MatooBlog

Pectus est quod disertos facit. ∼ Pédéblogueur depuis 2003 (178 av LLM).

Plat avec un dahl de lentilles corail et épinards en branches (couleurs orangées)

Iwak #12 – Épicé

Iwak c’est Inktober with a keyboard, donc tout le mois d’octobre : un article par jour avec un thème précis.

Tout a commencé pendant le confinement, où tout le monde, y compris moi, s’est mis à vouloir cuisiner des choses. Comme je suis un piètre artisan en la matière, j’ai dû chercher sur les Internets un truc comme “plat facile et impossible à rater”, et c’est revenu comme un standard conseillé par tout le monde : “dahl de lentilles corail”. Et c’était promu comme un plat plutôt sain également pour le diabétique que je suis, végétarien (ce que je cherche aussi à être de plus en plus) et très parfumé. J’ai aussi à l’époque investigué les plats sains et avec des saveurs chouettes, et clairement les épices sont devenus mes amies.

J’ai compris aussi pourquoi les dahls étaient les plats populaires qui étaient préparés dans les festivals ou les cuisines collectives, parce que ça se prépare potentiellement en énorme quantité, que ça ne se rate pas, et que c’est encore meilleur réchauffé et reréchauffé. Je me souviens notamment de la Queer Food for Love et son super dahl transpédégouine (mais surtout gouine ^^ ) de la rue Ste Marthe il y a 1267 ans (en vrai : 17 ans).

Mais donc depuis le confinement, le dahl est devenu mon plat fétiche. J’adore ça, ça se marie avec tout, ça s’accommode avec énormément de choses, et vraiment tout le monde aime ça. C’est un mélange d’épices qui fleure bon les Indes, et qu’on peut aussi moduler à souhait, à la fois à qui veut avoir du goût ou à qui veut carrément s’arracher la gueule.

Donc si vous êtes nuls en cuisine, que vous voulez préparer un truc délicieux et impossible à rater : apprenez à faire un dahl ! Vous avez toutes les recettes en ligne, mais je vous livre celle que je pratique moi-même. C’est pour 4 personnes en gros, ça peut se manger en plat principal mais c’est chouette avec du riz en plus et des nans, voire du poulet si vous voulez une consistance un peu plus carnée. ^^ (Si vous êtes plus doués que moi allez donc faire un tour chez Un peu gay dans les coings, et invitez-moi à dîner. Je suis ultra fan de ses recettes. ^^ )

Voilà les ingrédients :

  • 300 g de lentilles corail
  • 2 oignons jaune
  • 2 gousses d’ail
  • Un petit morceau (2 cm) de gingembre frais
  • 400 g tomates concassées en boîte donc
  • 50 cl lait de coco en brique qu’on trouve dans les rayons asiatiques en général
  • 50 cl bouillon de légumes (je mets deux cubes dans 50 cl d’eau bien chaude et hop)
  • 200 g de pousses d’épinards (cru donc)
  • 1 cuillère à café de cumin moulu
  • 1 cuillère à café de coriandre en feuilles (sèches)
  • 1 cuillère à café graines de moutarde
  • 2 cuillère à café de curcuma en poudre
  • 1 cuillère à café de garam masala, mais la plupart du temps je mets plutôt une cuillère à café de curry “Madras” très piquant de Ducros (pour mon brittoréunionnais de mari qui sinon trouve que ça n’a aucun goût ^^ )
  • 1 jus de citron jaune

Vous commencez par émincer les oignons, et vous les jetez dans une grande poêle, un faitout ou un wok préalablement huilée (d’olive évidemment). Il faut remuer pour pas que ça crame. Quand ils sont dorés et translucides, on ajoute l’ail et le gingembre, et tout de suite après toutes les épices. Vous sentirez tout de suite le “resto indien” qui s’échappe de la casserole. Il faut laisser revenir tout ce truc pendant deux-trois minutes pour bien avoir cette base ultra-odorante et savoureuse. Et après il suffit de rajouter tout le reste. Les tomates, le lait de coco, les lentilles, et en délayant l’ensemble le bouillon de légumes.

Après, on baisse à feu-moyen, et on attend que les lentilles cuisent, en remuant bien pour éviter que ça finisse en pâtée. Il faut goûter régulièrement pour éviter les lentilles trop fermes, et espérer que ce ne soit pas trop mou non plus.

Une fois que c’est cuit, on ajoute le jus d’un citron, et on intègre les pousses d’épinard. Elles ramollissent vite avec la chaleur du dahl, mais comme cela elle ne disparaissent pas trop non plus.

Et voilà !!! Ça sent trop bon, c’est bien épicé, et c’est excellent même si on dirait parfois qu’un poivrot a vomi dans votre assiette !! ^^

Les publications voisines

Post navigation

  • Moi quand je vois une recette végé que tout le monde doit aimer ” :chatlove:
    Moi quand je vois que je ne suis pas fan de la moitié des des épices qui sont dedans ” :horreur:”

    gingembre,cumin,coriandre,curcuma,curry :vomir:

    Et pourtant il y a des plats indiens que j’aime (mais j’aime pas du tout l’odeur dans les restos indiens)
    J’imagine que c’est une question de dosage, mais j’ai tenté un plat indien pendant le confinement, c’était pas mangeable :gene:

    Encore une recette qui n’est pas pour moi!

  • Ben moi ça me donne envie de manger ce p;lat direct qui me parit bien appétissant et ne fais

    penser en acun cas à du vomi, bein voyions mais quelle idée Mattoo :) :) :

    :) ?
    Et comme j’adore la cuisine indienne sans souvent sans carnée et ce qui est super dans cette

    cuisine c’est qu’elle est est variée avec un large choix végètarien ou pas et les épices sont à

    tomber par terre donc je tenterai ton dahl avec joie en essayant de le faire au mieux merci !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: