Iwak #2 – Costume

Sur une idée de la fée Kozlika en 2020, voilà Iwak (Inktober with a keyboard). Un mois d’écriture sous contrainte à la manière de tous ces dessinateurs qui publient de chouettes dessins sur les Internets. (#Blogtober ça fonctionne aussi.)

J’ai toujours détester porter un costume. Inconfortable, forme cheloue, uniquement pour le taf ou les enterrements ou en représentation ou en mariage, bref vraiment pas des évocations positives pour moi. Mais ce 7 février 2011, pour la première fois, dans cette chambre du Martinez à Cannes, je me suis dit « Hey mais putain t’es bonnasse comme ça !!! ». (Je précise que néanmoins, j’ai toujours été féru des pornos « Men at Work ». Là c’est étrangement très positif, et pas du tout déprimant comme scénario. ^^ )

Cela ne m’a pas complètement réconcilié avec le costard que je trouve toujours autant un truc de caste et de classe sociale, avec les bons et les mauvais costards, ceux des riches et ceux des pauvres, les corps normés à avoir pour les porter correctement etc. Quelques années plus tard, pour mon mariage j’ai eu l’opportunité de me faire faire un costume sur mesure, et ça a un peut changé la donne aussi. Malheureusement, ce n’est pas le genre de truc qu’on peut se permettre en permanence, mais clairement j’ai mieux compris le plaisir qu’on pouvait prendre à porter un costard d’une facture pareille (les deux acceptions fonctionnent ^^ ).

Heureusement, il semble que le costume soit en progressive voie de disparition dans le quotidien professionnel de la plupart des métiers. Cela commence par la cravate qui a presque disparu, mais on commence même à voir poindre l’absence de costume pour des personnes haut-placées, et la chemise paraît être le dernier témoin qui signifie encore « Bon oui, ok, je suis au boulot, voilà !!! ». Néanmoins en répression, j’ai l’impression que certains secteurs en deviennent encore plus puristes et intégristes avec des gars tirés à quatre épingles, et pour lesquels une chemise à rayure ou une cravate bleu marine seraient la marque d’une attitude des plus dégingandée et même carrément d’un goût douteux.

Après je dois reconnaître que le costume a quelques avantages, comme celui de bien séparer la vie pro et perso, et de se mettre plus facilement dans son rôle « pro ». Mais qu’est-ce que j’écris là moi ? Bah voilà, je dis que c’est bien parce que ça participe activement à mon aliénation quotidienne pour mettre du pain dans mon assiette et des croquettes dans l’auge de mes chatounettes. Mouahahahahah.

J'aime 4

5 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: