œil à la facette portuaire de Clohars avec le Port de Doëlan. De là-bas, en allant sur la côte, on a une jolie vue sur l’île Verte (que je ne prends plus pour les Glénan).

Après le coucher de soleil, j’ai fait un tour dans le port qui est un des plus jolis et pittoresque de Bretagne.

Tout ça dans une seule commune, c’est trop nan ? ^^

J'aime 4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: