« Les Enfants Terribles » de Philip Glass au Théâtre de l’Athénée

Philip Glass… J’ai déjà dit et redit toute la fascination et la passion que je nourris pour ce compositeur. J’aime autant chez lui ses premières compositions hyper-minimalistes à la Steve Reich, que les opéras ou les musiques de film. Pourtant ce sont bien souvent des motifs répétitifs et hypnotiques qui en saoulent plus d’un, mais qui moi me ravissent au plus haut...

Lire la suite

L’American Ballet Theatre Au Théâtre du Châtelet

Tout a commencé comme une de ces hasards du blog que j’adore. Il y a quelques temps j’ai remontré un extrait d’un ballet contemporain sur une musique de Philip Glass, ce dernier étant un compositeur que j’admire et dont j’ai beaucoup parlé ici. Je ne savais pas exactement qui avait chorégraphié ce ballet, ni s’il en existait des enregistrements vidéos...

Lire la suite

In the upper room

Ce week-end… encore passé en un clin d’oeil. Vendredi ciné et rencontre avec K. Samedi, glandage, et puis apéro chez Sébastien. Soirée en boite, au Club 18, avec Sébastien, Gonzague, Charles, Hervé, Olivier, Antoine et Jeff. Le club 18 ! Je n’y avais pas mis les pieds depuis cinq ans ! La musique est totalement improbable, et vraiment idéale pour s’éclater entre...

Lire la suite

Perdu dans le Palais des Glass

Troubles et déséquilibres, mystères et agitations, émois et insondables arcanes. Dans ma tête résonne ce morceau de Philip Glass qui résume tellement bien ce qui se passe en moi, que ça se passe de plus de commentaires. Philip Glass – Facades 0

Lire la suite

Ode au Violoncelle

Voilà un morceau que je voulais partager, un truc qui m’a outrageusement marqué la première fois que je l’ai entendu sur cet album du Kronos Quartet qui interprète des morceaux de Philip Glass (encore lui !). Il s’agit de la fin du String Quartet N°5 (1991). Le violoncelle est décidément mon instrument favori, et il est merveilleusement mis en valeur dans un quatuor...

Lire la suite

Philip Glass

Je suis en train de regarder une émission sur ARTE, une émission sur Philip Glass. J’ai découvert ce mec en 1995, c’est Olivier qui cherchait un peu à me faire sortir de mes idées figées et de mes goûts conformistes. Il m’a sensibilisé à la musique électro, m’a déniaisé en Rave et en boite homo, m’a montré les sources de jouissance infinies de la folie...

Lire la suite