MatooBlog

Pectus est quod disertos facit. ∼ Pédéblogueur depuis 2003 (178 av LLM).

Iwak #1 – Gargouille

Iwak c’est Inktober with a keyboard, et là je rattrape comme j’en ai envie la version 2022, donc quand je veux, et ce dont j’ai envie. Hu hu hu. (Fuck la vie !!)

J’aime vraiment beaucoup les gargouilles, elles me fascinent et me font flipper depuis que je suis tout minot. Et quand j’ai pensé à ce mot, il m’est venu ce film de série B de 1991, accrochez-vous : Darkside, les contes de la nuit noire. Ce n’est pas du tout un chef d’œuvre, bien au contraire, mais j’ai dû voir ça avec mes parents en VHS quelques années plus tard. Il y a plusieurs histoires racontées dans le film, un peu comme “les contes de la crypte” avec un enchaînement de courts-métrages. L’un d’eux évoque un artiste maudit qui est fasciné par une gargouille d’un immeuble new-yorkais.

Et un jour, il y a cette fille superbe qui débarque, et on comprend en filigrane que c’est en réalité la gargouille. Elle lui apporte un grand succès, et ils ont même des enfants. Et je ne me rappelle plus pourquoi, mais il devait y avoir un truc interdit à la Barbe-Bleue, et l’artiste trahit d’une manière ou d’une autre la confiance de Gargouillette. La fille se transforme alors, à l’aide d’effets spéciaux de qualité1, en une impressionnante gargouille et ses enfants aussi (en mini-gargouilles quoi). Et elle tue le mec avant de se barrer sur le toit de l’immeuble, et de redevenir une statue avec ses gamins.

Les effets sont dégueulasses, et la tronche des gargouilles est risible aujourd’hui, mais à l’époque c’était tout de même ce qui se faisait de mieux. Et vraiment j’avais été captivé par cette histoire, et j’adorais la comédienne, Rae Dawn Chong, qui est très connue pour être l’héroïne (peu reconnaissable) de la Guerre du feu.

Je pense d’ailleurs que mon amour des gargouilles est aussi une des raisons qui me fait collectionner les cathédrales gothiques d’ici et d’ailleurs. La plus dingue à ce sujet n’est d’ailleurs pas une cathédrale mais elle mérite vraiment le détour si vous passez à Dijon. Il s’agit de Notre Dame de Dijon qui est une sublime église gothique du 13ème siècle dont la façade occidentale est absolument remarquable. Elle est à quelques encablures du Palais des Ducs, et on était tombé dessus par hasard mais j’avais tout de suite été voir ça de plus près.

On est tout de suite pris par cette façade monumentale mais d’une extraordinaire singularité, vraiment ça ne ressemble à rien de connu. Vous avez déjà trois porches monumentaux, mais sur une façade totalement plane, et au-dessus deux étages de galeries avec des colonnades très étranges. On croirait presque un palais vénitien ou une habitation renaissance, et surtout on a une kyrielle de gargouilles qui ne sont pas des gouttières pétrifiées mais bien juste des sculptures qui scandent toute cette surface.

Et vu d’en dessous c’est encore plus fou car on voit toutes les bestioles qui ont l’air de vous tomber dessus avec leurs airs patibulaires (mais presque).

C’est le paradis des gargouilles !!! ^^

  1. Allusion à une des nombreuses scènes cultes de la série culte québécoise “Le cœur a ses raisons“. ↩︎

Les publications voisines

Post navigation

    • Oh le terme église est générique pour un “temple catholique”, la cathédrale est simplement le siège d’un évêché, donc tu as des églises qui ne ressemblent à rien ( :mainbouche: ) qui sont des cathédrales, et des cathédrales gothiques de sa mère qui ne sont que des simples églises aujourd’hui pour des raisons administratives. :gene:

  • J’aime bien la vue en contre-plongée, qui était probablement intentionnelle au moment d’édifier cette façade.
    Une petite note de l’historien tétrapilectomisant: au sens technique, à moins que je me trompe, une «gargouille» doit être installée en fin de gouttière (le terme étant onomatopéique et provenant du bruit de l’eau sortant généralement de sa gueule). Lorsque des figures semblables aux gargouilles mais ne servant pas d’embout de gouttières figurent sur un bâtiment, il y aurait lieu de parler de «grotesques».
    Et si je comprends bien, il te faudrait une autre émoticône figurant une gargouille pour s’ajouter aux mitochondries et narvals.

    • Oh je ne connaissais pas l’origine onomatopéique de la gargouille, c’est génial !! En revanche pour moi la gargouille est seulement une goutière, toutes les autres bestioles d’apparat sont techniquement des “chimères”. Les gargouilles ne sont pas tout de même au niveau des mitochondries ou des narvals, j’avoue. :rire: :rire:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: