MatooBlog

Pectus est quod disertos facit. ∼ Pédéblogueur depuis 2003 (178 av LLM).

Adelphité trans

Cela fait quelques années (mais pas plus de quatre, il me semble) que je vois le terme “adelphité” fleurir dans la communauté queer au sens large, mais surtout trans. C’est un terme épicène qui combine donc les notions de fraternité et de sororité (qu’on emploie aussi plus souvent depuis relativement peu de temps). J’ai tout de suite trouvé que c’était drôlement euphonique adelphité, et j’adore lire des personnes parler ainsi de leurs adelphes… Récemment, je m’interrogeai sur mon usage de certains termes et c’était curieux de constater que par exemple :

Ce qui m’épate, en passant, c’est qu’en 2005 je te mettais des “transsexuels” en veux-tu en voilà, c’est marrant comme je n’écrirais plus cela aujourd’hui. Et en réalité, si je regarde l’occurrence des mots-clefs de mon blog, j’ai utilisé ce terme jusqu’en 2008, après je parlais de “trans” tout court, et à partir de 2011 c’est le terme “transgenre” qui est uniquement usité (et c’est le terme correct encore aujourd’hui). 

Article Hedwig and the Angry Inch de ce propre blog ^^

Donc je tenais à commencer à faire fleurir ici aussi pour ce printemps 2024 un si joli mot.

Cela pourrait paraître curieux de prime abord de se dire qu’on a juxtaposé et mélangé ces lettres : LGBTQIA+ (j’ai l’impression que c’est l’acronyme qui résiste ces dernières années) pour décrire les minorités sexuelles1. J’utilise moi-même souvent le terme queer comme un terme général pour englober tout ce qui sort de la norme qu’elle soit sexuelle ou même culturelle (j’aimais du fond de mon cœur l’appellation TorduEs, et la marche qui allait avec, c’était une belle traduction à la fois littérale et singulière, mais malheureusement elle n’a pas percé ^^ ). Mais en réalité, on mélange des orientations sexuelles et des identités de genre ou des cheminements dans ces deux “univers”, certes connexes mais après tout disjoints.

Car on est plus aujourd’hui à se considérer sur le spectre de l’orientation sexuelle comme sur celui du genre, et même ces notions là me semblent en réalité de plus en plus illusoires, ou simplement un besoin assez trivial de mettre les gens dans des boîtes et de leur mettre des étiquettes. Et ce n’est pas que pour des trucs mauvais hein, les étiquettes ça permet aussi de savoir à qui on a affaire et comment mieux communiquer, faire le moins d’impairs et se montrer poli. Les pansexuels et les agenres dans la salle peuvent sourire narquoisement, d’accord, d’accord.

Ces spectres ont tout de même un intérêt pédagogique, et de redonner à chacun la liberté de sortir des limites perçues par son éducation et son environnement, et ça c’est tout de même très très cool (Kinsey avait bien commencé en 1948, avec selon moi le même pouvoir émancipateur sa fameuse échelle). Dès lors qu’on comprend les carcans dans lesquels on se trouve, on n’aspire très rapidement qu’à en sortir ou au moins à ressentir le grisement de ressentir ce nouveau souffle de liberté possible.

Là où ça se corse et je trouve cela merveilleux, c’est dans cette nouvelle norme qui consiste à ne pas savoir justement à qui on a affaire (et le quasi-boomer que je suis en souffre grave, mais j’y survivrai car je suis pas trop fragile dans le genre ^^ ). Mais comme la règle d’Or dans ce domaine, comme dans tous les autres, c’est la suivante. On devrait normalement vivre dans un monde bien meilleur.

Flash débat : la transidentité – Groland Le Zapoï du 09/12/2018 – CANAL+

En réalité, la raison pour laquelle on a accolé le T aux LGB, et pour laquelle ces spectres sont si intimes, est surtout très pratique et empirique. Beaucoup de trans dans leur cheminement de vie passent par la case homosexualité, ce qui doit être une première tentative de réponse à leur quête d’épanouissement. Ce sont donc totalement nos frères et sœurs (nos adelphes ^^ ) de lutte et nous partageons un destin commun, et bien sûr ils représentent une frange de la communauté encore plus discriminée. Parce que nous avons une histoire commune, et qu’on a souvent été potes au début, bah on ne va pas se lâcher comme ça. Et je suis heureux de constater que cette intersectionnalité là fonctionne un peu. (Même si la transphobie est présente chez les gays et lesbiennes, j’en pense la prévalence plus faible que dans la population générale.)

J’ai eu moi-même beaucoup de préjugés, et mon propre cheminement. Je me rappelle m’être demandé par exemple pourquoi les trans allaient vers tant de difficultés et de douleurs dans la société, plutôt que de se contenter d’être pédés ou lesbiennes. Et puis j’ai fait le (facile) rapprochement avec certains hétéros qui m’avaient dit exactement la même chose sur le fait d’être pédé2 dans les années 90. Hu hu hu. Et puis il m’a suffi de constater d’un peu plus près l’épanouissement de quelques trans (dans mon cercle à moi uniquement des femmes trans), notamment d’anciens pédéblogueurs, pour avoir une véritable épiphanie à ce sujet. Je me suis retrouvé quelque part avant et après mon propre coming-out. Ces personnes sont simplement devenues elles-mêmes, pas autrement que ce qu’elles avaient toujours été au plus profond d’elles.

Pour les deux auxquelles je pense, je dois réfléchir assez intensément pour retrouver leurs morinoms. Les mégenrages3 qui sont forcément des erreurs communes au début de transition (appeler elle en il, ou utiliser le prénom de naissance), et qui le reste un peu plus longtemps chez les proches (pour la famille notamment), est un truc qui m’échappe tant je trouve que l’on oublie purement l’ancienne personne (et sans aucun effort vraiment).

Il faut savoir qu’il y a une immense4 polémique en ce moment dans la communauté des contributeurs Wikipédia. En effet, s’oppose la volonté de ne pas indiquer les morinoms ou dead-names des personnes trans ou même d’évoquer leur transition puisque ce n’est pas forcément pertinent ou même en accord avec le désir de la personne, et celle de loguer ces événements qui sont autant détails biographiques d’une personne.

Les réseaux sociaux ont cette qualité (parmi beaucoup de défauts) de faire émerger des tas de gens très bien qui militent et informent via des contenus écrits, audios ou vidéos sur la transidentité. Et surtout, c’est pour moi une vraie petite fenêtre sur des coreligionnaires queers que je n’aurais jamais été amené à rencontrer ou connaître (notamment par des générations qui nous séparent aujourd’hui au vu de mon statut de vieillard cacochyme approchant dangereusement la cinquantaine). J’ai été fasciné comme beaucoup de gens par la non-binarité, qu’elle s’exprime sur le domaine sexuel ou du genre, ou même lorsqu’on considère les différents spectres autistiques sur lesquels on se trouve en tant que neuroatypique par exemple. Donc c’est clairement une tendance de fond assez importante, mais qui ne nie pas non plus la binarité, elle étend juste le champ des possibles, et reconnaît les nuances, la fluidité, le changement ou parfois simplement l’indécision5.

J’avais évoqué Brieuc dans le blog qui était un de ces non-binaires qui a publié des dizaines de vidéos géniales à ce sujet, et globalement sur la transidentité. J’ai appris mille choses grâce à cette précieuse personne. Il se trouve qu’elle a (de nouveau) transitionné depuis, et elle a malheureusement supprimé tout ce contenu (pour mettre de côté justement le morinom, l’apparence et tout ce qui se rapporte à un passé qui devient difficile dès lors qu’on est passé à autre chose j’imagine). Comme je la cite en tant que Brieuc, je ne vais pas moi-même faire le lien avec sa transition actuelle. Mais elle fait partie de ces merveilleuses personnalités qui depuis la transition irradie de bonheur et de bien-être. Et ça me rend juste tellement heureux de la voir ainsi !! ^^

Comme pas mal de personnes trans d’ailleurs, il est très drôle de constater, et elle en plaisante elle-même beaucoup, qu’elle est aujourd’hui assez binaire et revendique un schéma très classique où elle est “très meuf” et dans des relations tout à fait “hétéronormée”. Et c’est ce que j’aime dans ce qui peut paraître comme des choses nouvelles et qui pourraient faire peur ou être prises pour des positions politicardes visant à faire changer tout le monde. Ce n’est pas du tout le cas, il ne s’agit que d’ouvrir le champ des possibles, tout en respectant les comportements d’avant, c’est juste qu’ils ne sont plus la norme ou l’obligation.

Il y a en revanche une chose qui a tout changé, et qui est à la fois géniale et qui m’agace au plus haut point : le passing. Evidemment que c’est majeur et important d’être reconnu, pour des personnes binaires, dans son genre. Et les innovations extraordinaire en médecine, tant pour les hommes que pour les femmes, ont grandement amélioré la vie des personnes trans et leur intégration à la société, puisque “ça ne se voit plus”. Et dès lors qu’on ouvre cette boîte (de Pandore), on se frotte forcément à ce putain de privilège de la Beauté6 (qui m’insupporte). Et alors, on en vient à faire des différences et des jugements de valeurs dégueulasses. Il y a alors les bons trans et les mauvais etc. De la même manière que l’acceptation grandissante des gays dans la société est valable et validée pour ceux qui sont beaux, musclés et doués en décoration.

Mais d’un autre côté, ces ambassadeurs et ambassadrices ont un pouvoir extraordinaire et font bouger les lignes. Donc ça m’interpelle et me trouble… Et j’en suis moi-même une énorme victime influençable, alors que je m’émerveille de transitions qui aboutissent à des personnes belles en dedans comme en dehors (j’avoue que le passing a cet effet).

J’avais bien aimé en cela les deux séries TV avec un thème trans très poussé qu’étaient “Pose” et “Transparent”. Et étonnamment, là où la première se passe dans les années 80 et 90 à l’époque NYC, VIH et Ballroom, on avait des comédiennes trans qui étaient “trop” belles par rapport à une représentation historique qui se voudrait fidèle. Mais après tout, quel intérêt ? Et leurs physiques sublimes ont parfaitement servi l’intrigue… Pour la seconde, avec “Transparent”, c’est le contraire puisque la série est contemporaine mais montre justement des trans “qui se voient” avec un côté plus naturaliste certes (surtout avec des trans plutôt âgées), mais qui fait justement l’impasse sur les personnes au passing plus abouti. Et encore une fois, ce qui est plutôt cool au final, c’est l’ensemble de ces représentations, et la diversité qui est présentée. Ce qui est cool aussi c’est enfin d’avoir ces représentations dans des séries, et qui arrivent à transcender ce sujet même de la transidentité.

Sur un sujet connexe, je me suis fait la même réflexion sur la mini-série gay du moment “Fellow travellers” où on a deux mecs homos qui vivent une histoire singulière entre les années 50 et 80. Les deux mecs sont Matt Bomer et Jonathan Bailey, et ils ne sont absolument pas crédibles en mecs pédés dans le placard des années 50, dans le sens où à cette époque les mecs n’avaient absolument pas des corps aussi secs, dessinés et musclés avec des abdos taillés à la serpe. Or, la série est aussi là pour montrer des magnifiques pédés aux corps parfaits comme on les célèbre aujourd’hui. Je trouve ça naze, et un manque criant de fidélité à une reconstitution historique. ^^

Bref, j’arrête avec ce privilège de la Beauté, mais il faudra que j’en fasse une tartine un de ces quatre.

Je voudrais à présent vous conseiller quelques comptes de référence qui vraiment sont des trésors actuels à propos de transidentité. Il y a d’abord Lexie7 qui est une fabuleuse pédagogue et passeuse de messages, mais qui est aussi truculente, bretteuse et en colère, et qui est aussi capable de nous chier à la gueule au passage. Je suis très très admiratif et fan, et je trouve qu’elle ne fait que s’améliorer avec le temps. Je vois aussi tout ce qu’elle subit sur les réseaux (comme pas mal de militants que je suis), et je n’en suis que plus adoratif de son travail et son opiniâtreté.

Après pas mal d’années d’invisibilisation, les hommes trans sont maintenant beaucoup plus sur le devant de la scène, et ça a changé pas mal de choses en positif (évidemment). J’ai été épaté aussi de constater que beaucoup de garçons trans sont gays, ce qui n’est que le résultat de ma facette de boomer. ^^ (Bah oui, je me dis t’es lesbienne, après tu deviens un mec, forcément t’es hétéro non ? Bah non. ^^ )

Et cette résurgence a aussi provoqué un autre truc drôle et troublant pour moi. C’est que l’on trouve donc à la fois femmes trans et des hommes trans dans le porno actuel. Eh bien je suis plutôt très sensible à des hommes trans pédés (sans organes génitaux masculins, je le précise car c’est dans ce cas et contexte précis important), et pas du tout à des femmes trans qui peuvent même avoir une bite (élément assez essentiel pourtant de ma sexualité). Cela m’a vraiment conforté dans mon identité d’indécrottable pédé, et pas tant que cela accroc à la bite. Bon passons !

En miroir de Lexie, et absolument indispensable, il faut suivre Morgan Noam. Il est passionnant et tout aussi pertinent et convaincant que sa collègue (ils font aussi des vidéos ensemble). C’est tellement génial de suivre ces personnes intelligentes et fines, et qui sincèrement me donnent un peu d’espoir en l’avenir de nos sociétés (ouai je suis déjà mort ^^ ).

Avec Lou Trotignon c’est moins sérieux, c’est même très drôle, mais en même temps les messages passent aussi, c’est juste que le médium est aussi singulier que génial. Ce mec trans non-binaire (c’est déjà un programme) est adorable, à mourir de rire et un comédien de stand-up qui présente des sketchs très drôles et absolument irrésistible sur la transidentité. Tout en finesse et en dérision, il arrive à bien faire passer ses messages, et je trouve que l’humour est un vecteur complémentaire parfait à un militantisme pur jus.

Enfin mon chouchou c’est clairement Léon Chappuis (ou Léon Salin) qui est déjà une publicité vivante pour la transition (il est vraiment canon ce con !!!8). Hu hu hu. Mais surtout il est absolument bisounours et adorable, et il a une tactique très nature et candide. C’est peut-être son côté suisse (romand) qui fait cela, mais lui son terrain c’est l’évidence des parcours trans, les témoignages positifs et vraiment la candeur des échanges. Cela donne des vidéos touchantes à mort qui m’ont fait chialé (ça fait du bien), et des échanges prosaïques qui sont des questions qu’on se pose. Le mec raconte par exemple dans une vidéo avec d’autres mecs trans qu’il lui est arrivé de draguer une meuf qu’il a un bon passing et que c’est cool mais qu’il faut bien qu’il explique à un moment “qu’il n’a pas de bite !!!” et ça le fait chier. Mais en même temps, la confrontations des témoignages est très intéressante, troublante parfois, toujours bienveillante, et démine justement tous les préjugés ou les sujets scabreux et délicats.

On y comprend aussi pourquoi de toute évidence certaines personnes trans préfèrent sortir avec des trans, ou l’impact de l’exotisation de leur transidentité pour certains ou certaines. J’ai adoré aussi les passages figurant Léon et sa petite amie, qui est elle bisexuelle convaincue et militante. On en finit par se dire que c’est peut-être cette bisexualité qui permet d’obtenir un tel équilibre harmonieux avec un mec trans ? Pourtant il est clairement pour moi un mec comme un autre, même selon moi beaucoup trop hétéronormé à mon goût (mouahahahaha). ^^

Bref, c’est super intéressant et je n’ai pas fini de découvrir des trucs, ce qui est toujours agréable et stimulant.

Mais là, où j’ai versé ma petite larme c’est que Léon a interviewé des parents de mecs trans. C’est très drôle car la vidéo des mamans et celle des papas sont différentes les unes des autres, et donc très binaires au final (hu hu), mais elles ont pour point commun de toucher droit au cœur, de revenir à des valeurs belles et simples d’amour (surtout), de respect, d’écoute et d’une ouverture qui finit par aussi donner en retour beaucoup de richesses à ces parents d’exception. Encore une fois, on y trouve une belle candeur, une profonde humanité, beaucoup d’humour et de décomplexion, et cela fait un bien fou.

C’est aussi un autre bon moyen de faire passer des messages, en revenant à des considérations assez essentielles et basiques. Et encore une fois très complémentaires des approches théoriques ou militantes, qui peuvent aussi un peu trop nous courir sur le haricot.

J’en ai fait une sacrée tartine de cet article, mais j’y tenais car ça compte pour moi.

  1. Je déteste cette terminologie, mais c’est toujours celle qui paraît couramment usitée. ↩︎
  2. Ils me conseillaient sérieusement de ne pas me prendre la tête, de simplement me conformer en mettant avec une femme pour faire plaisir à la société tout en évitant les risques, et de vivre une gentille vie sexuelle hypocrite et débridée en parallèle. ↩︎
  3. Le fait de ne pas utiliser les bons pronoms pour interpeller une personne. ↩︎
  4. Tout est relatif évidemment, c’est à l’aune d’une polémique sur les Internets par les gens des Internets. ↩︎
  5. Il est parfois bon de rappeler que l’indécision est aussi une excellente option devant ce maelström de choix. ↩︎
  6. Personne n’en parle de celui-ci alors qu’il est un des plus injuste et universel de notre monde : la beauté ouvre bien des portes, et c’est un privilège qui en intersection avec des ségrégations donnent des équations bien curieuses et alchimiques. ↩︎
  7. Je l’ai connu incidemment à la téloche alors qu’elle participait à un débat sur France Info, et elle m’avait marqué par sa sagacité et sa rhétorique efficace. ↩︎
  8. Oui je sais c’est un privilège et tout, mais laissez-moi faire ma midinette merde !!! ↩︎

Les publications voisines

Post navigation

  • En tant que déjà vieille dame cis hétérote qui date d’un temps où quoi qu’il t’advenait il fallait faire avec (et je trouve que c’est mieux maintenant) j’ai trouvé ton billet rudement intéressant, et je suis tellement d’accord sur le coup de la dictature de la beauté.
    Mais j’avoue que lors de ce paragraphe technique “C’est que l’on trouve donc à la fois femmes trans et des hommes trans dans le porno actuel. Eh bien je suis plutôt très sensible à des hommes trans pédés (sans organes génitaux masculins, je le précise car c’est dans ce cas et contexte précis important), et pas du tout à des femmes trans qui peuvent même avoir une bite” tu m’as perdue, je n’ai plus rien pigé. Bah tant que les personnes
    sont adultes contentes et consentantes, peu importe, on dira.
    Merci de me donner la chance de réfléchir et d’être moins dans mon petit monde hétéro-mémère.

    • Je te comprends, il m’a fallu aussi suivre les personnes que je cite pendant pas mal de temps pour réaliser que les hommes et femmes trans peuvent transitionner en apparence de genre mais pas forcément en réassignation sexuelle. Donc en gros, un homme trans peut converser ses organes génitaux féminins (et même tomber “enceint” en somme), et une femme trans peut conserver son machin si elle le souhaite. Rien n’est obligatoire ni attendu, même si sans doute pas mal d’entre eux voudront aller au bout des procédures visant à transitionner vers cela.

      J’ai été surpris car je pensais être plus basique et donner une grande importance à un pénis, et être repoussé par un vagin. Mais non, au final c’est plus l’apparence masculine qui m’intéresse, et celle féminine un peu moins. :huhuchat:

      • Avec ta propre traduction, je comprends mieux. Je suis tellement d’une génération où il fallait “faire avec” du moins pour les gens peu fortunés et pourvus de métiers où l’apparence comptait relativement peu (ouvriers, employés), que les subtilités m’échappent, même si je comprends bien le fond de la question, qui est de se sentir assigné·e·s à un sexe qui n’est pas le sien. Et j’imagine la souffrance que ça doit être, sans parler que la société tend à sexualiser des tas de choses pour lesquelles ça ne devrait pas entrer en ligne de compte (dans le travail notamment).

        • Oui, et c’est en cela aussi que ces luttes me touchent et que je les trouve utiles pour tout le monde. C’est une opportunité aussi pour tout un chacun de remarquer nos propres carcans et de s’en libérer (ou pas, mais avec conscience et consentement). :amitie:

  • Mais tu vois, tant que tu écris des billets avec bite dedans, t’es pas chiant !!!!

    Beaucoup de questions en commun sur le parcours qu’on fait, nous, pour s’éduquer, comprendre (ou pas mais : considérer que c’est, un point c’est tout), moins de porno, en ce qui me concerne.

    Mais je me sens moins seule de t’avoir lu.

  • Je me disais aussi que la bite c’est assez universel pour que ça parle à tout le monde. Hu hu hu. J’estime que je dois ça à tous ces proches qui passent par un parcours de transition, et finalement ça te fait t’intéresser à plein de monde, et ça sensibilise même ceux qui n’y avaient jamais pensé, et aussi ceux qui y penseront après ça. :clindoeil:

  • Je l’ai peut-être déjà écrit mais qu’est-ce que tu m’auras fait progresser la comprenette avec tes billets hyper pédagogiques et non dénués d’un humour bien placé !
    Maintenant je conceptualise bien mieux tout ça et j’avoue que quelques visionnaires de pornos m’ont aidé en complément car à un moment donné il faut bien appeler chat un chat et bite…
    Et moi aussi, je me suis rendu compte – et ça fait un petit moment que je voulais en parler mais je n’osais pas trop – que ce qui m’attire chez un mec c’est bien son apparence de mec, et je crois bien que je pourrais me passer de bite. Peut-être, sans doute, parce que je suis plus bi que gay… et donc j’ai très envie de rencontrer un mec trans. :chatlove: Et par contre, je ne suis pas du tout attiré par les femmes trans avec bites et seins, sans doute par traumatisme infantile. :horreur: :amitie:

    • Oh merci, c’est gentil et ça me touche.
      Léon évoque dans des vidéos sa relation actuelle, tout à fait hétérosexuelle, avec une femme bi. Et ils ne l’évoquent pas dans la vidéo, mais je pense que si ça marche si bien c’est peut-être aussi parce qu’elle est bi. Elle s’embarrasse peut-être moins de la présence ou l’absence de tel ou tel attribut. Les bis ont peut-être tout compris. :huhu:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: