MatooBlog

Pectus est quod disertos facit. ∼ Pédéblogueur depuis 2003 (178 av LLM).

L’Axe Majeur de Cergy

J’ai profité de passer à Osny chez ma maman dimanche pour me promener avec elle, et cela faisait des années que je voulais retourner à l’Axe Majeur. C’est un truc très connu dans la région, et c’est une vue familière de mon enfance. En le revoyant il y a quelques années dans le film d’Annie Ernaux, d’ailleurs l’affiche était directement tirée d’une photo à cet endroit. En plus, je savais que l’œuvre avait été rénovée il y a peu, et puis c’était aussi le choix de Fred pour la couverture de son bouquin, évidemment j’avais tout de suite vu ça.

Avec le temps superbe qu’on avait, c’était une superbe balade et vraiment je confirme que l’endroit est dingue ! Et que c’est une vraie réussite d’art contemporain qui marque son environnement tout en étant parfaitement intégré au coin. On a ce démarrage avec la tour Belvédère entouré des immeubles à la touche si familière de Ricardo Bofill (vous savez les immeubles style Rome Antique des années 80 qui ne sont pas beaux, mais tellement singuliers que l’on est obligé de faire le rapprochement quand on va à Cergy, à Noisy le Grand, surtout depuis le décor de Hunger Games, ou à Montpellier).

On prend ce chemin et on a un axe rectiligne, un vrai point de vue qui s’élance vers l’infini, et qui pointe vers la Défense et Paris. On voit d’abord les 12 colonnes qui sont en haut d’un promontoire, avant de plonger vers la suite de l’axe et ses portes rouges.

La première partie est très minérale, et nous rappelle bien une architecture assez désuète des années 80 avec du béton, des surfaces uniformes, et des structures géométriques simples et régulières. Mais une fois le promontoire franchi, on est vraiment dans la nature, la forêt et l’ouverture vers l’Oise et les étangs de Ham (où tous les mômes se sont baignés un jour, et où j’ai appris à faire de la voile avec l’école).

On arrive à la fameuse passerelle et ses portiques rouges pétant, et c’est vraiment la partie la plus emblématique et selon moi vraiment très belle. On est dans un milieu très naturel, car Cergy a beau être très urbaine et construite, ce sont les portes du Vexin Français et ses villages ruraux. Et dans cette nature, on a ces poutrelles rouges qui viennent autant trancher que souligner les paysages de verdure.

Ah ça m’a fait drôlement plaisir de revoir ce lieu !!!

Les publications voisines

Post navigation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: