Les sous-pulls synthétiques unis

L’auteur d’About Nothing, un blog que j’aime beaucoup beaucoop, m’a demandé de pondre un post pour participer à sa chronique du dérisoire. J’ai rédigé un truc sur les sous-pulls, parce que c’est quand même un sacré traumatisme de l’enfance.

9 Commentaires

  1. Je n’étais pas assez vieille pour échapper aux sous-pulls, le fin du fin étant que ma pauvre mère qui n’a jamais rien compris au monde (et qui m’a légué bonne partie de cette tare) croyait au départ que ces trucs tenaient chaud, j’ai donc passé tout un début d’hiver à me les peler mais grave parce qu’elle considérait comme inutile l’usage d’un vrai pull par dessus !

    A part ça si tu ne connais pas déjà : le sketch « Le way ka » dans e DVD de Danyboon « as’baraque ». »
    Dans la série des vêtements qui tuent …

  2. Ahhhhhhh, le sous pull en « rovill » qui electrisait les poils des bras et les cheveux lorsque je le retirai.
    Les couleurs toujours très « fraîches ». il grattait le cou.
    En regardant bien, je retrouve parfois chez certains créateurs l’esprit rovill, notamment Fendi, palement copié par Zara, dans des collections antérieures.
    Bref, un beau sujet que je m’empresse de lire

  3. et le pendant feminin de ce truc ce sont les collants en laine qui grattent et qui gènent affreusement sous la jupe en velours :pleure:
    heureusement tout ça c’est du passé, avant le lycra :love:

  4. Si ça ce n’est pas de la nostalgie ! J’adore… j’aimais beaucoup faire jaillir l’électricité statique du mien le soir dans ma chambre. Mais pour autant qu’il m’en souvienne, je n’avais pas de sous-pulls aux couleurs criardes, les miens étaient blancs. :redface:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages