Body of work (Hannah Gadsby) au Trianon

J’avais évoqué Hannah Gadsby et son spectacle Nanette dans un article qui était une de mes logorrhées habituelles alors que j’essayais de gloser sur un sujet qui me tenait à cœur. Mais Nanette n’est qu’un entrefilet, alors que ce spectacle a eu l’effet d’une bombe pour moi, une BOMBE ! C’est bien simple, j’estime qu’il y a un avant et un après Nanette dans ma vie, c’est dire. Hu hu hu.

On était en plein confinement quand son show est sorti sur Netflix, et on a été, mon mari et moi, complètement scotchés par ce spectacle de stand-up qui est drôle à se pisser dessus, puis vous ouvre un vortex incroyable de vérités sur notre société, sur la dépression et sur notre hallucinante manie à l’auto-dépréciation. Je vous le conseille évidemment, et depuis j’ai vu d’autres spectacles d’elle, et je l’admire énormément. Mais alors qu’une comédienne australienne viennent jouer en France paraît tellement surréaliste que jamais je n’aurais imaginé la voir en chair et en os. Eh bien c’est arrivé il y a quelques jours !

Alors que le spectacle a été reporté deux fois, on l’a enfin vu sur scène au Trianon cette semaine, et c’était incroyable !! Déjà parce que c’était une salle blindée de toutes les typologies de lesbiennes que vous pouvez vous imaginer. TOUTES ! La preuve j’avais à côté de moi une fille en tenue de randonnée avec son sac à dos et ses bâtons de marche, je suis certain qu’elle est repartie, dès le spectacle terminé, à barouder sur les chemins de Compostelle. Mais surtout quelle présence, quelle truculence, quel texte de ouf, et quel cheminement génial dans la narration pour faire d’une discussion à bâtons rompus, presque d’un salmigondis d’anecdotes à un certain moment, un récit articulé, totalement cohérent et brillamment troussé.

Hannah Gadsby insiste beaucoup pour expliquer que c’est un spectacle « feel-good » et elle passe deux heures à essayer de nous convaincre de cela, mais évidemment le cheminement est plus complexe que cela. Evidemment ça ne sera jamais la claque de Nanette, et je ne m’attendais pas à cela, mais on retrouve bien intactes son intelligence, sa finesse et son humour irrésistible. En évoquant sa famille, sa femme ou son chien, elle réussit à nous reparler d’elle, de son état mental et surtout de nous tous et toutes.

J’étais vraiment très très heureux d’être à quelques mètres d’elle, et découvrir comme cela en VO un spectacle original. Je vous conseille de la découvrir si ce n’est pas le cas, elle est incroyable.

J'aime 2

4 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: