MatooBlog

Pectus est quod disertos facit. ∼ Pédéblogueur depuis 2003 (178 av LLM).

MEXICA (Des dons et des dieux au Templo Mayor) au musée du Quai Branly

Cette exposition est déjà une bonne occasion pour comprendre pourquoi on ne nomme plus “Aztèque” mais (donc) “Mexica” le peuple qui avait fondé, sous ce qui est maintenant Mexico, la ville incroyable de Tenochtitlan. Cette dernière a complètement été détruite par les espagnols après 1521, et même si on avait connaissance du Templo Mayor dans des écrits, c’est surtout à partir de 1978 que des fouilles d’une grande ampleur ont exploré les sous-sols de Mexico, et ont permis de découvrir énormément de vestiges et pièces archéologiques mexicas.

Ce Templo Mayor était la pierre angulaire du centre religieux majeur de tout l’Empire, et cette exposition est consacrée à toute l’activité spirituelle et cultuelle des Mexica. C’est une incroyable réussite et vraiment à ne pas rater, car tout est passionnant et remarquablement présenté.

Déjà, j’ai bien aimé l’idée, et ça permet aussi de fluidifier la foule des premières salles1, d’avoir un film introductif qui explique un peu qui sont les Mexica (et donc ce sont les Aztèques ^^ ) où se trouve ce fameux Templo Mayor. Et comme je n’ai pas beaucoup de culture, ça m’a aussi appris que Tenochtitlan était carrément une ville à cheval sur un ensemble d’îles sur un immense lac (le lac Texcoco qui a presque été complètement asséché2).

L’exposition se présente de manière très didactique, et avec énormément de pièces pour illustrer ses propos. Et vraiment on en prend plein la vue avec des pièces très impressionnantes, autant par la taille, la valeur artistique ou par l’impression dégagée. Tout le début permet de comprendre ce qu’était cette ville au global et son importance (70 000 habitants) dans un Empire qui contrôlait une région immense3. Mais surtout on plonge rapidement dans le vif du sujet, et ce temple immense et singulièrement bicéphale avec ses deux déités tutélaires en un curieux Yin et Yang. On a l’une des têtes consacrées à Huitzilopochtli, divinité liée à la création mythique de la ville, associée au soleil, au feu et au jour, et l’autre tête à Tlaloc, dieu de la pluie, associé plutôt à l’ombre, à la couleur bleue, à la lune et à l’eau évidemment.

On va retrouver ces associations avec des tas de divinités plus spécialisées dans toute l’expo, et des tas d’explications sur la cosmogonie des mexicas très très intéressante (notamment la légendes des cinq soleils un peu de ouf !!). Les salles sont vastes et avec des petits stands où mieux voir les pièces avec un cheminement logique assez évident, mais la possibilité de faire aussi les choses à rebours, ou de se concentrer sur tel ou tel sous-espace. J’ai adoré le fait que les murs soient aux couleurs majeures des dieux, donc jaune pour Huitzilopochtli et bleu pour Tlaloc, ou rouge pour évoquer les sacrifices et le lien très fort avec le sang qui coule.

Sont exposées des pièces remarquables en tant que telles, soit des éléments de décor ou des statues sacrées, mais aussi énormément d’offrandes votives qui ont fait partie de sacrifices ou de célébrations cultuelles spécifiques. Il y a notamment cette sorte d’écorché hyper impressionnant et de très grande taille.

On y voit aussi des tas de bas-reliefs qui expliquent certains rites, des statues de dieux et déesses, et des étranges bestiaires de créatures mi-hommes mi-animaux dont un surprenant homme-puce !!

Les éléments relatifs aux sacrifices humains sont assez difficiles pour moi. J’ai du mal à traduire mon inconfort, car ce sont bien des pièces de musées, mais ces trucs qui ont vu couler de sang de milliers de gens, ou les ossements de vrais gens, et notamment d’enfants (qu’on faisait pleurer pour prier le dieu de la Pluie, avant de les égorger lentement), bah ça me met un peu mal à l’aise. Je me retrouve à m’imaginer un peu trop bien ces scènes, même si j’ai conscience qu’il s’agit de mon intellect un peu trop sensible. ^^

J’ai trouvé aussi sublime que fascinant et flippant ce récipient en pierre qui recueillait le sang des victimes, et permettait de le faire couler pour des usages religieux.

Il y a aussi ce fascinant objet représentant Tlaloc avec son bleu représentatif, et qui est sur l’affiche de l’exposition.

Et enfin, les crânes plus ou moins apprêtés et décorés, avec l’un deux qui a conservé une lame en silex ou obsidienne planté en plein milieu.

Et évidemment, je vous garde pour la fin un masque bien flippant très “masque de jade” des Mystérieuses Cités d’Or.

Et ce disque énigmatique en tesselles de jadéite qui m’a énormément tapé dans l’œil.

Pour une fois, je fais une expo qui vient de commencer, mais je suis certain que ça va marcher du feu de dieu !! En tout cas, j’ai adoré. ^^

  1. Tout le monde s’agglutine et lit tout les cartels de la première salle comme de bons élèves, et ça va mieux ensuite pour carrément visiter au pas de course les dernières salles. Hu hu hu. ↩︎
  2. Mais on trouve justement les axolotl (désolé ça tombe un peu comme ça, mais j’aime beaucoup ces bestioles, il faudrait que j’en passe un post ^^ ) dans un de ces lacs résiduels. ↩︎
  3. Evidemment, grâce à Zia et ses quipus ! ↩︎

Les publications voisines

Post navigation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:sourire: 
:clindoeil: 
:huhu: 
:bisou: 
:amitie: 
:mainbouche: 
:rire: 
:gene: 
:triste: 
:vomir: 
:huhuchat: 
:horreur: 
:chatlove: 
:coeur: 
:doigt: 
:merde: 
:ok: 
:narval: 
:mitochondrie: 
:croa: