Jackpot

Comme l’avait dit Fliptom, et qui m’avait convaincu de lire ce bouquin de Carl Hiaasen, voilà le parfait roman américain made in 10/18 (nous sommes tous les deux assez fan du « Domaine étranger »). J’y ai aussi un peu retrouvé de l’ambiance particulière du sud des Etats-Unis (Floride là), ainsi que de celle qui émane de la « Conjuration des imbéciles » et la Nouvelle-Orléans. Donc un foisonnement de personnages, d’intrigues et des situations extrêmement burlesques et totalement iconoclastes. En plus de cela, le tout est teinté d’une sévère moquerie des bondieuseries en tout genre, ce qui ne peut que me faire jubiler.

Tout se passe dans une curieuse ville de Floride, Grange, qui a construit sa renommée sur ses miracles : sa Vierge qui pleure, sa tâche sur l’asphalte en forme de Jésus et les stigmates purulents d’un voisin. Et surtout, évidemment, une industrie florissante qui est fondée sur du merchandising digne de Lourdes. Evidemment tout est en toc, mais cela n’empêche par les pèlerins de s’extasier sur ces manifestations divines. Dans cette ville, un jour JoLayne, une nana black qui bosse chez un vétérinaire et a une passion pour les animaux, gagne au loto. 14 millions qu’elle compte investir pour acheter in extremis un terrain qui va être vendu pour qu’un centre commercial y voit le jour, et sauver ainsi de pauvres et innocentes tortues.

Mais Bode et Chub, deux racistes nazillons, imbéciles et violents, gagnent aussi au loto. Voulant récupérer l’intégralité de la somme pour créer une milice paramilitaire, ils décident de trouver JoLayne et de lui soutirer son billet gagnant. Dans le même moment, un journaliste de faits-divers, Tom Krome, vient à Grange pour interviewer la gagnante.

550 bonnes pages de courses-poursuites, bastons, malversations en tout genre, saynètes drolatiques (pris au second degré évidemment) avec les deux teubés de l’Amérique profonde, etc. Et puis aussi, puisque c’est un bon roman, une belle histoire d’amour, des personnages secondaires hauts en couleur, un décor de fond entre bayous et arnaques à l’idole christique de plus en plus déjantées (on finit avec des tortues avec les visages des apôtres peints…). Outre cela l’ensemble se tient bien, est joliment écrit et fort distrayant. En fait, on a là un scénario de film tout prêt, cela ne m’étonnerait pas que le projet soit déjà dans les tiroirs hollywoodiens.

Jackpot - Carl Hiaasen

2 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages