MatooBlog

Pectus est quod disertos facit. ∼ Pédéblogueur depuis 2003 (178 av LLM).

Anatomie d’une chute (Justine Triet)

Cela fait tellement de bien de voir un excellent film français, et en plus une palme d’Or à Cannes. Un film vraiment accessible en plus, pas intello ou abscons, juste un sacré bon film !! Parfaitement filmé et monté, merveilleusement joué (par Sandra Hüller et Milo Machado Graner), c’est vraiment chouette que Justine Triet soit ainsi célébrée, avec une œuvre qui a autant de mérites.

Le film est certes français mais a une veine très internationale puisque l’héroïne, Sandra, est une allemande qui a vécu à Londres, et a rencontré et épousé un français, Samuel, qu’elle a suivi dans la région grenobloise. Ils communiquent en anglais, et ils ont un enfant de dix ans, Daniel qui est non-voyant. Les deux sont écrivains, mais elle a réussi, et lui beaucoup moins. Et un jour qu’elle est interviewée par une thésarde sur son œuvre, son mari se jette par la fenêtre de leur chalet. Le film est donc littéralement l’anatomie de cette chute là, mortelle et mystérieuse.

Sandra est rapidement soupçonnée, et elle fait appel à un ami avocat pour la défendre. Le film devient rapidement un film de procès, et continue à être brillant et très soutenu dans son rythme (ce qui est une vraie prouesse). J’imagine que c’est par proximité de titre mais j’ai pensé à ce film d’Otto Preminger que j’adore : “Anatomy of a murder” (Autopsie d’un meurtre) qui est aussi un film de procès avec un génial James Stewart.

On a rarement l’occasion d’avoir de grands films de procès français, et finalement on connaît très peu le système juridique de chez nous. Je crois que celui qui est ma référence est “Les inconnus dans la maison” de 1942 avec Raimu et un tout jeune Mouloudji. On s’attend toujours à des objections et des 5ème amendement ou à des voir dire, mais évidemment pas en France où on se surprend d’avoir un avocat général qui est interrompu par la défense ou des injonctions de la juge qui interpellent. En tout cas, c’était aussi très plaisant d’avoir l’occasion de voir notre propre système.

On suit d’abord une femme qui se retrouve accusée par un faisceau de preuves, puis surtout un embrouillamini de clichés et de préjugés, et c’est le pur film de tribunal avec des joutes plus ou moins réussies des magistrats ou des avocats, des témoins ou experts qui donnent envie de se révolter, et puis quelques retournements de situation bien venus.

Ce qui est passionnant et une des grandes qualités de ce long-métrage selon moi, c’est l’habileté de l’autrice d’avoir alterné autant de thématiques différentes, tout en gardant ce fil de l’enquête et du thriller. Car au-delà de ces scènes au tribunal, on y voit une histoire d’amour passionnelle destructrice, des relations filiales, un examen parfois gênant de l’intimité d’un couple au bord de la rupture, deux créateurs déchirés par leur propres hubris, et encore d’autres subtilités vraiment bien senties.

Je ne comprends pas comment on ne l’envoie pas aux oscars car il est à moitié en langue anglaise, et il a une portée universelle assez belle. C’est à la fois super français, avec tout le charme du cinéma français tel qu’on peut le concevoir dans ses clichés à l’étranger, mais vraiment pas chiant, avec une super intrigue et des comédiens parfaits.

Les publications voisines

Post navigation

  • Je l’ai vu avant-hier… Mais comme je n’ai pas vu celui qu’on envoie aux Oscars, je ne peux pas comparer. Peut-être qu’on s’est dit que c’était trop intellectuel (pas une seule scène de sexe, et pire: le couple est abstinent depuis des années!), ou que le fonctionnement de nos tribunaux resterait obscur.
    La musique jouée par le jeune garçon est obsédante, elle me reste dans la tête. C’est un film marquant, je suis d’accord avec toi.

    • Je n’ai pas vu non plus “La Passion de Dodin Bouffant”, donc tu as raison il a peut-être un truc plus “bankable”, notamment Binoche. :clindoeil: J’ai été impressionné par le jeu du petit gars, sachant que c’est souvent un maillon faible dans les films français. J’ai bien aimé la musique aussi. :amitie:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: