Rue Arsène Leloup

Comme je devais aller à Nantes demain, je suis arrivé ce soir, histoire de profiter d’une première nuit dans notre nouveau chez nous. On avait acheté de quoi camper, et j’ai le minimum vital pour passer la nuit dans cet appartement totalement vide. Nous habitons rue Arsène Leloup, j’adooooore le nom de ma nouvelle rue. Non seulement on dirait un nom de personnage de roman du 19ème ou de Henri LePotier, mais en plus il a été maire de Nantes en 1871 mais obligé de quitter son poste en 1872, à cause d’une sombre histoire de pèlerins de Lourdes agressés à la gare de Nantes par des anticléricaux. Hu hu hu. ^^

Je débarque donc ce soir dans ma nouvelle rue, et j’ouvre la porte en bas avec ma clef. Je remarque même l’absence de nom sur une boite aux lettres où je dois placer nos noms plus tard. Il y a un sas et une autre porte, et ensuite je chemine jusqu’à l’ascenseur. Tout est conforme à mon souvenir avec cette archi terriblement seventies qui me rappellent certains souvenirs d’enfance. C’est un mélange de moquette murale, et son odeur de poussière et d’acariens, de plaquage en faux bois, d’escalier moquetté, d’ascenseur en forme de cercueil métallique et de crépi hérissé saumon. (Oui tout ça !!)

J’arrive au 4ème, j’ouvre la porte, et là je m’arrête dans mon élan. Merde, je ne reconnais pas le couloir, c’est bien conforme mais il n’y a plus trois portes, mais deux !! Et ce n’est pas la même porte, et il y a le nom d’une personne dessus !!! Pourtant, ce n’est pas une erreur d’étage, on ne peut pas monter au-dessus !

Bon, je reprends l’ascenseur, direction le rez-de-chaussée ! Bah non, c’est bien le bon endroit… Je remonte au 4ème, on ne sait jamais, j’ai dû encore être le jouet de mon inexistant sens de l’orientation. La porte s’ouvre, et… Non, ce n’est toujours pas le couloir aux trois portes… Pendant quelques secondes je me sens comme dans la peau de John Malkovich ou d’un épisode de la quatrième dimension !

Je décide de redescendre, on ne sait jamais !! Et pendant la descente, je me dis « Oh mais merde, est-ce que je suis au bon numéro ?? ». Parce que notre immeuble se compose en réalité de deux bâtiments jumeaux à deux numéros distincts. Mais je ne savais pas que la gémellité allait jusqu’à un mimétisme absolu, et surtout que nos clefs ouvraient les deux portes !!! C’était bien cela, j’étais au premier numéro, alors que nous sommes au second.

Tout va bien, je n’ai pas rejoint une autre dimension, ni rompu le continuum espace-temps, ou encore perdu la boule. Je suis juste… moi. ^^

J'aime 11

24 Commentaires

  • Ah les noms de rue. Quand j’étais parisien, je rêvassais : habiter rue des mauvais garçons ou de la petite truanderie.

    Ceci dit, ta mésaventure m’en a rappelé une autre du même acabit : quand j’ai emménagé ici, j’ai commencé à vider l’utilitaire en sous-sol, à emporter plantes et cartons dans le (mauvais) ascenseur, aller à l’étage, tout enlever de l’ascenceur, essayer d’ouvrir la porte de l’appartement, en vain. Je t’évite la suite, c’était encore plus ubuesque.

  • Ton histoire me rappelle ce jour, quand j’étais à San Francisco avec ma tante et 3 lourdes valises. On a décidé d’aller se balader quelques jours à Los Angeles et de retourner passer la dernière nuit de notre voyage au même hôtel de San Francisco, pour pouvoir y laisser les 3 lourdes valises. Quand on a voulu retourner à l’hôtel de San Francisco, il avait disparu! Stress intégral!! En fait, il avait été racheté par une autre chaîne d’hôtels et repeint et avait un autre nom dessus, tout ça pendant nos quelques jours de balade! Heureusement qu’ils avaient bien gardé nos valoches :rire: :sourire:

  • Tu me rappelles quelqu’un qui racontait qu’il y a fort longtemps à une époque où les clés de voiture n’étaient pas ce qu’elles sont devenues, avaient pu s’installer au volant d’une voiture qui n’était pas la sienne mais lui ressemblait énormément sauf une odeur particulière qui au dernier moment l’avait fait réaliser…

    • Oui je ne me suis pas senti très à l’aide pendant quelques secondes. Mais pour tout dire, au début j’étais content car il n’y avait pas l’odeur de vieille soupe et de maison de retraite que j’avais sentie la dernière fois. Or en revenant dans le bon immeuble, bah j’ai bien reconnu l’odeur d’un immeuble de vieuuuuux !!! :horreur: :rire:

  • 3615 Ma vie: il y a qqes années a St Sebastien (a coté de Nantes donc), j’ai refait faire la cuisine de mon appartement. Le jour des travaux j’étais absent mais les ouvriers avaient les clés. En milieu de matinée, je reçois un coup de fil: les dimensions de la cuisine ne correspondent pas du tout a leur plan! Je leur dis de voir avec leurs collègues qui étaient venus mesurer. Eux-mêmes ne comprennent pas. Je pose qqes questions: en sortant de l’ascenseur c’est bien l’appartement a gauche? Réponse: quel ascenseur? Ils étaient entrés dans l’appartement au-dessous du mien au RDC! Apparemment mes clés ouvraient TOUS les appartements de l’immeuble (+les caves + la porte d’entrée de l’immeuble)! Heureusement qu’ils n’avaient pas commencé a enlever la cuisine existante…. Ils sont repartis et la dame âgée qui habitait dans cet appartement, et qui était absente a ce moment-là, n’a jamais su que plusieurs personnes étaient entrées chez elle…

    • Rololo, mais comment tes clefs pouvaient-elles ouvrir tout cela !! Mais remarque moi idem, mes clefs me permettent d’aller dans cet immeuble, mais on partage tout de même le sous-sol pour les parkings notamment.

      • C’est un immeuble relativement récent et chaque clé ouvre son propre appartement + sa propre cave + la porte de l’immeuble. Je ne sais pas comment ca fonctionne mais c’est très pratique car il n’y a qu’une seule clé pour ces 3 serrures qui elles sont évidemment différentes. Apparemment il y a eu un hic qqe part car ma clé elle ouvrait aussi les serrures des autres appartements.

  • Bienvenue chez toi, mais, même si le risque est minime que locataire de l’autre logement soit au courant pour la clef, je demanderait un changement de serrure ! :clindoeil:
    Après heureusement qu’il n’y avait personne dans l’autre appart, un truc a se retrouver au commissariat à tenter d’expliquer que non, tu n’est pas un serial cambrioleur :gene: :rire:

    • Ah mais c’était juste la clef de l’immeuble, pas de l’appartement. Je n’ai même pas essayé, mais la porte était blindée et donc rien à voir avec la mienne. Comme les deux immeubles ont le sous-sol en commun, c’est en réalité vraiment un seul bâtiment avec deux entrées/ascenseurs etc.

  • lol difficile de trouver son chemin dans un espace qu’on ne connait pas encore bien ! :clindoeil:
    Nous, on a trouvé il y a 4 ans un appartement au rez de chaussée avec un petit jardinet. Sur paris, c’est une aubaine. Le quartier est populaire mais calme. Ce n’est pas évident de trouver son petit nid douillet. Je vous souhaite bien du bonheur à nantes !

    • Merci c’est gentil, on avait vachement envie d’un balcon ou d’un jardinet à Paris, mais c’est trop rare, trop inaccessible, et comme je voulais aussi du calme et moins de bagnoles, le plus simple était encore de quitter Paris ! :rire: :gene:

  • Ne pas oublier que Leloup a quelque chose de lupin… Mais de faciliter ainsi la tâche des cambrioleurs est-il bien se comporter en gentleman ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: