Nina Simone (Gilles Leroy)

Nina Simone (Gilles Leroy)

C’est drôle car j’ai terminé le roman un peu déçu par ce que je venais de lire, mais rapidement il m’est apparu comme très précieux, et sa complémentarité avec Alabama song et Zola Jackson lui donne encore plus d’aura. Il y a une véritable résonance entre ces trois romans, et même si on n’y trouve aucun fil rouge ou trame narrative commune, à part...

Lire la suite

Dormir avec ceux qu'on aime (Gilles Leroy)

Dormir avec ceux qu’on aime (Gilles Leroy)

Qu’il est beau ce titre, et qu’il rime si bien avec le bouquin. On dirait qu’il s’agit vraiment d’une contraction à l’extrême de ce roman, et en somme il en résume parfaitement bien le contenu. Donc, le nouveau Gilles Leroy, il est comment !!? Bah il est vraiment bien !! C’est un roman mais bien assumé comme une parenthèse autobiographique dans...

Lire la suite

Zola Jackson (Gilles Leroy)

Cela n’a pas dû être facile pour Gilles Leroy de se remettre au boulot après un prix Goncourt. C’était marrant parce que je le suivais déjà depuis quelques années (depuis Grandir en 2005), mais depuis Zelda (le titre est Alabama Song mais il est cocasse de constater que tous ses lecteurs l’appellent aujourd’hui « Zelda », et que c’était le titre...

Lire la suite

Alabama Song

Voilà un roman de Gilles Leroy que vous ne pourrez découvrir que fin août, mais que moi, grand privilégié, je viens de terminer. Je raconte souvent que les romans de cet auteur ont une veine américaine peu commune, dans le style, les intrigues ou même certains dialogues, et là c’est encore plus le cas. Il faut dire qu’il s’agit aussi d’un roman au thème tout...

Lire la suite

Soleil noir

Je continue ma découverte de l’oeuvre de Gilles Leroy, qui ne cesse de me fasciner par son écriture incroyable, ses thématiques et des bouquins qui ne me laissent vraiment pas insensibles. « Soleil noir » est résolument un de ceux-là, un livre au style « américain » que j’aime tant chez cet écrivain, avec malgré tout des accents de « Regain » (le bouquin de Giono) qui...

Lire la suite

Machines à sous

Je lis un peu dans n’importe quel sens les bouquins de Gilles Leroy, tout en ayant commencé par hasard (Grandir), puis par les derniers (Champsecret), et enfin en reprenant peu à peu le fil du temps (Maman est morte, Les maîtres du monde). Et voilà « Machines à sous » qui complète encore quelques lacunes sur cet auteur, dont je révère à présent officiellement la plume. Mais ce...

Lire la suite

Les Maîtres du monde

Je continue ma découverte de l’univers littéraire de Gilles Leroy, et c’est drôle car petit à petit, j’ai aussi l’impression de mieux cerner l’écrivain, derrière le roman. Et ce bouquin là m’a stupéfait, j’ai été complètement conquis. J’avais aimé « Grandir » pour ce mélange génial entre un ton qui, pour moi, prenait le meilleur de...

Lire la suite

Maman est morte

C’est le troisième livre que je lis de Gilles Leroy, et je commence à être bien familier de son style, et de ses gimmicks. Ce livre a été très difficile à lire pour moi parce que l’auteur évoque, comme le titre l’indique, la mort de sa maman. Il raconte la maladie, la mort et le deuil, avec cette plume qui me touche tant, et une troublante acuité qui pénètre...

Lire la suite

Invisibles

Frédéric Boudet signe là un premier ouvrage, et il s’agit d’un recueil de douze nouvelles que j’ai pris un plaisir fou à découvrir. « L’Olivier » est une maison d’édition qui réserve souvent de bonnes surprises, et notamment dans la mouvance d’une littérature américaine ou anglaise que j’aime tant. Et là j’ai eu le bonheur de lire un...

Lire la suite

Champsecret

J’avais découvert Gilles Leroy au hasard d’une table couverte de bouquins, et j’avais été conquis par « Grandir ». J’avais été particulièrement stupéfait de trouver chez cet auteur la parfaite symbiose (à mon avis) entre ce que j’aimais dans la littérature américaine (le sens de la narration, l’épaisseur psychologique des personnages, les nombreux...

Lire la suite