X

Bon vous allez me dire que je débarque, mais je viens de terminer l’intégrale de l’anime « X » de Clamp. J’ai été complètement scotché par les 25 épisodes tiré d’un manga très célèbre (apparemment, car j’y connais rien !).

Vraiment je suis bluffé autant par le fond que par la forme. L’animation est superbe, les dessins sont magnifiques et le souffle artistique époustouflant justement ! Evidemment il faut apprécier les corps allongés des personnages, et les variations assez mince des physiques et visages des personnages (il faut vraiment leur ajouter des attributs pour les différencier), ainsi que les yeux de Poulbot surexpressifs des héros. Mais il s’agit là d’une réalisation d’une beauté indéniable, tant dans la qualité des dessins, les décors ou bien les mouvements de caméra. J’ai beaucoup aimé la musique aussi, dont le thème est rapidement entêtant, et comme pour d’autres animes, on aime à retrouver des morceaux redondants selon la nature de l’émotion ou de l’action.

Et cette histoire, quelle histoire ! Encore un des trucs que seuls les japonais peuvent pondre. Ils sont les seuls à pouvoir inventer des intrigues fantastiques et ésotériques de la sorte, et toujours avec une dimension romanesque et romantique qui captive le spectateur. Voilà une histoire qui n’est ni pour adulte ou pour enfant, ni pour filles ou garçons, ni simpliste ou neuneu. Et surtout, une histoire qui parle du bien et du mal comme tout bon dessin animé des familles, mais sans être manichéen. Ca c’est vraiment la force de cette série.

1999, ta Terre est sur le point de connaître un tournant extraordinaire. En effet, un jeune garçon de retour à Tokyo, Kamui, détient le destin de la planète. Une liseuse de rêve, Hinoto, voit le futur et comprend que Kamui devra choisir entre deux alternatives. Soit il deviendra un Dragon du Ciel, ou un des 7 Sceaux, et il protègera les humains, en espérant qu’ils arrêteront de saccager l’environnement. Soit il deviendra un Dragon de la Terre, un des 7 Anges, et alors il supprimera les humains pour sauver la planète à l’agonie. Mais ce n’est pas si simple, car Kamui a un « double », et celui-ci endossera le rôle dont Kamui ne veut pas…

Quand je parlais du manichéisme, c’est justement dans le choix de Kamui, et de ce destin de la Terre. Cela aurait été facile de dire qu’il y avait les bons d’un côté et les gentils de l’autre, le bon côté de la Force opposée au côté Obscur. Mais là, pas du tout, on comprend rapidement que le choix est plus que cornélien, et jusqu’au bout on ne peut décemment pas savoir quelle est la meilleur solution. C’est la confiance en l’humanité et en sa capacité à réformer ses attitudes néfastes envers sa planète qui motive les Sceaux. Mais les Anges ne sont pas tant des méchants qu’ils pensent repartir à zéro, et ainsi laisser la possibilité à la Nature de reprendre les rênes et peut-être à l’émergence d’une civilisation plus sage. Cet axiome pose ainsi toute la problématique de la série, dont le dénouement sera évidemment l’attendue apothéose (même si j’ai été un peu déçu par la fin…).

La série s’articule autour de Kamui et son double, qui est un ami d’enfance, Fûma. Kamui est entouré des 7 Dragon du Ciel, et Fûma des 7 Dragon de la Terre. Ces deux groupes sont composés d’individus aux pouvoirs singuliers et surnaturels, qui maîtrisent le combat, certains éléments et sont liés à des dogmes religieux. Beaucoup de combats donc dans cet anime, mais aussi une étude complexe et palpitante des psychologies des personnages, et de leur maturation en tant que « Dragon ». Et encore une fois, point de manichéisme, les méchants ne sont pas si méchants, et les gentils ne sont pas parfaits. Jusqu’à la fin, il est très difficile de prendre parti, et les rencontres ou intrigues n’en sont que plus intéressantes.

(Mon petit préféré à moi c’est Sorata. Drôle, impétueux et fidèle, j’ai beaucoup aimé ce personnage secondaire, qui évolue pas mal pendant la série.)

X Clamp

16 Commentaires

  1. Comment ??? Matoo ne connaissait pas les mangas ????
    (je te lis depuis une bonne année, pour expliquer la soudaineté de mon intervention..)

    Alors, pour les néophytes et autres incultes en la matière, dès qu’on commence à s’intéresser un peu aux mangas, on repère UN truc (en particulier dans les mangas « pour filles », ou shojo, dont fait parti X) : l’omniprésente plus ou moins explicite d’homosexualité masculine. Dans le cas de X, et de tous les mangas de Clamp (l’équipe qui a réalisé le manga, pour ceux qui débarquent), on appelle ça « shonen ai », soit « amour entre garçon », se contentant le plus souvent d’allusion à une affection particulièred’un personnage masculin pour un autre. On peut trouver ce genre de situation dans beaucoup d’histoires se déroulant dans les écoles, avec les beaux garçons en uniformes qui découvrent ensemble (et avec leurs professeurs) les joies de l’épanouissement hormonal propre à l’adolescence…
    Et puis ensuite vient le genre dénommé « yaoi », encore peu présent en France (mais on fait de l’activisme, nous aussi !), regroupant des histoires souvent plus adultes, où l’homosexualité (toujours masculine donc) est au centre de l’histoire, avec parfois une absence complête de personnages féminins… Quand à savoir pourquoi c’est destiné à un public de femmes, on rejoint ce que tu as dit à propos du porno gay et de l’image de la femme… Amour entre homme = sexe sans rabaissement de l’image féminine. Et voilà comment les lycéennes s’initient à la sexualité :langue:

    C’est un court résumé, si le sujet intéresse je filerai des liens un autre jour ^^
    Bises, bonne continuation (et bonne trentaine :rigole:)

  2. Haaan, comme ça fait plaisir, Matoo qui parle manga :love: Viens là que j’te bise, toi :langue: (non non, pas de lettre oubliée :mrgreen: )

    Clamp, pour info, c’est Tôkyô Babylon, RGVeda, Clover, Cardpcaptor Sakura, Chobits, Angelic Layer et j’en passe. Ce sont 4 femmes de talent qui échangent leur rôle d’un manga à l’autre (d’où des différences de trait entre certains mangas cités plus haut) Et, à l’instat du grand Leiji Matsumoto (papa d’albator et Galaxy Express 999, entre autres), les Clamp adorent les Crossover (personnages présents dans plusieurs oeuvres distinctes…), ce qui s’ajoute aux ressemblances dues à leur trait!

    Voilà voilà. Clamp, à découvrir, effectivement… Attention, en Manga, c’est toujours un chouïa plus sombre et plus adulte qu’en animé! Parfois même un peu confus, surtout pour Clover (Trèfle en français).

  3. Ah, X ! Une série animée en voilà une qu’elle est bonne… Même si notre Matoo débarque un peu (elle commence à dater !), elle vaut vraiment le coup d’oeil.

    Un p’tit truc, par contre : Matoo, révéler dans ta critique que Fuma est le double de Kamui, c’est un peu abuser, je trouve. Si tu peux éditer ton post pour éviter franchement de gacher la moitié des épisodes de la série, ce serait vraiment super (et supprimer cette partie de mon commentaire, du coup). Parce que, hein, un des suspens de la série repose justement sur la révélation que, oui, il existe un double et, ensuite, de « mais qui est ce double ? ». Bref, ce serait cool de ta part…

    Sinon, je voulais préciser un petit truc, par rapport à ce que dit Lliana.

    – le shojo, c’est le manga pour les jeunes adolescentes (ex connus par monsieur tout le monde : Candy, Princesse Sarah, Lady Oscar, etc.).

    – le shonen, c’est les mangas pour les adolescents mâââles (ex connus en France : Dragon Ball (Z), Goldorak et autres Fly).

    – le shonen ai – à ne pas confondre avec le « shonen » – c’est une coloration d’un manga (généralement shojo mais pas uniquement). C’est « l’amour entre garçons » (sous-entendu « jeunes garçons » = shonen). Le shonen ai, c’est du soft, avec éventuellement des bisous, mais où l’homosexualité est explicite (sans nécessairement être assumée par les personnages). Ex : dans Evangelion par exemple – qui est pourtant un shonen et pas un shojo – on trouve une scène shonen ai (SPOILER : ah la scène délicieuse entre Shinji et Kaoru ! /FIN DE SPOILER).

    – le yaoi, c’est de l’histoire homosexuelle toujours explicite, avec de l’amour, mais aussi avec du sexe (qui n’est pas nécessairement montré à l’écran mais qui est explicite). Par ex., Gravitation (un excellent manga yaoi) ou Yami no Matsuei (malheureusement inachevé pour la série).

    – le yuri, c’est comme le yaoi, sauf que c’est pour nos copines lesbiennes.

    Mais, dans X, il n’y ni yaoi, ni même de shonen ai. C’est vrai que les garçons (par leurs traits et/ou par certains de leurs comportements d’amitié virile) peuvent laisser passer une ambiguïté mais ce n’est pas du shonen ai. C’est simplement la tendance de beaucoup de mangas shojo (« pour les jeunes adolescentes ») de féminiser les garçons en leur donnant une certaine ambiguïté.

    Ce serait tout de même mentir. A cause de la présence de Subaru et de Seishiro, tout droit issus du manga Tokyo Babylon. Celui-ci se passe dans le même monde que X et se déroule avant X, chronologiquement, en mettant en scène ces deux personnages. Or, dans Tokyo Babylon, il est clairement question de shonen ai (enfin, c’est ce qu’un copain m’a dit car je ne l’ai pas lu, snif). Mais dans X, ce n’est pas aussi clair – on ne peut parler que de tendance au shonen ai. Est-ce parce que la frontière entre ce qui est shonen ai et ce qui ne l’est pas est parfois bien floue dans un manga shojo ?

    Voilà, ça, c’était pour ramener ma science (et ma fraise, par la même occasion). :langue:

  4. Selon Evan, le manga est en rêgle générale plus sombre que l’anime. Est-ce le cas pour X de Clamp? C’est une série dont j’ai beaucoup entendu parler, et je sais que la plupart du temp, je préfère les manga aux anime.. mais il est vrai que pour certaines histoires.. euh.. compliquées, le choix de l’anime peut s’avérer judicieux :mrgreen:
    Alors, pour X de Clamp, le manga est-il miné, ou à consommer sans modération?

  5. Urobore> Oooh c’est un vieux machin de toute façon ! Et puis on aurait du me dire de zapper le premier épisode qui pue du cul tellement il raconte par bribes tout ce qui va se passer !
    :joker:

    Bon et sinon, j’ai prévenu, je ne connais RIEN aux mangas, je n’en ai jamais lu aucun. Mais j’aime beaucoup les animes, je les découvre au gré des conseils des uns et des autres.

  6. Oui, le premier est un épisode ajouté pour mettre en appétit, à la façon d’un épisode de Côte Ouest :mrgreen:

    Pour Liz, le manga a des planches parfois chargées (des plumes qui volent, des décors détaillés, etc) mais les personnages sont encore plus développés. L’anime fait quelques petites impasses mais a le mérite d’être animé et de proposer des voix (donc un jeu sur les émotions) et des musiques… A mon avis, mieux vaut voir la série (sans le premier épisode, donc) puis lire le manga pour… « compléter ». Mais c’est au goût de chacun! Je suis un inconditionnel des voix et des musiques, alors je ne vais pas cracher sur quelque adaptation que ce soit, si la bande son est plaisante. Et ici c’est le cas.

  7. Pour information, la fin de « X » est décevante tout simplement parce que les CLAMP ne l’ont pas elles mêmes écrite. Le manga n’est pas terminé et ne le sera jamais, faut pas se faire d’illusion. Donc, effectivement, dans le manga les persos sont plus développés et ont une dimension « humaine » beaucoup plus touchante, il ne faut le lire que pour creuser un peu mais gare à la frustration ! D’autant que la dessinatrice change de style en cours de route et que c’est un peu perturbant.
    Celui qu’il faut impérativement lire avant « X » c’est « Tokyô Babylon » qui est à tous les points de vue (mise en scène, cadrages, ambiance, histoire) largement meilleur que « X ».
    Bonne chance ! :pompom:

  8. J’ai commencé à le regarder après qu’un ami l’ait acheté, tout excité, en DVD. J’ai rien compris et me suis endormi à moitié devant.:boulet:
    Sinon, puisqu’on parle manga, connais-tu « What’s Michael »?!
    Sinon, il faut réparer cet oubli quand on s’appelle Matoo:book:

  9. X, je l’ai lu, jel’au vu, et j’ai (pour ceux qui me lisent ce ne sera pas une surprise) pleuré comme une merde à la fin. Je savais le destin de Kamui puisqu’un spoil me l’avait dévoilé, mais l’idée qu’il développe est mgnifique. Elle est très peu originale pour nous, chrétiens de culture, mais très en vogue au japon car considérée comme très « romantique ». Pour moi c’est le summum de l’amour humain ;op
    J’ai adoré.
    Et Sorata quel mec adorable…

  10. Matoo : Ben, en fait, le premier épisode dont tu parles, c’est vrai qu’il faut le zapper, pfiou. C’est d’genre un épisode « teaser », c’est nul. Mais bon… Par contre, je note que tu n’es pas d’accord, voire que tu te fous de la remarque que j’ai faite quant au spoiler. Pfffff… :pleure:

  11. C’est marrant, j’ai trouvé cette série tellement con que j’ai décidé de ne pas m’amouracher d’un garçon qui en était fan… pour cette seule raison… ( ok je suis con, on sait ) :boulet:

  12. > Matoo, pour une fois, la ressemblance entre personnages typique du manga et justifiée, puis que tous doivent tenir des traits de visage soit de Fuma, soit de Kamui.

    > Emkao a raison, la fin du manga n’est toujours pas écrite et au rythme où ce groupe de dessinatrices avance, elle ne le sera jamais.:pleure:

    > Par contre, si vous voulez retrouver plein de ses personnages, vous pouvez toujours jeter un coup d’oeil à tsubasa chronnicle.

  13. Oui, moi aussi mon préféré c’est Sorata :pleure:
    Sinon, un très bon manga dans un style très différent : Full Metal Alchemist. C’est destiné à un public plus jeune mais la série animée et le film (qui n’ont que le début de commun avec le manga) sont vraiment très recherchés, tant au niveau de l’histoire que des personnages.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages