Martha Argerich, Gidon Kremer et le Kremerata Baltica à la Salle Pleyel

Je ne vais pas pondre une critique très élaborée de ce concert car j’en suis bien incapable ! Je peux simplement affirmer que j’ai beaucoup aimé ce que j’ai entendu ce soir là à la Salle Pleyel, que je découvrais dans sa nouvelle mouture. Les oeuvres au programme étaient principalement de Bach (mais si vous savez Jean-Séb !), avec une fin assez surprenante, un morceau d’Astor Piazolla qui est sensé être directement inspiré de Bach (mais moi j’aurais plutôt dit… Ennio Morricone ! Arf.).

Les stars de la soirée étaient la pianiste Martha Argerich, et le violoniste Gidon Kremer, ainsi que le « Kremerata Baltica » dont Kremer est l’instigateur et le directeur artistique. Ces deux artistes sont apparemment considérés comme parmi les plus grands musiciens de leur génération, et en effet le concert à bien démontré leur excellence. Mais je dois avouer que je ne les connaissais pas, j’y suis donc allé en bon béotien de base (sauf Kremer dont j’avais entendu parler, parce qu’il joue du Glass).

On se rend surtout compte de la qualité de ces interprètes parce que les premiers morceaux sont interprétés par d’autres solistes, qui ne sont pas mauvais du tout, bien au contraire, mais dont on réalise ensuite la verte expérience en comparaison de ces « maîtres ». Les doigts de Martha Argerich semblent avoir une vie propre sur les touches de son piano, tandis qu’elle en dégage des notes d’une légèreté et précision incroyable, une virtuosité qui donne le vertige. Et Gidon Kremer manie lui l’archet (de son Nicola Amati de 1641 !) avec une finesse et une sensibilité qui sont véritablement véhiculées dans les sons qu’il émet. C’est tellement délicat et tranchant à la fois… je ne trouve pas de mot…

C’était très très drôle de voir des fans qui criaient à la fin des concertos, et qui scandaient des « merciiiiiis » en applaudissant à tout rompre ! Par contre j’ai un peu plus de mal à comprendre le mec derrière, qui avait l’âge de mon père, et qui a filmé tout le concert avec son camescope, ce qui est formellement interdit. Cela me surprend moins d’une personne plus jeune, mais plus difficilement d’un ieuve, aussi fan soit-il. Surtout qu’il avait carrément la tronche à se plaindre « des jeunes qui font du bruit avec leur boumboum et qui ne respectent rien ». Ne me dites pas qu’il fait ça uniquement pour poster sur youtube ? J’aurais bien aimé qu’on vienne le voir pour le confronter un peu à ses actes de vandale. C’est mon côté facho-réac ! ;-)

Salle Pleyel

13 Commentaires

  1. MARTHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA!!!
    :pompom: :pompom: :pompom:

    Pour le camescope, imagine-toi que Martha(aaa…aa) à PLeyel c’est un peu comme mmmh… Madonna au POPB. Mais en mille fois plus imprévisible (spécialiste des annulations de dernières minutes): donc si tu as la chance d’avoir une place pour un concert, et qu’en plus elle ne te pose pas un lapin, et si tu es fan-stalker-obsessionnel comme elle en a beaucoup, normal de vouloir un souvenir de ce moment. Sauf que là vu la génération il devait pas avoir de téléphone avec cam. :langue:

  2. Elle était vraiment vraiment bien, et en duo avec Kremer, ça déchirait grave sa mère sa race. :lol:

    Je comprends bien la comparaison dont tu parles M’sieur Maudit, mais il n’en reste pas moins que ça fait bizarre, surtout quand tu imagines le même type en train de vomir sur les jeunes sauvageons. Mais bon je me trompe peut-être, c’était probablement un hippie déguisé ! :-)

  3. je cherchais des infos sur les variations que j’ai entendues samedi soir, j’étais au concert de 17 h… ça fait un bon moment que je suis à genou devant le talent et la personnalité de Marthaaaaaa.. j’ai adoré ce concert où j’allais en regrettant qu’elle y joue si peu (juste un morceau en solo, une toccata de bach puisque tout le concert était aussi autour de bach), mais quelle bonne idée de faire jouer d’autres pianistes invités, et surtout de donner place à l’improvisation et aux variations presque toujours absentes des concerts classiques..
    bref, pour finir ils ont joué en trio avec Gidon Kremer au violon et un vibraphone une variation dans le style de Piazzola (à moins que ça n’ait été du piazzola?) sur un thème qui ressemblait à l’invention N°2.. mais bon… je n’en suis pas sûre du tout et c’est pour ça que je farfouille sur internet… je ne sais même pas sur quel forum j’écris… un blog perso? un forum??

  4. coucou
    bon ça n’a rien à voir avec ton article, dsl, mais comme tu t’y étais interessé, je viens t’annoncer le lancement des votes pour le second tour de Mister chaperon rose!
    Je compte sur toi pour venir voter!
    biz3312

  5. mais ce sont des légendes vivantes que tu as entendus ! quel moment tu as du vivre (perso j’ai assisté un soir à un concert et un instrument s’est mélé aux pianissimi de l’orchestre – un super businessman sans doute du genre émule bill Gates pianotait sur son Gsm )

  6. Gidon Kremer, il est capable du meilleur comme du pire, même si beaucoup de musiciens le detestent, j’ai une grande estime pour lui et ses recherches musicales.Par contre, j’ai vraiment du mal avec la Kremerata Baltica, orchestre composé de superbes nanas aux longs cheveux blonds… bon on devinne quels sont les critères pour le recrutement, je les ai entendu(e)s en avril, et j’ai pas trouvé genial, trop sage et bien élevé à mon goût.

  7. Est-ce que vous connaissez le nom du morceau « encore »?
    J’y suis allé pour le concernt pendant l’après-midi et j’adore le morceau encore mais malheureusement, je sais pas le nom du morceau…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages