MatooBlog

Pectus est quod disertos facit. ∼ Pédéblogueur depuis 2003 (178 av LLM).

Mars Express

Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu un aussi bon petit film de SF, et que ce soit de l’animation française est la cerise sur le gâteau ! Cela m’a tout de suite rappelé la série Lastman que j’avais dévorée il y a quelques années, et évidemment il s’agit en réalité du même créateur. Donc la filiation est assez évidente et c’est pour le mieux, car on n’est pas dans la qualité de rendu, de fluidité ou de finesse la plus dingue, mais le style est là et il est irréprochable. L’animation reste très propre, et la direction artistique est vraiment d’une qualité supérieure. Le dessin est super créatif, et le film fourmille d’idées géniales très “françaises” (selon moi ^^ ).

Le scénario est assez classique, mais fonctionne super bien. Et c’est peut-être un peu la fin qui est curieuse, mais qui après coup, est d’une grande originalité puisque les méchants, littéralement le grand Capital, gagnent haut la main. Hu hu hu.

Nous sommes en 2200, et la vie humaine est bien développée sur Mars où l’on vit même dans de meilleures conditions que sur Terre. Le monde est techniquement très développé, et les humains cohabitent avec plusieurs formes de robots : IA, cyborgs, androïdes, humains augmentés etc. Il y a même une nouvelle forme de robots à base de créatures biologiques génétiquement élaborées (“Gilbert” et “Jeanine”1 dans le film, mouahahahahaha). Aline Ruby, une détective privée et son acolyte, Carlos Rivera, qui est un androïde “sauvegardé”2, enquêtent sur des morts suspectes qui gravitent autour d’une importante entreprise de robotique. On va découvrir un complot beaucoup plus massif qui remet en question la nature même de la cohabitation entre les humains et tous les êtres synthétiques.

L’animation est excellente, mais surtout la fibre SF est de très bonne facture, avec des inventions d’anticipation qui sont crédibles et bien foutues, des scènes d’action très convaincantes et rythmées, et qui tiennent en haleine du début à la fin. C’est cool de voir un film français de SF aussi bien fait et tout à fait au niveau d’une production hollywoodienne, avec ce petit supplément d’âme qui en fait un film qui sort de l’ordinaire.

  1. Jeanine ressemble vraiment à un navigateur de 3ème échelon de la Guilde Spatiale. ↩︎
  2. C’est à dire qu’il est un humain décédé qui avait enregistré sa personnalité, et qui a été répliqué dans un robot. ↩︎

Les publications voisines

Post navigation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: