MatooBlog

Pectus est quod disertos facit. ∼ Pédéblogueur depuis 2003 (178 av LLM).

The Creator

Rololo, je vous le dis tout de suite, c’est une catastrophe (Thérèse !). Il n’y a pas grand chose qui va, et c’est dommage car ce qui va bien, va plutôt bien. Et pour le dire rapidement : c’est bien filmé (merci le réal de Rogue One, c’était pour ça que j’étais là), plutôt bien joué, et les effets spéciaux sont jolis et originaux, on est dans des décors qui ne sont pas habituels. Mais alors tout le reste est à mettre à la poubelle, et ça en fait des rubriques !!

Sur le fond, l’énorme problème c’est que le sujet même, le fond même de cette histoire de SF, est complètement con. Mais qu’en plus, l’intrigue est totalement classique et cousue de fil blanc, le film est référencé à mort, mais c’est tellement visible que c’est gênant. On a vraiment l’impression d’être dans un gloubi-boulga d’Alien ou Terminator (les tenues militaires ou les appareils volant sont totalement cameronesques), de Blade Runner (avec des “simulants” au lieu des répliquants, et le cyberpunk à chien mouillé asiatique sous la pluie), de District 9 aussi à qui j’ai pensé pour le côté banlieue post-apocalyptique et tous les droïdes. On retrouve aussi des trucs de Rogue One avec de longs plans contemplatifs et des décors sublimes, mais ça j’ai plutôt aimé du coup, et comme c’est de l’autoréférencement je trouve que ça passe. ^^

Mais donc en plus de cela, le fond de “Les IA (Intelligences Artificielles) se sont emparées de la Terre, certaines vivent en symbiose, et d’autres cherchent la baston.” est d’une connerie abyssale. Il y a une confusion terrible entre IA et robotique, et même informatique de base. Et donc le gros problème du film c’est l’écriture. C’est TRÈS TRÈS TRÈS mal écrit !! On a dans le film deux types de robots qui sont appelés des IA : des robots à l’allure robotique genre R2D2 ou C3PO (et aussi caricatural que ça), ou alors des “simulants” qui sont des robots mais avec une partie seulement du visage “humain”. Ce visage a d’ailleurs été généreusement donné par des humains qui se font scanner pour cela, car cela ne fait pas des années que les IA justement sont en capacité d’inventer des visages…

Et on voit bien que c’est un parti pris esthétique d’avoir fait seulement une partie du visage pour laisser ce truc mécanique apparaître. Et ce qui est encore plus naze c’est que la roue mécanique creuse (juste pour des effets esthétiques encore une fois de perspective, le mec voulait JUSTE ça pour ça c’est clair) fait des cliquetis quand le robot réfléchit. On est en l’an what mille de mes couilles, et tu me fais un robot avec la même idée que Robbie dans “Planète interdite” qui faisait des clacs-clacs de relais mécatroniques quand il calculait un truc… Mein gott !!!

Et donc John David Washington (toujours aussi beau) est en infiltration chez les asiatiques (New Asia) qui vivent avec les IA, tandis que l’occident (les USA) les a interdit, après une petite “erreur de code” qui a entraîné une explosion nucléaire à Los Angeles. Les USA déploient tranquille le chat dans son panier un vaisseau en orbite, le NOMAD, qui repère des IA et lâche des bombes à la cool. Et donc aucun problème géopolitique, ça passe crème !!

Des soldats viennent chercher John David Washington 5 ans après avoir été bombardé pendant son infiltration, pour qu’il les aide à retrouver un labo secret où serait cachée une IA ultime, une arme fatale qui pourrait faire péter le NOMAD. Mais l’IA en question a la forme d’une petite fille. Et là tout le film est complètement dingue et joue sur un étonnant anthropomorphisme qui ne marche absolument pas. Ce n’est pas du tout comme les répliquants qui sont des cyborgs totalement humains en apparence, et à qui on donne une histoire et des sentiments. Là ce sont biens des robots avec une roue qui fait “clac clac”, et même un bouton de mise en veille très facile à atteindre. Ils sont totalement électroniques et sans un bout de chair, mais ils bouffent de la glace, et picolent, mais survivent dans l’espace et ne respirent pas.

Et alors je n’insiste pas sur les myriades d’erreurs “informatiques”… La gamine “arme IA” qui est en fait juste une télécommande qui permet de couper le courant des objets, alors que ça parle de hacking dans tous les sens. Les robots qui parlent un coup une langue asiatique, un coup en anglais avec un accent à couper au couteau (des robots !!!), un traducteur qui ressemble à un Palm Pilot, pas d’implants ou de “persoc” alors que l’on voit des jambes et bras à la Super Jaimie dans tous les sens, mais ni même de smartphone ou d’IA qui compléterait des humains, la gamine qui a besoin d’apprendre des choses (encore cette confusion terrible entre humains et machines) et n’est donc pas connectée (?) mais comment elle fait alors pour faire la télécommande ? Aaaaaaaaaaah. C’est trop con !!!! Et il y a tellement d’autres exemples ridicules comme les bombes qui courent comme des barriques avec des pieds et des mains, un champs de buis sur la station spatiale militaire, et la gamine qui nous la fait “Golden Child L’enfant sacré du Tibet” quand elle doit activer son pouvoir comme une sorte de super Namasté !! YOLOOOO !!

Et puis il y a des conneries scénaristiques plus basiques, des enchaînements incohérents ou débiles, on a les soldats américains qui courent après le héros pendant tout le film en mode “mauvais flic” et qui ne se font jamais repérer ou attraper par les flics locaux robotisés qui sont très très mauvais, pire que des Storm Troopers.

Et jusqu’au bout c’est trop trop con (et cette musique pompier Hans, non !!!). ^^

Mais sinon c’est joli, et il y avait un bon potentiel très très mal utilisé. Mais dans le genre, je célèbre mille fois plus le film de SF indépendant “Vesper Chronicles” dont j’ai parlé ici. Peu de moyens mais superbement utilisés, et une écriture qui fleure bon la SF d’auteurs.

Les publications voisines

Post navigation

  • Mais tellement, tellement d’accord. Je suis sorti consterné de la projection pour les mêmes raisons. Tout est cousu de fil blanc, avec teeeeellement de trucs décidé pour faire stylé mais totalement débile…
    On en parle du NOMAD qui dessine une cible sur l’endroit qui va être frappé ? Sérieusement ?….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: