MatooBlog

Pectus est quod disertos facit. ∼ Pédéblogueur depuis 2003 (178 av LLM).

Iwak #3 – Navire

Sur une idée de la fée Kozlika en 2020, voilà Iwak (Inktober with a keyboard). Un mois d’écriture sous contrainte à la manière de tous ces dessinateurs qui publient de chouettes dessins sur les Internets. (#Blogtober ça fonctionne aussi.)

J’essaie de ne pas trop réfléchir quand j’écris des articles pour ce défi automnal, et je ne sais pas si c’est parce que je suis sur mon blog à l’heure actuel, mais j’ai tout de suite pensé à Laurent aka Embruns aka Navire.

Et puis, on ne doit pas tant avoir que cela de collègues blogueurs affublés d’une page Wikipédia tout de même !! De même pour avoir été en figure de proue sur Télérama en juin 2005 qui parlait de ces extraordinaires 12 millions de blogs ! Hu hu hu. Mais au-delà d’avoir été une importante figure de tout ce mouvement bloguesque d’il y a une vingtaine d’années (eh oui, on s’en approche dangereusement), c’est pour moi une personne encore plus singulière.

J’avais très très rapidement entendu parler de lui lorsque je cherchais des blogueurs francophones au-delà de mon garoo chéri qui a été le premier à me montrer la voie. Et si j’ai pensé à lui à l’évocation du terme “navire” c’est que tout un imaginaire maritime a tout le temps gravité autour de Laurent. Les blogs et pseudo bien sûr, mais aussi réellement sa personnalité tout entière tournée vers la navigation, et ce look de vieux loup de mer qui m’impressionnait beaucoup. Petit, râblé, terriblement brun, l’air patibulaire (mais presque), la pipe à la bouche et un flegme absolument irrésistible composent son portrait en deux trois coups de pinceaux. Mais également un charisme assez dingue qui m’a beaucoup impressionné lors de nos premières rencontres.

Et contre toute attente, pour moi en tout cas, j’ai rapidement découvert qu’il était pédé. Mais pas un mec planqué ou quoi, non tout au contraire, en contraste absolu avec son look et son attitude, j’ai réalisé avec une surprise non dissimulée un pédé tout à fait assumé, voire haut en couleur à ses moments. Un type qui avait bossé pour Gai Pied et Têtu, vraiment pas ce que j’imaginais, ce qu’on peut être con avec les clichés. Et surtout un gars certes bourru mais absolument adorable, avec un petit défaut d’élocution tout mignon, et un sourire d’une tendresse et espièglerie à la fois désopilant et grinçant, avec cela un regard franc et rigolard qui vous déshabille du regard, à le désarçonner, le garçon hétéro le plus asymptotiquement nul sur l’échelle de Kinsey.

Il n’était pas vraiment considéré comme un pédéblogueur, mais pour moi c’était carrément tellement évident ! Il reste une personne extrêmement emblématique de cette époque, et surtout une personne intègre et entière qui ne s’est jamais trahi ou n’a jamais vendu son âme. A mesure que les blogs sont morts, il a moins posté, comme tout le monde, et il reste très discret en ligne aujourd’hui, même si on peut l’apercevoir de temps à autres sur des réseaux sociaux.

Je regrette de n’avoir pas réussi à vraiment devenir pote avec. Mais je me dis que le jour où je vais à Montréal (il n’est donc plus parisien), ce sera l’une des premières personnes à qui je penserai à aller faire une bise. Et quand je pense marin, navire ou embruns, il n’est jamais loin dans mes pensées. La preuve. ^^

Les publications voisines

Post navigation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: