MatooBlog

Pectus est quod disertos facit. ∼ Pédéblogueur depuis 2003 (178 av LLM).

Mégapolypolis

On apprend tous en primaire qu’il y a en gros 36 000 communes en France, et ce n’est pas un chiffre qui m’a jamais paru surprenant. J’imagine que c’est l’habitude de réaliser que ces villes représentent des entités cohérentes plus ou moins urbaines et/ou rurales, avec au centre, pour la plupart, une mairie, une école, une boulangerie, un café, une épicerie et une église. Et les hameaux sont souvent d’anciennes communes officielles ou des paroisses d’antan qui sont des “communes de xxx” histoire de rassembler les territoires un peu trop atomisés.

Mais en me perdant dans un vortex wikipédien, je suis tombé sur ce tableau, et j’en suis resté bouché bée :

Tableau tiré de la page Wikipédia Commune Nouvelle

Nan mais c’est pas dingo ça ? La France représente un tiers des communes1 européennes, tout simplement. Hu hu hu. Et bien sûr, le plus pertinent et éloquent c’est la comparaison à des pays proches et de taille ou démographie similaire. Typiquement l’ancienne Allemagne de l’Ouest qui est citée est passée de 14 000 communes en 1950 à 8 500 aujourd’hui, avec une population équivalente à la notre. Donc on a bien un nombre de villes complètement disproportionné par rapport à nos camarades.

J’ai vraiment été ébahi par Le Royaume-Uni que je connais pourtant bien, et où il me semblait, intuitivement, voir un découpage assez similaire. Mais je dois me tromper, et en réalité ils ont dû vraiment concentrer leurs communes, et rassembler toutes les petites bourgades en plus grands territoires administratifs.

Bon d’ailleurs si on regarde du côté des agglomérations ou communautés de communes en France, on tombe sur :

  • 912 métropoles,
  • 1255 EPCI (intercommunalités)
  • 229 communautés d’agglomération
  • 14 communautés urbaines
(Source avec des affreux pdf en comic sans MS, chuis choquer2)

Donc en allant un peu vite, on pourrait imaginer réduire tout ça à 1500 villes, et en récupérant tout ce qui a été omis (et n’est dans aucune communauté de communes), on pourrait tout de même réduire drastiquement le nombre de villes en France.

Bon après, c’est encore une singularité française, à part que ça donne peut-être un peu moins de possibilité de mutualisation de moyens, et au moins ça file plein de gentilés chelou à retenir. Hu hu hu.

  1. Alors après c’est vrai qu’on n’a pas tous forcément le même type de subdivision administrative et la même imbrication de découpe de territoires. ↩︎
  2. Cela vient d’un célèbre mème, ce n’est pas ma faute. ^^ ↩︎

Les publications voisines

Post navigation

  • Je savais qu’il y a beaucoup moins de communes en Allemagne. Si on tente d’en réduire le nombre, chez nous, les administrés vont avoir l’impression d’être privés de services de proximité. Il faudrait comparer avec une carte de densité de la population, peut-être. Ce qu’on voit bien sur la carte en noir et blanc, c’est qu’il y a des communes de Beauce qui recouvrent, en superficie, le territoire de Paris, alors qu’en Bretagne, les communes couvrent des surfaces toutes petites, sans avoir plus d’habitants que la Beauce…

    • J’imagine que le nombre de points de disponibilité de service et le nombre de communes est disjoint, tu peux sans doute avoir n annexes dans une très grande commune. Mais oui quand on envoie le message de diminution, c’est forcément ce message induit qui est communiqué ! :merde:

  • Tu ne réduiras jamais le nombre de villes ou de bourgades, mais seulement le nombre d’unité d’administration. Je sais que je joue un peu sur les mots mais pas tant que ça…
    A la Révolution française, a priori curieusement on a dit une paroisse égale une commune alors que les unités d’administration étaient à l’époque très différentes selon les territoires, par exemple en montagne l’unité administration était plutôt la vallée, c’est à dire un ensemble de paroisses. Or nos révolutionnaires voulaient une clé d’entrée unique et uniforme, quitte à bordéliser l’organisation, mais on recréait un monde (un ordre !) nouveau… sous la IIIe on a renforcé la commune et amplifié le sentiment d’appartenance à cet échelon. D’où une grande difficulté à faire évoluer tout ça…
    Je simplifie à peine…

    • Tout à fait d’accord, le nombre de paroisses correspond sans doute à la vraie maille locale, et c’est vachement difficile à concilier avec une présence de services administratifs de manière systématique, ou une gestion budgétaire avec une certaine masse critique. :doigt: :sourire:

  • Et encore, quand tu te dis qu’à une autre époque… Quand tu vois qu’une commune comme Penmarc’h est en fait le regroupement de 4 ou 5 villages (Penmarc’h, St Guénolé, Kérity, St Pierre…) :gene:

    • Oui le nombre de paroisses en France donne sans doute une bonne idée du véritable maillage de villes, et comme il y a 42 258 églises (ou chapelle) dans le pays, ça donne une idée. :horreur:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: