MatooBlog

Pectus est quod disertos facit. ∼ Pédéblogueur depuis 2003 (178 av LLM).

Coronavicissitudes

J’ai brièvement évoqué le déficit d’assiduité de ces quelques années dans mon post des 20 ans du blog. Et je me suis promis à moi-même de remettre cela d’équerre. Oui c’est tout à fait inutile, donc c’est obligatoire et essentiel. Mon blog, depuis 2003, a toujours été pour moi un web-log c’est à dire un carnet qui liste et compile littéralement mes activités. Et l’idée ça a toujours été d’avoir la trace des films vus au cinéma, des bouquins lus, des expositions visitées et des concerts vécus.

De 2013 à 2019, quand j’ai eu une énorme flemme d’écrire (comme tous mes congénères), j’ai malgré tout noté mes brouillons d’article dans un fichier (puis une note en ligne). Au minimum, j’ai conservé la mémoire de toutes ces activités culturelles. Parfois je rattrapais, et parfois pas ! J’ai aussi sans doute dû en manquer quelques-unes, mais grosso modo j’ai la grande majorité encore sous le clavier.

Avant de rattraper ce retard sous forme d’une compilation thématique par type d’activités (je vais essayer de faire appel à ma mémoire pour des évocations très brèves), je me suis posé la question de ma productivité au cours de ces 20 dernières années. J’ai d’abord regardé la production mensuelle (nombre d’articles en ordonnée), mais ce n’était pas très explicite.

Bon, on se rend bien compte que les premières années ont été fastes, et que ça merde entre 2009 et 2019, mais ça ne traduit pas si bien que cela les tendances générales. On voit aussi toutes mes tentatives de m’y remettre, qui souvent sont marquées sur un mois ou deux avec une production exceptionnelle, avant de retomber bien bas. Mais vraiment, la vision simplement annuelle me paraît plus intéressante (toujours le nombre d’articles en ordonnée).

2003 était beaucoup plus faible que ce que j’imaginais (même si le blog a démarré en avril), mais 2004 (449 posts) et surtout 2005 (619 posts) et 2006 (615 posts) marquent le pinacle de cette aventure. Après 20 ans, je vois bien que la bonne santé du blog correspond à peu près à un post par jour (pour la partie weblog et celle un peu plus libre où je m’exprime sur d’autres sujets dont MOÂ). Et en réalité un peu moins, donc autour de 300 articles par an c’est une marche que je vise.

C’est cette vitesse de croisière qui correspond aussi à l’habitude d’écrire, et à la gymnastique essentielle à entretenir pour remettre l’ouvrage sur le métier sans trop ahaner1.

Mais que s’est-il donc passé en 2007 (480 posts) ? Certes Facebook est arrivée cette année là, et ça a été aussi une première vague côté Twitter, mais les blogs avaient encore largement le vent en poupe, et la Grande Conversion n’était pas encore dans la ligne de mire. Je vais vous dire ce qui est arrivé : le chérichou. Le Péruvien est arrivé, et baaaaam ma productivité qui se barre en couilles. Hu hu hu.

C’est simplement que j’étais très amoureux (mais je l’étais aussi avant, car je suis amoureux en continu depuis très longtemps), et qu’il lisait le blog, et pour la première fois depuis quelques années, je ne pouvais plus me permettre de me raconter comme je le faisais. En tout cas, c’était beaucoup moins croustillant et j’avais moins de plans cul à raconter quoi. Mais ça reste une activité soutenue, et 2008 (361 posts) et 2009 (314 posts) sont bien dans cette moyenne que je trouve un bon compromis entre une activité qui reste un plaisir, mais pour laquelle je fournis des efforts substantiels, et qui malgré tout ne me bouffe pas tout mon temps libre.

Mais la suite, 2010 (145), 2011 (104), 2012 (104), 2013 (147 posts2) c’est la dégringolade, et avec 2014 (17) et 2015 (5) c’est la fin des haricots. C’est le cœur de la période de fin des blogs avec un report absolument massif sur les réseaux sociaux, là où sont parties toutes les conversations, les commentaires, les échanges, et là où tout est facilité pour poster, échanger, se connecter en un clic, là où on constitue de merveilleux profils marketing de nos existences pour mieux nous faire cibler en termes publicitaires, et bien d’autres usages viciés et dévoyés. C’est aussi une convergence des usages, avec les blogueurs qui migrent sur les réseaux sociaux, et une grande et large adoption des réseaux sociaux par tout un chacun.

Cette grande faiblesse de 2014 (17 posts) et 2015 (5 posts) s’explique aussi par ces listes d’articles en brouillon qui me donnaient au moins bonne conscience, en me disant que j’avais bien le temps d’écluser ces articles pour plus tard. Finalement j’ai passé ces deux ans, à noter simplement ce que je voyais au ciné ou au théâtre, mais en n’écrivant presque rien, et en ayant de plus en plus la flemme, puis une sorte de blocage à de nouveau m’épancher en ligne. Pourtant 2014 c’était l’année de notre mariage, 2015 le voyage de noces, et évidemment les attentats qui m’ont pourtant énormément touchés.

En 2016 (116 posts), j’ai voulu me rattraper mais en réalité je n’ai blogué que sur 4 mois, à chaque fois par à-coup comme pour reprendre du poil de la bête, mais pour mieux renoncer ensuite. La suite y ressemble même si j’essaie quelques stratagèmes, notamment de poster mes photos Instagram histoire d’avoir des archives ici, et de les retrouver plus facilement. Mais la production n’est pas faramineuse. 2017 (81) et 2018 (76) sont des années de vache maigre, mais avec toujours une certaine motivation, et un espoir pour des jours meilleurs. En plus, les réseaux sociaux s’essoufflaient, tous les teubés les ont envahi, et les blogs étaient de nouveaux plébiscités sans pouvoir trouver un nouvel élan. 2019 avec seulement 26 articles aurait pu sonner le glas, mais 2020 est arrivé.

Et qu’est-ce qui est arrivé en 2020 ? Mais le confinement suite au COVID-19 dès le mois de mars bien sûr !!! On a eu pour la plupart beaucoup de temps enfermé chez nous, avec beaucoup moins de boulot, une période d’incertitude, d’angoisses existentielles et de sentiment de répétition générale de fin du monde. Et les blogs se sont remis à vivre !!! Et hop, en 2020 : 375 articles.

Bien sûr, certains sont depuis retombés en somme prolongé, et d’autres ont jeté l’éponge, mais moi ça m’a permis de reprendre une vraie hygiène de blog, à systématiser le fait de poster des photos, à m’astreindre à écrire sur ce que je vois, lis, visite, quitte à de la redite, à des trucs un peu bâclé parfois. Mais ce qui compte c’est que trois ou quatre fois par an, j’écris un truc que je trouve sympa au milieu de ce fatras.

389 articles en 2021, un peu moins en 2022 avec 168 posts, mais une bonne reprise en 2023 avec 345 posts. Je trouve que c’est un bon rythme de croisière, et j’espère bien le tenir. Après si ça foire, bah ça sera pas la première fois.

Mais j’ai toujours la foi. ^^

  1. Un peu comme le sport que je honnis de toute mon âme quoi. ^^ ↩︎
  2. Le rebond s’explique par pas mal de posts à propos de la Manif pour Tous et des manifestations en faveur du Mariage pour Tous. Quelle année singulière et mouvementée à ce sujet !! ↩︎

Le club

Les publications voisines

Post navigation

  • Je reste fasciné par ta productivité, à chaque newsletter je me dis “mais comment il fait”, de plus pour moi c’est toujours plaisant à lire et le contenu est varié …

    J’ai de plus en plus de peine à écrire, même sur les sujets qui me passionne comme la photo, je traine des articles depuis des semaines … :)

  • En novembre ou décembre 2020, tu as participé à la série “les gens qu’on aime” tous les jours! C’était super chouette! Heureusement que tu as continué et j’espère que tu continueras encore longtemps :) La pandémie n’était pas que négative, finalement!

  • Bon, d’un seul coup, me voilà rassuré, je ne suis pas le seul à avoir traversé ces passages à vide dans cette activité de blog que j’affectionne pourtant vraiment beaucoup. Je vais essayer de renvoyer cette longue absence à ma période moustache en une tentative dont on verra ce qu’elle vaut, de valider les hypothèses behavioristes :sourire:
    Longue vie à ton blog :coeur:

  • Je pense qu’un blog est utile si on a des choses à dire, qu’on souhaite éventuellement partager. Mais tout dépend si on le fait lire à ses proches ou si les lecteurs sont des inconnus … Pour ma part, la première fois que j’ai eu un blog, c’était au tout début du phénomène, en 2003 je crois, j’étais sur 20six. Puis j’ai arrêté pendant trèèèèès longtemps et il y a 4 ans j’ai soudain eu envie d’en créer un nouveau. Pourquoi ? Bah parce que hehe :huhuchat: Sans rire, j’avais juste envie de partager mes lectures, les films que j’apprécie ou simplement parler de ma vie, mes pensées personnelles sur mon homosexualité. La seule chose qui m’a vraiment déçu, c’est … l’absence quasi systématique de réactions sur les notes. Et je suis loin d’etre le seul dans ce cas. Dommage qu’il y ait une telle in différence, moi je réagis toujours aux posts des autres, même si je n’aime pas. J’ouvre ma gueule quoiqu’il arrive, quoi :rire: Un blog, c’est avant tout fait pour partager, non ? :ok:

    • Oui tu as raison sur le partage, c’est vraiment la base, sinon tu publies juste sur ton ordinateur ou tu écris dans un carnet papier. Mais partage ne veut pas dire retour ou interaction, et moi je n’y tiens pas plus que cela même si cela fait indéniablement plaisir et flatte un peu l’égo, c’est sûr. J’aime bien l’idée de simplement publier aux quatre vents. Parce que tu n’as pas connu mais il arrive d’avoir “trop” de commentaires, et trop d’injonctions, de tentatives d’ingérence ou même de trolls qui te gâchent la vie. Comme d’habitude, c’est la moyenne et la tempérance qu’on voudrait, mais qu’on atteint finalement assez rarement. :huhuchat: :gene:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: